Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Changement climatique et COVID-19 mettent à mal l'agriculture et la mobilité des jeunes en Afrique de l'Ouest et du Centre

Get monthly
e-newsletter

Changement climatique et COVID-19 mettent à mal l'agriculture et la mobilité des jeunes en Afrique de l'Ouest et du Centre

9 Juin 2020
Auteur: 
Ibrahima Sow, a Senegalese returnee, dressed up to show his work as a market gardener.
IOM
Ibrahima Sow, un rapatrié sénégalais, s'est habillé pour montrer son travail de maraîcher.

Le secteur agricole de l'Afrique de l'Ouest représente 35 % du produit intérieur brut (PIB) de la région et est l'une des principales sources d'emploi pour des millions de personnes - jusqu'à 80 % de la population dans les zones rurales. Cependant, le changement climatique et ses effets, tels que l'imprévisibilité et l'instabilité des régimes de précipitations, ont affecté ce secteur, menaçant les moyens de subsistance des communautés et forçant de nombreuses personnes à migrer à la recherche de revenus complémentaires ou de meilleures opportunités.

En outre, les facteurs de tension liés à la santé tels que la COVID-19 ont un impact élevé sur le secteur agricole, en exposant la vulnérabilité des systèmes alimentaires et de distribution à la déstabilisation des chaînes d'approvisionnement et à la perturbation du commerce transfrontalier.

À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement (5/06), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Afrique occidentale et centrale rappelle aux gouvernements et aux autorités locales que si elles sont préservées et gérées de manière durable, les terres agricoles peuvent offrir des possibilités d'emploi aux jeunes et aux migrants et contribuer à garantir la production alimentaire et à renforcer la biodiversité.

Cependant, l'agriculture est aujourd'hui menacée par l'urbanisation, de nouveaux bâtiments s'appropriant les terres exploitables. À Rufisque, dans la banlieue de Dakar, la capitale du Sénégal, les communautés et les autorités s'unissent pour préserver cette terre qui les nourrit, qui les protège des inondations et qui est aussi le poumon vert de leur ville. Dans cette ville, un ménage sur cinq vit grâce à l'agriculture et des centaines de travailleurs migrants viennent des pays voisins, le Burkina Faso, le Mali et la Gambie.  

Dans le minuscule village de Medina Touat, situé dans la région rurale de Casamance, au sud du Sénégal, la dégradation des sols a contraint de nombreuses personnes à abandonner leurs activités agricoles. L'augmentation du phénomène entraîne un taux de chômage élevé et de plus en plus de départs de jeunes à la recherche de pâturages plus verts en Europe, ce qui fait de la Casamance la région sénégalaise où le taux de départ des migrants est le plus élevé. Sur les près de 4 000 migrants que l'OIM a aidés au retour volontaire au Sénégal, 1 500 sont originaires de la région de Kolda, en Casamance.

Pour leur offrir une solution locale et durable à leur retour, l'OIM a lancé un projet pilote dans le village de Medina Touat, intitulé "Intégration des dimensions environnementales dans l'aide à la réintégration pour réduire les effets du changement climatique sur la migration en Afrique de l'Ouest". Financé par la France, son objectif est d'atténuer l'impact du changement climatique sur les migrations et de renforcer la résilience des populations à ce phénomène en réduisant la pression sur la nature. Trente-quatre rapatriés sont impliqués dans ce projet horticole avec d'autres membres de la communauté et, à terme, 10 hectares de terres seront cultivés pour nourrir l'ensemble de la population locale.

"Plus que jamais, cela met en évidence la nécessité de pratiques agricoles locales et résistantes, comme l'agroécologie*. Ces pratiques peuvent servir de filet de sécurité en termes de sécurité alimentaire, de conditions de vie des communautés et de résilience globale au changement climatique", déclare Hind Aissaoui, spécialiste régional de l'OIM pour les migrations, l'environnement et le changement climatique.

Sur le continent africain, on estime à 18 millions le nombre de travailleurs migrants, dont 80 % ont été attirés par des secteurs dépendant des ressources naturelles comme l'agriculture, l'exploitation minière et la pêche. Au Sénégal, près de 60 % de la main-d'œuvre saisonnière, principalement des jeunes, est originaire des pays voisins. Ainsi, l'agriculture joue un rôle clé dans la création d'emplois, en particulier chez les jeunes, et favorise la migration interrégionale.