Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Investir dans la protection sociale est essentiel pour permettre à l'Afrique de mieux se reconstruire après la COVID-19

Get monthly
e-newsletter

Investir dans la protection sociale est essentiel pour permettre à l'Afrique de mieux se reconstruire après la COVID-19

La fourniture d'argent et de nourriture pourrait réduire la vulnérabilité des personnes et promouvoir une plus grande égalité.
24 Mars 2021
Investing in social protection critical for Africa to build back better after COVID-19

Bien que l'Afrique ait connu un nombre relativement faible de cas et de décès liés à la COVID-19 par rapport aux autres continents, ses citoyens ont été durement touchés par les impacts économiques et sociaux de la pandémie. 

Les pays africains connaissent une récession économique sans précédent qui a un effet dramatique sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

Le continent se dirige vers sa première récession économique depuis 25 ans, avec une contraction de 1,6 % de la croissance du produit intérieur brut en 2020. En Afrique subsaharienne, la croissance devrait se contracter de 3,3 % en 2020, mettant fin à une décennie de progrès économique. 

Les mesures de verrouillage et la récession économique ont accru le chômage, la pauvreté, l'insécurité alimentaire et les inégalités. 

60 millions d'emplois perdus en Afrique

On estime que 60 millions d'emplois équivalents temps plein ont été perdus au deuxième trimestre 2020 sur le continent, dont 45 millions en Afrique subsaharienne. 

Jusqu'à 40 millions de personnes supplémentaires ont basculé dans l'extrême pauvreté d'ici à la fin de 2020 en Afrique subsaharienne. 

Les gouvernements ont pris de nombreuses mesures de protection sociale en réponse à la pandémie de la COVID-19

En réponse à la pandémie, les gouvernements africains sont intervenus en introduisant ou en adaptant plus de 200 mesures de protection sociale, qui sont des politiques et des programmes destinés à réduire la pauvreté et la vulnérabilité. 

Les mesures prises par les gouvernements africains consistent principalement à donner de l'argent ou de la nourriture aux personnes ou aux petites entreprises dont les revenus ont été durement touchés par la pandémie. 

D'autres mesures d'amortissement consistent à permettre aux gens de reporter le paiement de leurs factures d'eau et d'électricité, à couvrir le paiement de ces factures et à payer les salaires des travailleurs du secteur privé si leurs employeurs ne sont pas en mesure de le faire. 

Ces mesures réduisent la vulnérabilité des personnes aux risques économiques et sociaux et renforcent leur capacité à gérer des risques tels que le chômage, l'exclusion, la maladie, l'invalidité et la vieillesse. La protection sociale favorise une plus grande égalité.

De nombreux pays d'Afrique subsaharienne ont mis en place de nouveaux programmes ou adapté les programmes existants pour couvrir une plus grande partie de la population et, dans certains cas, ont augmenté les prestations versées.

De nouveaux investissements dans la protection sociale seront essentiels pour aider les nations africaines à mieux se reconstruire.

Bien que certaines des mesures prises par les gouvernements africains aient été temporaires, elles ont montré la force de résilience que la protection sociale peut contribuer à soutenir. 

Pour l'avenir, les pays africains doivent s'appuyer sur ces mesures temporaires et renforcer la protection sociale sur le long terme. 

De nouveaux investissements dans la protection sociale seront essentiels pour aider les nations africaines à se reconstruire mieux, plus fortes et à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). 

Si les gouvernements peuvent utiliser principalement des ressources nationales telles que les impôts et les cotisations de sécurité sociale, ils pourraient également augmenter les dépenses publiques pour la protection sociale par le biais de la coopération multilatérale au développement ainsi que de partenariats multisectoriels nationaux et régionaux. 

Les partenaires du développement ont été invités à soutenir ces efforts, en particulier pour les pays les plus pauvres dont la marge de manœuvre budgétaire est limitée. 

Pour sa part, le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a déclaré que la solidarité mondiale avec l'Afrique était un impératif - maintenant, et pour mieux se rétablir.

"Les Nations unies et moi-même sommes totalement solidaires des peuples et des gouvernements d'Afrique, ainsi que de l'Union africaine, dans la lutte contre la COVID-19", a déclaré M. Guterres. 

En fin de compte, les pays devraient viser une protection sociale universelle par le biais de politiques et de programmes définis au niveau national qui protègent tous les individus, tout au long de leur vie, contre la pauvreté et les risques pour leurs moyens de subsistance et leur bien-être, afin de s'assurer que personne n'est laissé pour compte. 

"La protection sociale a joué un rôle essentiel dans la limitation des effets socio-économiques dévastateurs de la crise de la COVID-19 sur le continent africain. Alors que ses pays luttent pour se remettre de la pandémie, qui a frappé le plus durement les plus pauvres et les plus vulnérables, l'extension de la protection sociale peut être un tremplin vers une approche plus équitable à long terme", a déclaré M. Liu Zhenmin, le Secrétaire général adjoint du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies.

"Le Département des affaires économiques et sociales de l'ONU (DAES) a mis l'accent sur ces options politiques importantes pour façonner le redressement post-COVID-19 en Afrique et dans le monde. En effet, le renforcement des capacités des États membres à mettre en œuvre des systèmes de protection sociale efficaces contribuera à faciliter une voie plus résiliente, centrée sur les personnes, qui s'aligne sur l'Agenda 2030 et ne laisse personne de côté", a ajouté Mr. Liu. 

Recommendations

Les gouvernements devraient envisager d'utiliser la puissance de la technologie numérique (comme les plateformes d'argent mobile qui sont très populaires en Afrique) pour fournir des services rapidement et en toute sécurité, d'une manière responsable qui respecte la vie privée des individus. 

Les gouvernements devraient cibler les plus vulnérables, notamment les femmes, les migrants, les réfugiés et les travailleurs du secteur informel, par le biais d'initiatives organisées par des organisations non gouvernementales et internationales. Ils devraient également continuer à chercher des moyens innovants de fournir une assistance sociale par le biais d'organisations communautaires qui encouragent les changements de comportement pour soutenir les objectifs de santé publique.

 

 

 

More from this author