Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les droits de l'homme, ma passion

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Les droits de l'homme, ma passion

-Okwa Morphy du Nigeria, en mission au Soudan du Sud
15 Mai 2020
-Okwa Morphy from Nigeria, serving in South Sudan
-Okwa Morphy du Nigeria, en mission au Soudan du Sud

Le 29 mai est la Journée internationale des Casques bleus de l'ONU - une journée pour rendre hommage à notre personnel civil et en uniforme. Alors que nous commémorons le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, nous dresserons le profil des femmes soldats de la paix et les entendrons raconter leur histoire. Le Casque bleu du jour est originaire du Nigeria.

 

Parlez-nous un peu de vous.

Je m’appelle Okwa Morphy, du Nigeria. Je suis Volontaire des Nations Unies (VNU) à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS). J’ai 49 ans et je suis titulaire d’une maîtrise en droit. Mon domaine d’expertise est les droits de l’homme.

Où êtes-vous basée ?

Je suis actuellement basé à Yambio, la capitale de l'État d'Équatoria occidental au Soudan du Sud. Je travaille avec la communauté locale et d'autres parties prenantes pour sensibiliser à l'importance de la promotion et de la protection des droits humains fondamentaux et de la dignité pour tous, en particulier les femmes et les enfants. J'aime ce que je fais ! 

Quelles sont vos responsabilités dans le cadre de la mission et à quoi ressemble votre journée type ?

En tant que responsable des droits de l'homme au sein de la MINUSS, mes principales responsabilités consistent à surveiller, enquêter, documenter et signaler les violations des droits de l'homme. Il s'agit d'une tâche délicate et stimulante qui comprend, en gros, la surveillance des parties au conflit en cours et la manière dont leurs actions (ou leur inaction) affectent les droits des civils. 

Une journée typique pour moi à Yambio consiste à me rendre tôt au bureau pour vérifier les mises à jour du quartier général de la mission à Juba, puis à partir à la rencontre des interlocuteurs locaux. Je visite régulièrement les centres de détention à des fins de contrôle. Le moment le plus difficile de ma journée est la visite des unités spéciales de protection des hôpitaux locaux pour surveiller et enregistrer les cas de violence sexuelle contre les femmes, ce qui est malheureusement courant au Soudan du Sud. 

 

Depuis combien de temps êtes-vous Volontaire des Nations Unies et comment l'êtes-vous devenu ?

J'ai rejoint la MINUSS en tant que volontaire des Nations Unies en août 2017. C'est ma première mission des Nations Unies. Je suis tombée sur le site des Volontaires des Nations Unies presque par hasard alors que je surfais sur Internet au Nigeria un jour. Il a immédiatement attiré mon attention car il encourageait les professionnels à servir en tant que volontaires des Nations Unies. J'ai postulé et j'ai été ravi lorsque trois mois plus tard, j'ai reçu une offre de service au Soudan du Sud. C'était un rêve devenu réalité pour moi sur le plan professionnel, car c'était une occasion de faire le travail qui me passionne le plus et ce, au niveau international. 

 

Qu'ont pensé votre famille et vos amis dans votre pays d'origine de votre décision de quitter votre pays et de travailler pour la mission de maintien de la paix des Nations unies ?

Ma mère était très sceptique au début et ne comprenait pas pourquoi je voulais quitter le confort de ma maison pour une mission sur le terrain dans un pays où il y avait un conflit actif, de la pauvreté et une faim extrême. Mes frères et soeurs m'ont soutenu davantage parce qu'ils estimaient que c'était une occasion unique, mais je dois admettre qu'il a fallu beaucoup de persuasion pour convaincre ma mère de se joindre à moi. Cependant, je suis heureux de dire qu'avec le temps et après avoir pris mes marques, ma famille est très fière de moi. 

 

Parlez-nous des points forts de vos services dans le cadre de votre mission actuelle de maintien de la paix :

 Le point culminant de mon expérience à la MINUSS est sans aucun doute l'occasion que j'ai de mettre en lumière les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire. Cela peut être difficile, et même parfois déchirant. Mais j'ai le sentiment que, d'une certaine manière, je m'assure que les injustices qui ont été perpétrées contre les civils et les populations vulnérables, en particulier les femmes et les enfants, seront finalement traitées. D'une certaine manière, je peux dire que j'ai contribué au système judiciaire et à sa responsabilisation, ainsi qu'au processus de guérison du Soudan du Sud. 

 

Quelles sont les trois choses que vous aimez le plus dans la mission et le pays dans lequel vous servez ?

Mon expérience à Yambio m'a appris à laisser de côté mes préjugés personnels, à garder un esprit ouvert et à apprendre de mes collègues. Elle m'a énormément enrichi et a fait de moi une meilleure personne et un meilleur professionnel. Je suis très reconnaissant de ce passage à la MINUSS, car il m'a appris la valeur de la patience et m'a permis d'élargir considérablement mon éventail de compétences.

Ce que j'aime au Soudan du Sud, ce sont les gens qui sont extrêmement accueillants et hospitaliers. Malgré tous les défis qu'ils doivent relever chaque jour - lutter pour nourrir leurs enfants, gagner leur vie, protéger leurs maisons et leurs familles - on peut sentir leur chaleur dès qu'on les rencontre. Malgré tout ce qu'ils ont traversé en tant que peuple et pays, les sourires sur leurs visages sont remplis d'espoir. Pour moi, cette résilience face à une telle adversité est rare. 

 

Quelle partie de votre travail vous semble la plus difficile et pourquoi ?

 Je suis émue lorsque je parle à des personnes dont les droits de l'homme ont été violés d'une manière ou d'une autre, ou à celles qui ont survécu à des violences sexuelles. Je peux voir le traumatisme dans leurs yeux et l'entendre dans leur voix. Cela a toujours été l'aspect le plus difficile de mon travail. 

 

Pensez-vous que les femmes soldats de la paix servent de modèles à la population locale ? 

 Absolument ! Je pense que nous offrons aux femmes et aux filles locales un idéal d'autonomisation auquel elles peuvent aspirer. Lors de mes visites dans les communautés locales de l’Équatoria occidental, de nombreuses femmes viennent me voir et me disent qu’elles espèrent que leurs filles seront un jour comme moi. Je leur dis que leurs filles peuvent être comme moi si on leur donne la possibilité d’aller à l’école et de terminer leurs études. Dans l’ensemble, les femmes soldats de la paix de la MINUSS sont aimées et respectées par les communautés d’accueil. 

 

Que diriez-vous aux jeunes qui envisagent une carrière dans le maintien de la paix ?

 Le maintien de la paix n'est pas pour les faibles. Il fait ressortir l'humanité qui est en chacun de nous et consiste à servir les sociétés et les individus qui ont le plus besoin de votre aide. Donc, si vous voulez vraiment que votre vie compte pour quelque chose de plus grand que vous-même, je vous encourage vivement à envisager une carrière dans le maintien de la paix. Il n'est pas toujours facile d'être loin de sa famille et de ses proches et les conditions de travail peuvent être difficiles ; mais tous les sacrifices que vous faites en valent la peine en fin de compte !