Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Au Nigeria, des hommes redéfinissent la masculinité

Get monthly
e-newsletter

Au Nigeria, des hommes redéfinissent la masculinité

Spotlight Initiative
10 Décembre 2020
Clement Ejim, 33, has committed himself to ending gender-based violence.
Centre LSD
Clément Ejim, 33 ans, s'est engagé à mettre fin à la violence sexiste.

Clément Ejim, 33 ans, avait déjà une belle carrière d'enseignant à l'école de santé de la petite ville d'Abuochiche, au Nigeria.

Mais il y a environ un an, il eut l'occasion d'étendre ses compétences. Clement est devenu membre de la Spotlight Initiative, un partenariat entre l'Union européenne et les Nations Unies visant à mettre fin à la violence sexiste.

Au départ, il était un spectateur passif dans les formations Spotlight visant à impliquer les hommes dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes. Il a manqué certaines des sessions et n'a pas toujours été attentif. 

Mais au cours de la formation, quelque chose l'a interpellé. 

Il s'agissait de la question de la suprématie des hommes et de la négligence de l'éducation des filles. Il s’y est vu et c'était inconfortable. 

"Je fais définitivement les choses différemment maintenant", dit Clément. "Je comprends maintenant que la violence verbale et les propos négligents à l'égard de ma femme sont aussi de la violence à l'égard des femmes. J'ai cessé de le faire". 

Depuis ce moment, Clément s'est engagé à mettre fin à la violence sexiste et il sert maintenant de modèle à ses pairs.

Nous avons besoin de plus d'éducateurs pour les pairs. Au Nigeria, plus d'une femme sur quatre âgée de 25 à 29 ans a subi une forme de violence physique. C'est ce qui ressort d'une étude du Fonds des Nations Unies pour la population (UNPFA) au Nigeria et du ministère des affaires féminines et du développement social.

Cette année, la violence à l'égard des femmes et des filles a atteint un niveau sans précédent. Depuis le début du confinemennt en mars, il y a eu au moins 3 600 cas de viols, soit plus de 100 dans chacun des 36 États du Nigeria, selon le ministère nigérian des affaires féminines. Sans compter toutes les autres formes de violence et tous les cas non signalés. 

Dans le cadre de son travail, l'initiative Spotlight cherche à faire participer les hommes à la lutte contre la violence envers les femmes et les filles, car la plupart des auteurs de ces actes sont des hommes. Une partie de l'initiative est le Réseau des hommes pour mettre fin à la violence contre les femmes. Ce réseau promeut l'égalité des sexes et s'oppose à certaines des attitudes qui perpétuent la violence à l'égard des femmes et des filles. L'année dernière, le réseau a touché près de 1 000 personnes dans l'État de Cross River. 

Clément est passé du statut de participant au réseau des hommes à celui de leader. Il dirige des sessions pour les garçons et les filles, les hommes et les femmes dans les écoles, les églises et les rassemblements communautaires.  

Clement Ejim, 33, has committed himself to ending gender-based violence.
"Je fais définitivement les choses différemment maintenant. Je comprends maintenant que la violence verbale et les propos négligents à l'égard de ma femme sont aussi de la violence à l'égard des femmes. J'ai cessé de le faire".
Clément Ejim

"La perception générale dans la communauté était que la violence envers les femmes, parmi d'autres formes de violence, est la norme pour corriger les femmes qui se trompent", dit-il. 

Mais il voit les signes de changement partout, car les formations touchent de plus en plus de personnes. Parfois, il s'agit de moyens simples. Akpas, qui a participé à l'une des sessions de sensibilisation de Clément, dit : "Avant cette formation, je n'étais jamais entré dans la cuisine, je croyais que c'était la seule responsabilité de ma femme, je la grondais souvent si la nourriture n'était pas facilement disponible. Maintenant, quand j'ai faim et que ma femme n'est pas disponible, je vais dans la cuisine et je me sers, je suis un meilleur cuisinier maintenant". 

Clément dit qu'il voit les hommes prendre l'initiative de mettre fin à la culture du silence. Davantage d'hommes sont devenus des chiens de garde, signalant d'autres hommes qui commettent des actes de violence contre les femmes et les filles dans leur foyer ou au sein de la communauté".

Dans tous ses travaux, Clément travaille en étroite collaboration avec les chefs traditionnels et religieux, les autorités locales, la police et les militants communautaires pour lutter contre la violence. L'objectif est clair, affirme un autre membre du réseau : "Nous avons l'intention de mettre fin à la violence dans notre communauté. Toute personne qui enfreint la loi sera tenue pour responsable".


Produit par les Nations Unies au Nigeria. Rédigé par Judith Owoicho, UN Nigeria, avec le soutien éditorial de Paul Vandecarr, Bureau de coordination du développement. Pour en savoir plus sur le travail qui se déroule dans le pays, visitez : https://nigeria.un.org/.