Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Alors que le confinement lié au COVID-19 en Afrique s'atténue, les fonctionnaires sont invités à équilibrer la politique de santé

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Alors que le confinement lié au COVID-19 en Afrique s'atténue, les fonctionnaires sont invités à équilibrer la politique de santé

6 Mai 2020
Top African health officials say the continent has taken what appear to be effective measures in curbing the spread of coronavirus.
Selon les hauts responsables de la santé en Afrique, le continent a pris ce qui semble être des mesures efficaces pour freiner la propagation du coronavirus.

Selon les hauts responsables de la santé en Afrique, le continent a pris ce qui semble être des mesures efficaces pour freiner la propagation du coronavirus. S'ils notent que les mesures de confinement prises dans certains pays ont eu des effets positifs en ralentissant la transmission, les scientifiques affirment que le préjudice économique et social durable des mesures de confinement pourrait bientôt l'emporter sur les considérations scientifiques. Les experts ont parlé aux journalistes un jour avant que le point chaud du continent, l'Afrique du Sud, ne se prépare à assouplir ses restrictions. 

Les responsables de la santé de tout le continent ont pour la plupart réussi à exhorter les dirigeants à mettre en œuvre des mesures strictes pour lutter contre la propagation du coronavirus. Et ce n'est peut-être pas une coïncidence si la région de l'Afrique subsaharienne continue d'avoir le nombre de cas le plus bas du monde et le nombre de décès le plus faible.  

Mais la crise est loin d'être terminée, a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l'Organisation mondiale de la santé pour l'Afrique. 

"En ce qui concerne la situation en Afrique, nous continuons à voir une augmentation du nombre de cas. Je pense que notre épidémie se poursuit", a-t-elle déclaré. "Nous constatons un taux de mortalité d'environ 3,9 % dans la région. Nous avons quelques pays qui ont un taux de mortalité plus élevé. Ce qui est très encourageant, et je voudrais juste souligner ceci, c'est que nous avons un certain nombre de pays qui ont rapporté zéro cas en quelques semaines". Elle a déclaré que les "pays certes relativement petits" que sont la Namibie, la Mauritanie et les Seychelles ont mis en place certaines mesures précoces, "à commencer par les tests, la recherche des contacts, qui ont donné quelques résultats. Et puis nous sommes très préoccupés par l'Afrique de l'Ouest, où nous voyons la communauté se répandre dans un nombre important de pays par rapport à d'autres". 

En Afrique du Sud, le pays qui compte le plus grand nombre de cas sur le continent, le ministre de la santé, le Dr Zweli Mkhize, a déclaré que le strict embargo de 35 jours - qui se termine officiellement vendredi - avait fait une différence.  

"Nous observons en fait une trajectoire légèrement différente qui a conduit le pic de l'épidémie vers septembre, dans le meilleur des cas, ou peut-être juillet, dans le pire des cas. Le président a donc appelé à un assouplissement de la politique d'austérité en fonction des risques, afin de prendre en compte les questions de sécurité alimentaire et la reprise économique qui doit être soutenue", a-t-il déclaré.

Mkhize a noté que la réouverture sera lente et ne sera pas radicalement différente de la situation actuelle. L'étape suivante, moins importante, comprendra un couvre-feu, la limitation des exercices en plein air et l'utilisation obligatoire de masques faciaux en public. Les grands rassemblements restent interdits, et de nombreuses entreprises qualifiées de non essentielles restent fermées. 

Le professeur Kojo Ansah Koram, épidémiologiste à Accra, au Ghana, affirme que ce sont des décisions comme celle-ci qui empêchent les dirigeants de dormir la nuit : comment protègent-ils la santé publique tout en préservant la vigueur d'autres secteurs de leur pays ? 

"Si vous êtes dans un endroit comme Accra", dit Koram, "où il y a une grande majorité de personnes dans le secteur informel, par exemple, alors ce conseil doit être pesé, ou doit être pris en plus de ce qui arrivera à cette population, qui devra probablement sortir tous les jours pour obtenir son pain quotidien. Et donc, vous pouvez faire votre avis purement scientifique, mais vous devez être conscient qu'il doit être géré dans le contexte de toutes les autres choses". 

Mercredi, l'Afrique comptait environ 23 000 cas de COVID-19 et un peu plus de 900 décès, soit moins que dans toute autre région du monde. 

SOURCE : VOA News

More from this author