Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

COVID19 : Remarques du Secrétaire général à la réunion FMI/Banque mondiale sur l'Afrique

Get monthly
e-newsletter

COVID19 : Remarques du Secrétaire général à la réunion FMI/Banque mondiale sur l'Afrique

Secretary-General António Guterres
17 Avril 2020
Secretary-General António Guterres
UN
Secretary-General António Guterres

Remarques du Secrétaire général lors d'une réunion virtuelle de haut niveau avec le FMI et la Banque mondiale intitulée "Mobilisation avec l'Afrique".

Je remercie l'Union africaine, le Fonds monétaire international et le groupe de la Banque mondiale de nous avoir réunis pour nous mobiliser avec l'Afrique.

Permettez-moi de commencer par exprimer ma totale solidarité avec les peuples et les gouvernements d'Afrique dans l'effort mondial considérable de lutte contre la pandémie de COVID-19.  

Je salue votre action rapide. 

L'Union africaine et le continent africain ont fait preuve d'unité et de leadership - deux des produits les plus rares à l'heure actuelle. 

Nous devons mobiliser chaque once d'énergie contre le COVID-19.

Nous savons que ce virus se répandra comme un feu de forêt et qu'il n'y a pas de pare-feu.

Et comme pour la crise climatique, le continent africain pourrait être le plus touché par une crise qui n'est pas de son fait.

Et soyons clairs, il s'agit de bien plus qu'une crise sanitaire.  Il s'agit d'une crise humaine. 

Ce n'est pas seulement une pandémie sanitaire.  C'est une pandémie d'emplois.  C'est une pandémie humanitaire.  Une pandémie de développement.

En Afrique, les ménages et les entreprises souffraient de problèmes de liquidités et d'autres pressions avant même que le virus ne s'installe sur le continent. 

L'urgence du développement avait déjà frappé avant l'urgence sanitaire, mais maintenant les pays devront lutter contre les deux - avec des millions d'Africains supplémentaires plongés dans la pauvreté.

Pendant ce temps, les inégalités, déjà inacceptables, s'accentuent, la fragilité s'accroît, les prix des matières premières baissent et les gains durement acquis en matière de développement sont menacés. 

Pour aider à faire face aux conséquences économiques et sociales dévastatrices, je demande depuis le début un ensemble complet de mesures au niveau mondial représentant un pourcentage à deux chiffres du produit intérieur brut mondial.

C'est d'ailleurs ce que supposent plusieurs pays développés ayant leurs propres programmes nationaux.

Pour l'Afrique, cela signifie plus de 200 milliards de dollars.

Pour y parvenir, nous devons mobiliser tous les partenaires.

Je salue les actions rapides du FMI et du groupe de la Banque mondiale pour soutenir les pays membres et l'engagement ferme du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement pour améliorer l'accès aux facilités et aux outils.

Mais nous avons besoin de ressources plus importantes pour le FMI, notamment l'émission de droits de tirage spéciaux, et d'un soutien accru pour le groupe de la Banque mondiale et les autres institutions financières internationales et mécanismes bilatéraux.

L'allégement de la dette écrasante est absolument crucial.

Je me félicite des mesures prises par le G20, notamment la suspension des paiements au titre du service de la dette pour tous les pays de l'IDA.  

C'est un début.  Mais la gravité de la crise exige davantage.

De nombreux autres pays en développement sont très vulnérables et sont déjà en situation de surendettement - ou le deviendront avec la récession mondiale.

 

En Afrique, le ratio moyen de la dette au PIB est passé de 39,5 % en 2011 à 61,3 % en 2019.

À mon avis, nous avons besoin d'un cadre global de la dette en trois phases :

Premièrement, un gel général de la dette pour tous les pays en développement qui n'ont pas accès aux marchés financiers et qui ne peuvent pas assurer le service de leur dette.

Deuxièmement, des options plus complètes vers la viabilité de la dette avec des instruments tels que les échanges de dette et un mécanisme de la dette pour les objectifs de développement durable.

Troisièmement, traiter les questions structurelles dans l'architecture de la dette internationale afin d'éviter que les défauts de paiement ne conduisent à des crises financières et économiques prolongées

Dans tous nos efforts, nous devons nous concentrer sur les plus vulnérables et veiller à ce que les droits de toutes les personnes soient protégés. 

Cela signifie qu'il faut assurer et poursuivre les progrès en matière d'égalité des sexes et de droits des femmes - et souligner la nécessité d'un leadership des femmes dans le cadre du rétablissement et de la réponse au COVID-19.

Cela signifie qu'il faut se concentrer sur l'impact du virus sur les enfants, les personnes handicapées et les autres populations vulnérables.

Les réfugiés, les personnes déplacées et les autres personnes prises dans des conflits sont particulièrement vulnérables - c'est pourquoi j'ai lancé un appel en faveur d'un cessez-le-feu mondial.

C'est également la raison pour laquelle les Nations unies ont lancé leur Plan mondial d'intervention humanitaire, dont une grande partie est consacrée au continent africain, et qui doit être entièrement financé par la communauté internationale.

Je me félicite de l'engagement de l'Afrique à assurer la coordination et l'accès humanitaire.

Le réseau de la chaîne d'approvisionnement du système des Nations unies a lancé ses "Vols de solidarité" pour distribuer des fournitures médicales vitales sur le continent.

Enfin, nous travaillons également en étroite collaboration avec l'OMS et d'autres organisations pour mettre en place une coalition internationale afin de faire progresser un vaccin dès que possible. 

Mon message principal est simple : ce vaccin doit être disponible et abordable pour tout le monde, partout.

Il doit être considéré comme un bien public mondial.

Les temps exceptionnels exigent une solidarité exceptionnelle.

 

L'un des tests les plus importants de cette solidarité mondiale consiste à se mobiliser avec l'Afrique pour une prospérité partagée du continent et du monde.

Soyez assurés que mes actions continueront à faire écho et à renforcer l'appel lancé par tant de dirigeants africains qui ont eu raison de le dire : "Seule une victoire en Afrique peut mettre fin à la pandémie partout dans le monde".

Je vous remercie.

Annonce