Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Au Forum Génération Égalité à Paris, l’ONU plaide pour une redistribution du pouvoir

Get monthly
e-newsletter

Au Forum Génération Égalité à Paris, l’ONU plaide pour une redistribution du pouvoir

UN News
30 Juin 2021
Auteur: 
UN Women/Johis Alarcón
Des gens lors d'une manifestation pour les droits des femmes en Equateur.

Pour placer l'égalité des sexes au cœur de la reprise après la pandémie de Covid-19, ONU Femmes a lancé mercredi un « effort historique » de trois jours à Paris, visant à définir des politiques et des investissements ambitieux pour combler le fossé entre la place des femmes dans le monde aujourd'hui et celle où elles devraient se trouver d'ici 2030.

« L'égalité des genres est essentiellement une question de pouvoir, et de pouvoir dans un monde encore largement dominé par les hommes, avec une culture encore largement patriarcale », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, lors du Forum Génération Égalité.

Notant que « le pouvoir est très rarement donné. Il faut le prendre », il a souligné comme l'une de ses cinq priorités, l'importance de la parité pour redistribuer le pouvoir et créer les conditions nécessaires à une véritable égalité.

Selon le chef de l'ONU, pour parvenir à l'égalité des droits, les lois discriminatoires dans le monde doivent être abrogées et transformées en égalité « de facto ».

Il a noté que les femmes travaillant dans l'économie informelle « payaient un lourd tribut à la pandémie » et a plaidé également pour l'égalité économique en matière de rémunération, d'emploi et de protection sociale.

Notant une recrudescence de la violence à l'égard des femmes et des filles pendant la pandémie de Covid-19, M. Guterres a déclaré qu'y mettre fin doit être « un élément central de toutes les politiques et de tous nos objectifs ».

Enfin, il a souligné l'importance d’un dialogue intergénérationnel comme « un autre instrument fondamental pour l'égalité des genres » afin de permettre aux jeunes de faire partie de la prise de décision dans la société numérique d'aujourd'hui.

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres (au centre) à l'ouverture du Forum Génération Egalité à Paris. Photo: MEAE/Jonathan Sarago

« Un quart n'est pas l'égalité »

Dans son discours, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a dénoncé le fait que « partout dans le monde, les femmes sont cantonnées à un petit espace ». Elle a noté que les femmes représentent un quart de tous les managers, parlementaires, négociateurs sur le changement climatique et « moins d'un quart de ceux qui négocient des accords de paix ».

« Un quart ne suffit pas. Un quart n'est pas l'égalité. L'égalité, c’est la moitié, là où les hommes et les femmes sont ensemble », a-t-elle déclaré.

Génération Égalité, c'est le changement, a ajouté la cheffe d'ONU Femmes, pour qui il s'agit de « passer le stade des promesses » et de dire ce qui a été fait pour faire avancer les femmes dans le monde.

Elle a précisé que les États membres, le secteur privé et d'autres, ont pris près de 1.000 engagements pour changer la vie des femmes, y compris pour changer les politiques. Cependant, a poursuivi Mme Mlambo-Ngcuka, « le combat doit encore se poursuivre… Nous devons constamment pousser vers le haut, afin qu'il y ait une course vers le sommet ».

De son côté, la Chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré que son pays était « activement impliqué dans la Coalition d'action pour la justice et les droits économiques » et investirait « 140 millions d'euros supplémentaires, soit un total d'environ 240 millions d'euros dans la Coalition d'action internationale ».

La Fondation Bill et Melinda Gates a annoncé qu'elle dépenserait 2,1 milliards de dollars pour faire progresser l'égalité des sexes dans le monde.

Réaliser des « progrès tangibles »

Dans le même temps, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a lancé un ensemble d'engagements pour réaliser des « progrès tangibles » vers l'égalité des sexes au cours des cinq prochaines années.

L'agence onusienne soutiendra l'éducation des filles avec un enseignement de qualité et transformateur pour 28 millions d'apprenants dans plus de 80 pays ; s’efforcera de combler la fracture numérique entre les sexes, d’autonomiser les femmes scientifiques et de promouvoir l'intelligence artificielle éthique ; et en Afrique, elle autonomisera les femmes économiquement dans les industries créatives.

La cheffe de l'UNESCO, Audrey Azoulay, a appelé les femmes du monde entier à « prendre le contrôle et un leadership total dans tous les aspects de la vie et dans tous les domaines de la société afin de reconstruire un avenir meilleur pour tous ».

Co-organisateur de l'événement, le Président français Emmanuel Macron a déclaré que la lutte pour l'égalité des sexes était « loin d'être gagnée ». « C'est une bataille aujourd'hui, mais demain cela doit être une réalité », a-t-il souligné.

Son homologue, Andrés Manuel López Obrador, Président du Mexique, a déclaré : « Nous devons continuer à lutter contre le sexisme. Nous ne devons pas oublier l'égalité économique et sociale, qui est fondamentale pour parvenir à une société meilleure ».

Appel à l'action de Kamala Harris

La Vice-Présidente des États-Unis, Kamala Harris, a averti pour sa part que « la démocratie est en péril » dans le monde. « Je crois fermement que si nous voulons renforcer la démocratie, nous devons lutter pour l'égalité des sexes… La démocratie est plus forte lorsque tout le monde participe – et elle est plus faible lorsque les gens sont exclus… l'égalité des sexes renforce certainement  la démocratie », a-t-elle déclaré.

En 1995, lors de la Conférence mondiale sur les femmes à Beijing, la Première dame de l'époque, Hillary Clinton, avait proclamé : « Les droits de l'homme sont les droits des femmes et les droits des femmes sont des droits humains une fois pour toutes ».

Lors de la réunion d'aujourd'hui, elle a envoyé un message selon lequel « il ne suffit plus de parler des droits des femmes… [car] ils ne sont rien sans le pouvoir de les revendiquer. Et nous savons que lorsque les femmes auront le pouvoir de faire entendre leur voix, de faire valoir nos droits et de reconstruire les économies, tout le monde s'en portera mieux ».

Marija Pejčinović Burić, Secrétaire générale du Conseil de l'Europe, a attiré l'attention sur la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes, ou Convention d'Istanbul.

« L’année dernière, nous avons assisté à une augmentation de la violence domestique pendant les confinements liés à la Covid-19. La Convention offre trois avantages qu'aucun pays ne peut à lui seul offrir : elle élève les normes nationales ; fournit un mécanisme de surveillance; et assure la coopération entre les gouvernements dans la poursuite de ces crimes », a-t-elle déclaré.

Thèmes: