Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Fin du premier examen régional sur la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

Get monthly
e-newsletter

Fin du premier examen régional sur la mise en œuvre du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

Parmi les recommandations figurent la protection des droits des migrants, la responsabilisation des communautés locales, le renforcement des systèmes d'information et la mise en œuvre des politiques existantes.
Afrique Renouveau: 
2 Septembre 2021
Auteur: 
Des migrants au centre de transit de l'OIM à Agadez, au Niger (2016).
OIM/Amanda Nero
Des migrants au centre de transit de l'OIM à Agadez, au Niger (2016).

Le premier examen continental du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (GCM) en Afrique se termine par un appel à une plus grande collaboration entre les pays d'Afrique pour mettre en œuvre ce cadre mondial et récolter les avantages de la migration pour tous.

L'examen, organisé par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), le Réseau des Nations Unies sur les migrations, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), en tant que coordinateur du Réseau des Nations Unies sur les migrations, en partenariat avec la Commission de l'Union africaine (CUA) et accueilli par le Royaume du Maroc du 31 août au 1er septembre, a réuni plus de 18 représentants gouvernementaux et parties prenantes qui ont discuté des mesures concrètes à prendre pour poursuivre la mise en œuvre de la MCG.

"L'année dernière, la pandémie de la COVID-19 a fait des ravages dans le monde entier et a ravagé nos communautés, avec des répercussions particulières pour les plus vulnérables, notamment les migrants et les personnes en déplacement", a déclaré António Vitorino, directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et coordinateur du Réseau des Nations Unies sur les migrations.

Thokozile Ruzvidzo
Alors que nous discutons des progrès réalisés en vue de la mise en œuvre de la MCG en Afrique, nous devons tenir compte des liens importants que cela aura avec le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui marque une étape importante vers la réalisation de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux sur le continent, et des progrès vers une disponibilité et une flexibilité accrues des voies de migration régulière.
Mme. Thokozile Ruzvidzo
Directrice de la division Genre, pauvreté et politique sociale de la CEA

La pandémie de la COVID-19 a gravement perturbé le commerce et les voyages sur, vers et depuis le continent, entraînant une flambée du chômage. Cette situation menace de réduire à néant une grande partie des progrès accomplis ces dernières années, avec un nombre croissant de migrants confrontés à l'insécurité alimentaire et à un accès compromis aux services de santé.

"L'examen continental de la MCG pour l'Afrique est une excellente occasion pour les gouvernements et les parties prenantes de travailler ensemble et d'apprendre les uns des autres pour aborder la migration dans toutes ses dimensions", a conclu M. Vitorino.

Les migrants en Afrique représentent 9,8 % du nombre total de migrants dans le monde (2019). La migration intra-africaine reste une tendance dominante : En 2019, 79 % (environ 26,5 millions) des migrants africains s'étaient déplacés à l'intérieur du continent africain (CEA), avec seulement 17 millions d'Africains vivant en dehors du continent (OIM).

"Alors que nous discutons des progrès accomplis vers la mise en œuvre de la MCG en Afrique, nous devons tenir compte des liens importants que cela aura avec le succès de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui marque une étape importante vers la réalisation de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux sur le continent, et des progrès vers une disponibilité et une flexibilité accrues des voies de migration régulière", a déclaré Thokozile Ruzvidzo, directrice de la Division du genre, de la pauvreté et de la politique sociale de la CEA, dans un discours lu au nom de la secrétaire exécutive de la CEA, Vera Songwe.

Mme Ruzvidzo a prévenu que la lenteur des progrès de la vaccination contre le COVID-19 en Afrique a actuellement un impact direct sur la circulation des personnes et ralentit la migration, ce qui a d'énormes répercussions sur le flux des envois de fonds.

"Ce forum offre une occasion unique pour le continent de réfléchir à la meilleure façon de mettre en œuvre le Pacte, malgré les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés, notamment la pandémie de COVID-19", a déclaré Amira Elfadil, commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et au développement social de la CUA. "Il est nécessaire que toutes les parties prenantes joignent leurs efforts à ceux des États membres et des commissions économiques régionales pour mobiliser les ressources nécessaires au renforcement des capacités des institutions nationales concernées afin de mettre en œuvre efficacement le MCG sur le continent. Les États membres doivent également s'assurer qu'ils ne laissent personne de côté dans le processus de planification et de mise en œuvre du Pacte. La Commission de l'UA continuera à donner la priorité à la mise en œuvre de la MCG en Afrique dans toutes ses initiatives et programmes de gouvernance des migrations", a-t-elle ajouté.

Une observation tirée des examens régionaux à ce jour est que tous les objectifs de la MCG n'ont pas reçu le même niveau d'attention. Parmi les domaines sur lesquels peu d'États membres africains ont fait rapport figurent le sort des migrants disparus et le sauvetage de vies, les coûts élevés des transferts de fonds et l'inclusion financière des migrants, la prévisibilité des procédures de migration et la transférabilité des prestations sociales.  Veiller à ce que ces questions reçoivent également une attention égale doit être une priorité pour l'avenir.

Nous devons veiller à ne pas tomber dans le piège qui consiste à traiter la migration exclusivement comme une question de politique sécuritaire, a averti le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains de l'étranger, Nasser Bourita. S.E. Bourita a appelé les décideurs politiques à placer les migrants au centre des politiques migratoires, conformément aux 23 objectifs de la CMM.

La migration n'est pas une crise, mais un phénomène structurel et durable. La pandémie prendra fin, mais la migration restera. C'est pourquoi la gouvernance des migrations ne répond pas - et ne doit pas répondre - à une gestion d'urgence. Elle ne peut pas non plus être externalisée ou sous-traitée. Il s'agit d'une responsabilité partagée, a déclaré Nasser Bourita.

Recommendations

  1. Parmi les principales recommandations formulées lors de cet examen de deux jours figure la nécessité de
  2. Donner aux communautés locales les moyens de répondre aux besoins croissants des migrants en Afrique.
  3. Soutenir et responsabiliser les migrants et leurs familles, en les informant de leurs droits et en investissant, par exemple, dans la formation des compétences des migrants, l'esprit d'entreprise et la sensibilisation aux questions financières ;
  4. Ratifier et mettre en œuvre les principaux cadres politiques et protocoles relatifs aux droits des migrants ;
  5. Renforcer les systèmes d'information et les bases de données nationales et régionales pour soutenir la planification et le renforcement des politiques sur les questions liées à la migration ; et
  6. Veiller à ce que tous les migrants, quel que soit leur statut, soient en mesure d'exercer leurs droits fondamentaux, notamment l'accès aux services de base, l'accès à l'information sur les services et leurs droits.

Cette réunion d'examen est la dernière d'une série de discussions régionales qui alimenteront le premier Forum international d'examen des migrations, qui se tiendra en 2022. 

Thèmes: