Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Afflux de rapatriés en Éthiopie, l'ONU appelle à une pause en pleine pandémie de Covid-19

Get monthly
e-newsletter

Afflux de rapatriés en Éthiopie, l'ONU appelle à une pause en pleine pandémie de Covid-19

16 Avril 2020
Auteur: 
IOM Ethiopia Staff register returnees from Saudi Arabia at the Civil Service College quarantine centre in Addis Ababa.
IOM/Alemayehu Seifeselassie
Le personnel de l'OIM Ethiopie enregistre les rapatriés d'Arabie Saoudite au centre de quarantaine du Civil Service College à Addis-Abeba.

L'arrivée inattendue de plus de 5 000 rapatriés en Éthiopie au cours des deux dernières semaines, sans examen de santé préalable, a ajouté aux défis que le pays doit relever pour renforcer les mesures visant à freiner le COVID-19. 

L'ONU a demandé une suspension temporaire des vols afin de donner aux autorités éthiopiennes le temps d'organiser le rapatriement des migrants en toute sécurité.  

"La coopération et un dialogue ouvert entre les organismes de gestion des frontières sont essentiels en ce moment pour s'assurer que tout est fait pour arrêter la propagation du COVID-19 et que les mouvements de personnes sont sûrs, ordonnés et réguliers", a déclaré Maureen Achieng, chef de mission de l'OIM en Éthiopie. 

"Les dépistages sanitaires avant le départ, qui sont conformes aux meilleures pratiques recommandées par l'OMS, sont un aspect clé d'une approche unifiée pour faire face à la pandémie".  

La semaine dernière, l'OIM et d'autres partenaires de développement, travaillant avec l'administration de la ville de Dire Dawa, ont reçu 2 019 Ethiopiens de retour de Djibouti qui sont passés par le point d'entrée de la frontière de Dewale. Un autre groupe de 331 personnes est arrivé au point d'entrée de Moyale en provenance du Kenya, avec un nombre important de nourrissons, d'enfants et de femmes enceintes et allaitantes.    

Près de 2 900 rapatriés sont arrivés à Addis-Abeba en provenance du Royaume d'Arabie Saoudite depuis la mise en place de la quarantaine obligatoire, avec une moyenne de 250 retours prévus chaque jour dans les semaines à venir. Les négociations en cours entre les deux pays sont susceptibles de mettre temporairement ces mouvements en attente.   

Ces retours ont lieu à un moment où l'OIM avait réduit les mouvements de retour volontaire assisté et de réintégration (AVRR) en raison du risque accru de transmission de la maladie coronavirus.  

L'Ethiopie a enregistré son premier cas de COVID-19 le 13 mars et la dernière mise à jour publiée par le Ministère de la Santé et l'Institut éthiopien de santé publique (EPHI), le 13 avril, confirme 74 cas et deux décès.  L'état d'urgence national a été déclaré mercredi dernier, renforçant une série de mesures d'application annoncées le mois dernier.  

Ces mesures comprennent la fermeture des écoles, des bars et des boîtes de nuit, des règlements sur les grands rassemblements et l'éloignement physique, la fermeture des frontières terrestres et une quarantaine obligatoire de 14 jours pour tous les passagers arrivant dans les hôtels et dans les installations désignées pour les personnes reconduites.   

Le gouvernement, en collaboration avec des partenaires, prépare également 30 sites de quarantaine pour accueillir les rapatriés, et depuis la semaine dernière, l'OIM aide à préparer les quatre sites d'Addis-Abeba pour accueillir les rapatriés.  Les arrivants de Djibouti sont maintenant hébergés à l'Université de Dire Dawa, qui a été consacrée à l'isolation pendant 14 jours. Ils ont été contrôlés pour le COVID-19 par le Bureau de la Santé, et six personnes suspectes sont maintenant en quarantaine.   

"Nous leur avons fourni de la nourriture et de l'eau en bouteille de qualité pendant les quatre premiers jours, des installations pour se laver les mains et des serviettes hygiéniques pour les femmes", a déclaré Aaron Manyumbu, chef du sous-bureau de l'OIM à Dire Dawa.  "L'OIM continuera à fournir de l'eau en bouteille, des kits d'hygiène (vêtements inclus) et le transport vers les régions respectives jusqu'à la fin des 14 jours d'isolement", a-t-il ajouté.   

Les arrivées d'Arabie Saoudite sont actuellement hébergées au centre de quarantaine de l'Université des sciences et technologies d'Addis-Abeba, où l'OIM a fait don de 2 000 couvertures, 1 500 draps de lit et 720 paquets de savon.    

En collaboration avec le gouvernement et d'autres partenaires, l'OIM continuera à fournir un soutien sur le site, notamment en enregistrant les arrivées et en identifiant les rapatriés vulnérables, comme les enfants migrants non accompagnés, afin de leur apporter une aide supplémentaire après la quarantaine. 

La préparation et la réponse au COVID-19 de l'OIM Ethiopie couvre les interventions dans le domaine de la santé, l'engagement WASH et communautaire, l'appui à la gestion des sites, l'AVRR et les rapports de la matrice de suivi des déplacements (DTM).  Dans le domaine de la santé, l'OIM a détaché du personnel médical à l'EPHI, renforcé les points d'entrée et de sortie (PoE), engagé la communication des risques et l'engagement communautaire (RCCE) et la surveillance, y compris le soutien à la cartographie de la mobilité pour aider à identifier les zones sensibles potentielles et les itinéraires de mobilité.  

Les activités WASH ont inclus, entre autres, la distribution de 3 750 000 pièces de savon antibactérien de 120 g à 625 000 personnes et de 500 seaux et savons pour le lavage des mains dans les centres de santé, les points d'eau et autres lieux communautaires. 50 000 dépliants et 10 000 affiches en Amharique, Oromiffa, Somali et Tigrigna sur la sensibilisation au COVID-19 et les mesures d'atténuation ont également été produits et distribués.  

L'OIM a également soutenu le Centre des opérations d'urgence (EOC) et l'EPHI dans l'élaboration d'une directive pour la préparation et la réponse à l'épidémie de COVID-19 pour les réfugiés, les personnes déplacées et les rapatriés en Éthiopie, basée sur les directives élaborées par le Comité permanent interorganisations (IASC) en mars 2020.  

L'OIM continue à travailler sur un large éventail d'interventions COVID-19 par le biais de sa programmation quotidienne et du soutien du système des Nations unies à la capacité de préparation et de réponse du gouvernement. L'OIM plaide également auprès des pays, en particulier des États membres, pour qu'ils suspendent les expulsions, car cela menace sérieusement la résistance de l'Éthiopie au COVID-19.  

Pour obtenir le dernier aperçu de la situation de l'OIM sur la réponse au COVID-19 en Éthiopie, cliquez ici