Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Réseau des femmes africaines dirigeantes; un mouvement pour la transformation de l'Afrique

Get monthly
e-newsletter

Réseau des femmes africaines dirigeantes; un mouvement pour la transformation de l'Afrique

Par l'intermédiaire de ses sections nationales, le réseau mobilise les femmes en faveur d'un mouvement continental qui élèvera le statut du leadership féminin en Afrique.
Bineta Diop
19 Août 2020
Photo de groupe des participantes au lancement du Réseau des femmes africaines dirigeantes au siège
UN Women/Ryan Brown
Photo de groupe des participantes au lancement du Réseau des femmes africaines dirigeantes au siège des Nations unies à New York du 31 mai au 2 juin 2017.

L'année 2020 a commencé a plutôt bien commencé pour le Réseau des femmes africaines dirigeantes (AWLN). Le monde s'apprêtant à marquer les 25 ans de la quatrième conférence mondiale sur les femmes, l’AWLN a voulu commémorer l'anniversaire de la déclaration et de la plate-forme d'action de Pékin en lançant 25 sections nationales à travers l'Afrique.

Ellen Johnson Sirleaf
Il est temps de reconnaître que la transformation du développement et la paix véritable ne peuvent pas venir sans un changement fondamental dans les personnes qui dirigent et les façons de diriger.
Ellen Johnson Sirleaf
Marraine de l’AWLN et ancienne présidente du Liberia

 

La pandémie COVID-19 et ses impacts disproportionnés sur les femmes ont mis l’AWLN au défi de devenir rapidement le porte-flambeau de l'esprit indomptable des femmes africaines pour s'assurer que les "gains réalisés ne soient pas annulés", comme l'a souligné Amina Mohammed, championne de l'AWLN et vice-secrétaire générale de l'ONU, lors d'une consultation virtuelle sur les réponses à COVID-19 en mai 2020.

AWLN a été lancé au siège des Nations unies à New York en juin 2017, sous les auspices de la Commission de l'Union africaine (CUA) et des Nations unies (ONU) par l'intermédiaire du Bureau de l'envoyé spécial de l'UA pour les femmes, la paix et la sécurité et d'ONU Femmes. Trois ans après sa création, le réseau compte plus de 500 femmes africaines, toutes générations et secteurs confondus. Son ambition est de créer une force continentale de femmes leaders qui contribuent à la transformation de l'Afrique conformément à l'Agenda 2063 pour l'Afrique et à l'Agenda mondial pour le développement durable 2030.

 

Cet effort repose sur six piliers clés : la gouvernance et la participation politique, la paix et la sécurité, la finance et l'entreprenariat féminin, le leadership des jeunes, l'agriculture et la mobilisation sociale. Le président de la CUA, Moussa Faki Mahamat, a reconnu ces priorités transversales et le rôle des femmes africaines en tant qu'agricultrices, entrepreneurs, commerçantes, scientifiques et leaders dans de nombreux autres secteurs qui constituent l'épine dorsale de nos économies.

Bineta Diop (first from right) and Phumzile Mlambo-NgcukaGroup (second from left) at the launched of the African Women Leaders Network at the United Nations Headquarters in New York from 31 May to 2 June 2017.
Bineta Diop (première à droite) et Phumzile Mlambo-NgcukaGroup (deuxième à gauche) lors du lancement du Réseau des femmes africaines dirigeantes au siège des Nations unies à New York du 31 mai au 2 juin 2017. Photo : ONU Femmes/Ryan Brown

La pandémie a mis en évidence et amplifié les écarts critiques entre les sexes d'une manière qui nous offre d'importantes possibilités de mener une action constructive. Même avant la pandémie, la contribution des femmes africaines au développement socio-économique de leurs pays n'était pas reconnue et était sous-estimée, bien qu'elles constituent 72 % de la main-d'œuvre agricole, 70 % du secteur informel et plus de 70 % du personnel de santé de première ligne. Ces femmes, dans ces secteurs, sont vitales pour le redressement et doivent être délibérément ciblées dans les mesures de redressement.

Santé génésique

Un autre domaine d'intérêt est la santé reproductive des femmes et des adolescentes, dont les services ont été privés en raison de l'urgence de la santé publique. Ces services restent vitaux et sont particulièrement importants compte tenu de la forte augmentation des rapports sur la violence domestique et sexiste, et de l'énorme augmentation des mariages d'enfants et des grossesses précoces chez les filles en raison de la fermeture des écoles. Le fait qu'en Éthiopie, des groupes de femmes ont empêché 500 mariages d'enfants depuis le début de la pandémie montre qu'il est possible d'inverser ces tendances.

La contribution des femmes africaines au développement socio-économique de leur pays n'a pas été reconnue et a été sous-estimée, bien qu'elles constituent 72 % de la main-d'œuvre agricole, 70 % du secteur informel et plus de 70 % du personnel de santé de première ligne.

En outre, les questions de l'accès à des équipements de protection adéquats, qui sont vitaux pour les travailleurs de la santé et des soins de première ligne, et de l'accès à des informations pertinentes sur les questions de santé publique doivent être abordées. En Afrique, 70 % de la population n'a toujours pas accès à l'internet et la fracture numérique est surtout ressentie par les femmes et les filles.

L'aggravation de la discrimination sexuelle et le détournement des fonds des programmes d'émancipation des femmes ont également un impact négatif sur la contribution des femmes à la paix et à la sécurité. Pourtant, la solidarité et la résilience des femmes constituent un capital social unique qui devrait être utilisé comme une ressource et engagé activement dans les processus de consolidation de la paix.

Les élections - le tremplin à partir duquel les femmes peuvent être propulsées au leadership politique - sont maintenant menacées, car les gouvernements appliquent des mesures d'urgence sur la circulation ou restreignent la liberté d'expression en réponse à une nouvelle "infodémie". Dans les pays qui planifient des élections, les gouvernements doivent garantir une participation libre et équitable des femmes dans les nouvelles circonstances, y compris en tant que membres des mécanismes de surveillance des élections.

Joyce Banda, Former President, Malawi (first from right) at the launched of the African Women Leaders Network at the United Nations Headquarters in New York from 31 May to 2 June 2017.
Joyce Banda, ancienne présidente du Malawi (première à partir de la droite) lors du lancement du Réseau des femmes africaines dirigeantes au siège des Nations unies à New York du 31 mai au 2 juin 2017. Photo : UN Photo/Kim Haughton

Priorités

La consultation mondiale du Réseau des femmes africaines dirigeantes (AWLN), qui s'est tenue en mai 2020, a examiné ces questions et d'autres questions cruciales afin de les classer par ordre de priorité et de les traduire en actions immédiates. Aucune femme ou fille ne devrait subir de violence en silence ; chaque petite fille doit avoir accès à l'éducation et à d'autres outils essentiels pour le marché moderne ; l'économie des soins menée par les femmes et les filles doit être reconnue et valorisée de manière adéquate ; et les femmes leaders, y compris les jeunes femmes leaders, doivent être présentes à la table des décisions pour s'engager dans la planification et la mise en œuvre des priorités clés avec une perspective de genre, par exemple, dans la planification des mécanismes d'intervention de COVID-19. À cet égard, les fonds ne doivent pas être détournés des projets et activités convenus au préalable.

En 2001, les chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine se sont engagés à fixer l'objectif d'allouer au moins 15 % de leur budget annuel à l'amélioration du secteur de la santé. En 2019, les données disponibles montrent que seuls trois pays avaient atteint cet objectif. Les États membres de l'UA doivent s'engager à nouveau à faire respecter les droits des femmes conformément aux instruments internationaux et régionaux dont ils sont convenus, à savoir le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits des femmes, ainsi que les lignes directrices de l'ONU et de l'UA pour l'activation de stratégies tenant compte des questions de genre afin de faire face à la pandémie COVID-19 et de mieux reconstruire après la crise. L'Union africaine et ONU Femmes sont prêtes à soutenir les États membres dans leurs efforts pour atteindre l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes avec l'AWLN.

Otiko Afisa-Djaba (right), Minister for Gender and Social Protection of Ghana, at the launched of the African Women Leaders Network at the United Nations Headquarters in New York from 31 May to 2 June 2017.
Otiko Afisa-Djaba (à droite), ministre du genre et de la protection sociale du Ghana, lors du lancement du Réseau des femmes africaines dirigeantes au siège des Nations unies à New York du 31 mai au 2 juin 2017. Photo : UN Photo/Kim Haughton

Par l'intermédiaire de ses sections nationales, l'AWLN mobilise les femmes vers un mouvement continental qui élèvera le statut du leadership féminin en Afrique. Selon les mots de la marraine de l’AWLN et ancienne présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, "il est temps de reconnaître que la transformation du développement et la paix véritable ne peuvent pas venir sans un changement fondamental dans les personnes qui dirigent et les façons de diriger". Les femmes africaines leaders à tous les niveaux peuvent faire en sorte que cela se produise et devenir une force avec laquelle il faut compter.


Mme Diop est l'envoyée spéciale de l'UA pour les femmes, la paix et la sécurité, tandis que Mme Mlambo-Ngcuka est la Directrice exécutive d'ONU Femmes.

Editorial initialement publié par All Africa.