Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Centrafrique : l'ONU annonce des propositions pour lutter contre les abus sexuels par des Casques bleus

Août - Novembre 2019

OBTENEZ NOTRE APP.

Download app from Android Download app from Apple

Centrafrique : l'ONU annonce des propositions pour lutter contre les abus sexuels par des Casques bleus

Des Casques bleus de la MINUSCA patrouillent à Bambari, en République centrafricaine.
Des Casques bleus de la MINUSCA patrouillent à Bambari, en République centrafricaine. Photo : ONU/Catianne Tijerina

De retour à New York après une visite de trois jours en République centrafricaine (RCA), le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a fait le point vendredi sur les allégations d'abus sexuels impliquant des Casques bleus dans le pays, tout en annonçant une série de propositions pour mettre fin à ce phénomène inacceptable à l'avenir.

Depuis le déploiement l'an dernier de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), 63 allégations de mauvaise conduite impliquant le personnel onusien ont été dénombrées, a déclaré M. Ladsous lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU. Sur ces 63 allégations, a-t-il ajouté, 15 ont trait à de possibles cas d'abus et d'exploitation sexuels, dont 13 d'entre eux impliquent des Casques bleus.

« Quinze cas, c'est définitivement 15 cas de trop, et j'ai eu une longue réunion sur la question avec le personnel en uniforme à Bangui [la capitale de la République centrafricaine] : je n'ai pas mâché mes mots », a déclaré M. Ladsous, précisant que des enquêtes sont en cours dans la plupart de ces cas.

Le Secrétaire général adjoint a indiqué que, suite à 9 de ces allégations, l'ONU a annoncé aux Etats membres dont les soldats de la paix concernés sont les ressortissants sa décision de suspendre les paiements aux Etats membres ; et dans un cas en particulier, a-t-il souligné, l'Organisation a ordonné le rapatriement de sept membres du personnel militaire de la Mission.

Suite à l'une des dernières allégations d'abus sexuels à avoir fait surface, l'ONU a convoqué l'ambassadeur du pays contributeur de troupes impliqué, la République démocratique du Congo (RDC), et a fortement insisté pour que le pays envoie en RCA une équipe d'enquêteurs congolais de façon à faire la lumière sur ces allégations, a par ailleurs déclaré M. Ladsous, précisant que la RDC a répondu favorablement à cette demande et que l'Organisation attend désormais les conclusions de l'enquête.

M. Ladsous a également annoncé que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se réunira avec les pays contributeurs de troupes la semaine prochaine afin de discuter des mesures à prendre en vue de lutter contre ce problème récurrent.

« L'une des questions à l'ordre du jour est de savoir si nous pourrions nommer les pays concernés [par les allégations]. Je ne parle pas de nommer pour humilier, car l'humiliation est quelque chose d'une autre nature, mais de nommer parce que les responsables doivent être connus », a indiqué le Secrétaire général adjoint, qui a remis à M. Ban une feuille de route contenant 40 propositions pour réduire les cas d'abus sexuels par des soldats de maintien de la paix.