Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Des familles nigérianes touchées par le conflit et vivant sous le contrôle de la COVID-19, en "maintien des fonctions vitales"

Get monthly
e-newsletter

Des familles nigérianes touchées par le conflit et vivant sous le contrôle de la COVID-19, en "maintien des fonctions vitales"

UN News
15 Juin 2020
Auteur: 
Children at an internally displaced persons camp in Maiduguri, Borno State, Nigeria.
IOM/Jorge Galindo
Des enfants dans un camp de personnes réfugiées à Maiduguri, dans l'État de Borno, au Nigeria.

Une aide et un financement sont nécessaires d'urgence pour des millions de personnes au Nigeria qui ont été gravement touchées par les effets de la pandémie de coronavirus, y compris les communautés les plus vulnérables touchées par le conflit dans le nord-est, ont déclaré les humanitaires de l'ONU mardi.

Plus de 182 millions de dollars sont nécessaires pour maintenir une aide vitale au pays le plus peuplé d'Afrique au cours des six prochains mois, a déclaré le Programme Alimentaire Mondial (PAM).

"Nous sommes préoccupés par les communautés touchées par le conflit dans le nord-est du Nigeria, qui sont déjà confrontées à une faim extrême et qui sont particulièrement vulnérables. Elles sont sous assistance vitale et ont besoin d'aide pour survivre", a déclaré Elisabeth Byrs, porte-parole principale du PAM, en référence à Borno, Adamawa et Yobe.

Insurrection

Les trois États dits de BAY sont en proie à une insurrection qui dure depuis dix ans et qui s'est étendue à la région du lac Tchad.

Selon le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), cette région reste l'une des plus graves crises humanitaires au monde, avec quelque 7,9 millions de personnes, principalement des femmes et des enfants, qui ont besoin d'une aide d'urgence aujourd'hui.

"C'est pourquoi le PAM distribue actuellement deux mois d'aide alimentaire et nutritionnelle dans les camps de personnes déplacées et parmi les communautés vulnérables afin de garantir que les gens aient suffisamment de nourriture pendant qu'ils sont totalement ou partiellement bloqués", a déclaré Mme Byrs, en présentant des plans pour aider un total de 1,8 million de personnes dans cette région.

Les besoins sont également importants au niveau national, a averti l'agence des Nations Unies, en raison de la chute brutale des prix internationaux du pétrole - le principal produit d'exportation du Nigeria - depuis l'apparition du virus.

Restrictions dues au coronavirus

À ce jour, les dernières données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent que le pays a vu plus de 12 800 cas confirmés de nouveaux coronavirus et plus de 360 décès liés à la maladie respiratoire.

Plus de 3,8 millions de personnes travaillant principalement dans le secteur informel risquent de perdre leur emploi en raison de l'aggravation des difficultés, a déclaré Mme Byrs, et ce chiffre pourrait passer à 13 millions si les restrictions à la circulation se poursuivent pendant une période plus longue.

"Cela viendrait s'ajouter aux presque 20 millions (23 % de la population active) déjà sans emploi", a déclaré le porte-parole du PAM.

"Dans un pays où environ 90 millions de personnes - 46 % de la population - vivent avec moins de 2 dollars par jour, c'est une réelle préoccupation", a poursuivi Mme Byrs. "Les pauvres des villes qui dépendent d'un salaire journalier pour se nourrir et nourrir leurs familles ont été très touchés par les restrictions de mouvement visant à contenir la propagation du virus".

Trois millions de personnes parmi les plus vulnérables, recevront une aide, a expliqué le porte-parole du PAM, avec un soutien supplémentaire aux systèmes de protection sociale du gouvernement dans les villes d'Abuja, Kano et Lagos - des endroits où l'agence n'était pas présente jusqu'à présent.

"Nous sommes en train d'élargir nos opérations dans le Nord-Est pour servir plus de personnes en réponse aux nouveaux défis de l'insécurité alimentaire accrue que pose la COVID-19", a déclaré Mme Byrs. "Cependant, il y a eu quelques retards dans les restrictions de mouvement du confinement de la COVID-19 qui affectent les chaînes d'approvisionnement. Ceux-ci ont été généralement gérés et nous avons continué à fournir une assistance. Nous continuons à appeler toutes les parties à garantir l'accès aux personnes dans le besoin et à respecter l'espace humanitaire".

La solution des plats à emporter

La participation du PAM a consisté à réajuster les programmes de repas scolaires lors des fermetures d'écoles en fournissant de la nourriture à emporter chez soi.

L'initiative a été lancée dans la capitale fédérale Abuja et dans la capitale commerciale Lagos, à la mi-mai.

Le programme - dirigé par le ministère des affaires humanitaires du Nigeria - vise à atteindre neuf millions d'enfants dans trois millions de foyers à travers les 36 États du pays, où les fermetures d'écoles ont touché quelque 39 millions de jeunes.

Les pauvres des villes restent au centre du programme, notamment la communauté des bidonvilles flottants de Makoko, où des dizaines de milliers de personnes vivent "les uns sur les autres", sur des maisons sur pilotis dans un village de la périphérie de Lagos.

"Pas d'argent pour nourrir mes enfants"

"Quand le gouvernement a dit que personne ne devait aller nulle part, je ne pouvais pas aller au marché", a déclaré la marchande de poisson et mère de quatre enfants, Marceline Wanu, 25 ans. "Mais quand je ne pouvais pas aller au marché, il n'y avait pas d'argent pour nourrir mes enfants parfois et c'est très douloureux. Mes enfants recevaient de la nourriture quand ils allaient à l'école, mais quand leurs écoles ont fermé, cela est devenu un fardeau supplémentaire. Mais depuis qu'ils ont donné de la nourriture, cela nous a un peu aidés".