Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

Alors que la COVID-19 se répand, l'OIM renforce et équipe les centres de santé dans le nord du Niger

Get monthly
e-newsletter

Alors que la COVID-19 se répand, l'OIM renforce et équipe les centres de santé dans le nord du Niger

22 Juillet 2020
Auteur: 
One-month-old Amadou was born at the newly refurbished health centre in Arlit. Photo: IOM/Monica Chiriac
IOM/Monica Chiriac
Amadou, âgé d'un mois, est né dans le centre de santé d'Arlit, récemment rénové. Photo : OIM/Monica Chiriac

Pendant la pandémie de COVID-19, de nombreuses communautés isolées du Niger ont du mal à accéder aux services de base tels que l'eau, l'électricité et les fournitures d'hygiène. La pauvreté, l'insuffisance des routes et les mauvaises conditions météorologiques empêchent de nombreuses personnes de bénéficier de soins de santé adéquats.  

Avec le soutien du Fonds Fiduciaire d'Urgence de l'Union Européenne pour l'Afrique - par le biais de l'initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants - l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) met en œuvre plusieurs activités de stabilisation des communautés dans la région d'Agadez, dans le nord du Niger.   

Entre février 2019 et juin 2020, 122 initiatives communautaires ont été développées, dont 42 projets d'infrastructure, dans 11 des 15 communes de la région d'Agadez.   

"De nombreuses personnes au Niger n'ont toujours pas accès à la vaccination, aux médicaments et à l'assistance médicale", a déclaré Barbara Rijks, chef de mission de l'OIM au Niger. "Il est primordial de veiller à ce que les communautés éloignées, vulnérables et à risque aient accès à des soins de santé de qualité".  

L'OIM a récemment soutenu quatre centres de santé dans le département d'Arlit, en les équipant de latrines, de panneaux solaires et de réfrigérateurs à énergie solaire qui permettront au personnel médical de stocker correctement les vaccins.  

Les batteries solaires aideront les centres de santé à devenir autosuffisants, car ils n'auront plus besoin de recourir à du carburant ou à des générateurs pour leur approvisionnement en électricité. Les nouvelles latrines garantiront des normes d'hygiène adéquates, tandis que l'éclairage extérieur augmentera la visibilité et renforcera la sécurité la nuit.  

"Auparavant, je devais apporter les vaccins de la ville parce que nous ne disposions pas d'un système de stockage adéquat", a déclaré Mariama, infirmière dans l'un des quatre centres de santé du district d'Arlit. "Si je ne pouvais pas aller en ville, nous ne pouvions pas vacciner les enfants car leurs mères ne pouvaient pas se permettre de faire le trajet jusqu'au centre-ville. Maintenant que tout est en place, je n'aurai plus besoin de faire des allers-retours et les familles de la périphérie pourront facilement accéder à nos services", a-t-elle ajouté.   

Le manque d'éclairage approprié a été identifié comme l'un des besoins prioritaires de la communauté l'année dernière lors d'une réunion organisée par un comité à Arlit. Quatre écoles, trois centres de santé et une maternité situés dans des endroits reculés en dehors d'Arlit ont été sélectionnés pour recevoir de nouveaux équipements.   

Amadou, âgé d'un mois, est né dans la maternité nouvellement équipée de la commune d'Akokan à Arlit, où les accouchements précédents étaient souvent éclairés par une lampe de poche.   

"Après quatre filles, il est le seul garçon", a déclaré sa fière mère, Ramatou. "Nous avons souvent des coupures d'électricité à Arlit, nous sommes donc très reconnaissants de ne plus avoir à nous soucier d'accoucher la nuit."  

En partenariat étroit avec la Direction Régionale de la Santé Publique (DRSP), l'OIM prévoit d'installer un équipement similaire dans les prochaines semaines au centre de santé situé dans le village isolé d'Aneye, dans la commune de Dirkou.  

En outre, un nouveau centre de santé sera construit pour les communautés éloignées basées à Tchibarakaten, dans la commune d'Iferouane.   

"Ces initiatives viennent toujours des membres de la communauté eux-mêmes", a déclaré le maire d'Arlit, Abdourahmane Dalahine. "La nécessité de disposer de maternités et de centres de santé bien équipés a été soulevée par les associations de femmes. Chaque fois qu'il y a une nécessité, nous faisons de notre mieux pour y répondre et la résoudre", a-t-il expliqué.  

Les activités financées par le Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique et mises en œuvre dans le cadre des projets de stabilisation communautaire de l'OIM visent à aider le gouvernement à améliorer l'accès aux besoins et aux services de base, à renforcer la gouvernance locale et la cohésion sociale, et à stimuler la reprise économique liée au manque d'opportunités économiques dans les régions éloignées où l'économie était autrefois basée sur la migration irrégulière. 

Annonce