Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

COVID-19 : Le Secrétaire général des Nations Unies lance un plan pour faire face aux impacts socio-économiques

Get monthly
e-newsletter

COVID-19 : Le Secrétaire général des Nations Unies lance un plan pour faire face aux impacts socio-économiques

31 Mars 2020
Secretary-General António Guterres takes part in the extraordinary Virtual Leaders’ Summit of the Group of Twenty (G-20) on the COVID-19 Pandemic
UN
António Guterres

Création d'un fonds mondial pour soutenir les pays à faible et moyen revenu

La nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19) s'attaque aux sociétés dans leur essence même, faisant des victimes et détruisant les moyens de subsistance des gens. Les effets potentiels à long terme sur l'économie mondiale et sur celle des différents pays sont terribles.

Dans un nouveau rapport, intitulé "Responsabilité partagée, solidarité mondiale" : En réponse aux impacts socio-économiques de COVID-19, le Secrétaire général des Nations unies appelle tout le monde à agir ensemble pour faire face à cet impact et atténuer le coup porté aux populations.

Le rapport décrit la vitesse et l'ampleur de l'épidémie, la gravité des cas et les perturbations sociétales et économiques de COVID-19, qui a jusqu'à présent coûté la vie à 33 257 personnes, avec 697 244 cas confirmés dans 204 pays, zones et territoires1.

"COVID-19 est la plus grande épreuve à laquelle nous ayons été confrontés ensemble depuis la création des Nations unies", a déclaré António Guterres, secrétaire général des Nations unies. "Cette crise humaine exige une action politique coordonnée, décisive, inclusive et innovante de la part des principales économies mondiales - et un soutien financier et technique maximal pour les personnes et les pays les plus pauvres et les plus vulnérables".

Ce rapport est publié après que le FMI ait annoncé que le monde est entré en récession à un niveau aussi élevé ou pire qu'en 2009. Le rapport appelle à une réponse multilatérale à grande échelle, coordonnée et globale, représentant au moins 10 % du PIB mondial.

Le système des Nations unies et son réseau mondial de bureaux régionaux, sous-régionaux et nationaux œuvrant pour la paix, les droits de l'homme, le développement durable et l'action humanitaire, apporteront leur soutien à tous les gouvernements et à leurs partenaires dans le cadre de cette réponse et de la reprise.

À cette fin, le Secrétaire général a créé un fonds d'intervention et de relèvement COVID-19 spécialement destiné à soutenir les efforts déployés dans les pays à faible et moyen revenu. Son

approche soutient les Nations Unies réformées avec une réponse co-définie multi-agences et multisectorielle pour les actions nationales et locales prioritaires afin de répondre à l'impact socio-économique de la crise COVID-19. Elle s'appuiera sur le leadership des coordinateurs résidents et des équipes de pays des Nations unies pour soutenir et habiliter rapidement les gouvernements dans cette crise et dans la reprise.

La feuille de route "responsabilité partagée et solidarité mondiale" appelle à

- La suppression de la transmission du virus pour contrôler la pandémie.

- Sauvegarder la vie des gens et leurs moyens de subsistance.

- Tirer les leçons de cette crise humaine pour reconstruire en mieux.

Supprimer la transmission du virus pour contrôler la pandémie

Le rapport avertit qu'il n'y a pas de temps à perdre pour mettre en place la réponse sanitaire la plus solide et la plus coopérative que le monde ait jamais connue. L'effort multilatéral pour supprimer la transmission et arrêter la pandémie, mené par l'Organisation mondiale de la santé, doit être soutenu avec la plus grande fermeté.

En même temps, la collaboration scientifique dans la recherche d'un vaccin et d'une thérapeutique efficace est très nécessaire. Cette collaboration doit s'accompagner d'une garantie d'accès universel aux vaccins et aux traitements.

Tout au long du rapport, une approche centrée sur les personnes est encouragée, qui appelle à la participation des communautés touchées par COVID-19, au respect des droits de l'homme et à l'inclusion, à l'égalité des sexes et à la dignité pour tous.

Sauvegarder la vie des gens et leurs moyens de subsistance

Reconnaissant que les épidémies peuvent exposer et exacerber les inégalités existantes dans la société, la feuille de route montre qu'il sera crucial d'amortir les répercussions sur la vie des gens, leurs moyens de subsistance et l'économie.

Le rapport souligne des exemples de mesures que les pays pourraient prendre, telles que la fourniture directe de ressources pour soutenir les travailleurs et les ménages, la fourniture d'une assurance maladie et d'une assurance chômage, l'extension de la protection sociale et le soutien aux entreprises pour éviter les faillites et les pertes d'emploi.

Le rapport reconnaît avec force que les femmes et les jeunes filles doivent avoir un visage dans la réponse ; et les opportunités pour les jeunes, gravement touchés, doivent être préservées.

Tirer les leçons de cette crise pour mieux reconstruire

Le monde sera confronté à un choix dans son redressement. Revenir au monde que nous connaissions avant ou s'attaquer résolument aux problèmes qui rendent tout le monde inutilement vulnérable à cette crise et aux crises futures.

Qu'il s'agisse de renforcer les systèmes de santé et de réduire le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté, de réaliser l'égalité des sexes ou de prendre des mesures climatiques pour une planète saine, le rapport donne l'espoir que les enseignements tirés de cette crise humaine permettront de construire des sociétés plus justes et plus résistantes et de tenir la promesse de l'Agenda 2030 et des 17 objectifs de développement durable.

Des partenariats pour le progrès

Aucun pays ou entité ne gagnera seul contre la pandémie. Une réponse et une reprise réussies nécessiteront une coopération internationale et des partenariats à tous les niveaux : les gouvernements doivent agir au même rythme que les communautés ; le secteur privé doit s'engager à trouver des moyens de sortir de cette crise. Les partenariats fondés sur la solidarité seront la pierre angulaire du progrès.

La société civile, les femmes et les organisations de base, les organisations communautaires et les organisations confessionnelles joueront un rôle essentiel. En aidant les populations les plus vulnérables, ces réseaux s'emploient activement à offrir des possibilités économiques et des moyens de subsistance et à adapter les réponses au contexte communautaire. Ces organisations, dans de nombreux endroits du monde, sont le premier, ou le seul, point de référence pour les individus et les familles qui cherchent à faire face aux impacts de COVID-19 et pour la reprise à venir.

Appel à l'action

La pandémie COVID-19 est un moment décisif pour la société moderne, et l'histoire jugera de l'efficacité de la réponse non pas en fonction des actions d'un seul ensemble d'acteurs

gouvernementaux pris isolément, mais en fonction du degré de coordination de la réponse au niveau mondial dans tous les secteurs au profit de notre famille humaine.

Les Nations unies et leur réseau mondial de bureaux régionaux, sous-régionaux et nationaux travaillant pour la paix, les droits de l'homme, le développement durable et l'action humanitaire, soutenus par des mécanismes de coordination établis, travailleront avec des partenaires pour s'assurer avant tout que des vies sont sauvées, que les moyens de subsistance sont rétablis et que l'économie mondiale et les personnes que nous servons sortent plus fortes de cette crise.

Les 129 coordinateurs résidents des Nations unies et les équipes de pays des Nations unies apporteront un soutien politique et opérationnel global au niveau national, en appui à une approche globale de la société dans les pays. Avec les bonnes actions, la pandémie COVID-19 peut marquer le début d'un nouveau type de coopération mondiale et sociétale.

Mesures recommandées pour faire face aux impacts de COVID-19 :

Mesures mondiales adaptées à l'ampleur de la crise

- Préconiser et soutenir la mise en œuvre d'un plan de relance centré sur l'homme, innovant et coordonné, atteignant des points de pourcentage à deux chiffres du produit intérieur brut mondial.

- Résister à la tentation de recourir à des mesures protectionnistes.

- Prendre des mesures explicites pour stimuler les économies des pays en développement.

Mobilisation régionale

Une approche régionale coordonnée permettra l'examen collectif des impacts, la coordination des mesures monétaires, fiscales et sociales, et le partage des meilleures pratiques et des enseignements tirés.

- Adopter des politiques commerciales "DO NO HARM", préserver la connectivité et assurer la coordination monétaire et fiscale régionale.

- S'engager avec le secteur financier privé pour soutenir les entreprises.

- Relever les défis structurels et renforcer les cadres normatifs pour faire face aux risques transfrontaliers.

La solidarité nationale est cruciale pour ne laisser personne derrière

La pandémie frappe une économie mondiale déjà faible et fragile. En 2019, la croissance mondiale était déjà la plus faible depuis la crise financière mondiale de 2008/2009. Selon les estimations de l'OIT, le monde pourrait perdre entre 5 et 25 millions d'emplois.

- Entreprendre des mesures de relance budgétaire et de soutien aux plus vulnérables.

- Protéger les droits de l'homme et mettre l'accent sur l'inclusion.

- Soutenir les petites et moyennes entreprises.

- Soutenir le travail décent.

- Soutenir l'éducation.

- Donner la priorité aux mesures de cohésion sociale.

Estimations socio-économiques COVID-19 pour 2020 à partir de mars 2020

5 - 25 millions d'emplois perdus (OIT)

860 milliards de dollars US - 3,4 billions de dollars US de pertes de revenus du travail (OIT)

30% -- 40% de pression à la baisse sur les flux mondiaux d'investissements directs étrangers (CNUCED)

Diminution de 20 à 30 % des arrivées internationales (OMT)

3,6 milliards de personnes hors ligne (UIT)

1,5 milliard d'étudiants non scolarisés (UNESCO)

Daniel Kabugi
More from this author
Annonce