Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Information

"Le maintien de la paix est un défi mais aussi une source d'inspiration"

Get monthly
e-newsletter

"Le maintien de la paix est un défi mais aussi une source d'inspiration"

-Le major Nargis Parvin, du Bangladesh, en poste en République démocratique du Congo
27 Mai 2020
Major Nargis Parvin from Bangladesh, serving in the DR Congo
Le major Nargis Parvin, du Bangladesh, en poste en République démocratique du Congo

C'est le quatrième volet de notre campagne d'un mois visant à célébrer les femmes soldats de la paix. Le 29 mai est la Journée internationale des soldats de la paix des Nations unies - une journée pour rendre hommage à notre personnel civil et en uniforme. Alors que nous commémorons le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, nous dressons le profil de femmes soldats de la paix et les écoutons raconter leur propre histoire.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je suis le Major Nargis Parvin, de l'armée du Bangladesh. Je suis soldat depuis 16 ans maintenant, et je me concentre sur la formation, la communication et la collecte de renseignements. J'ai également servi deux fois aux Nations Unies (ONU), d'abord dans la Mission des Nations Unies en Libye (MINUL) de 2008 à 2009 et je suis actuellement dans la Mission de stabilisation de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO).

Quelles sont vos responsabilités au sein de la mission et quelle est votre journée type ?

Actuellement, je suis l'officier d'état-major à la section DDR/RR-CVR (Désarmement, Démobilisation, Rapatriement, Réintégration et Réinstallation - Réduction de la violence communautaire) du bureau extérieur de Bunia. Ce travail n'est pas comme les activités militaires habituelles et c'est un défi. Je travaille avec différents groupes armés, tant locaux qu'étrangers, pour leur reddition.

Depuis combien de temps êtes-vous un soldat de la paix des Nations Unies et comment êtes-vous devenu un soldat de la paix ?

J'ai servi en Libye pendant un an et maintenant je vais être en RDC pendant un an également. Comment suis-je entré à l'ONU ? Je suis passé par une procédure de sélection dans l'armée du Bangladesh pour des périodes de service en dehors de l'armée, y compris dans des missions des Nations Unies. J’ai été sélectionné sur la base de mes antécédents professionnels, de ma bonne réputation, de mon ancienneté, de mes compétences et de mon expérience professionnelle. J’ai également suivi la formation nécessaire pour cette tâche.

Qu’ont pensé votre famille et vos amis dans votre pays d’origine de votre décision de quitter votre pays et de travailler pour une mission de maintien de la paix des Nations unies ?

Mes amis et les membres de ma famille sont fiers de moi. Ils disent que je fais un excellent travail aux Nations Unies en aidant le pays hôte et sa population à parvenir à une paix durable. J'ai tout le soutien de ma famille, ils sont ma force.

Quelles sont les trois choses que vous aimez le plus dans la mission et le pays ?

J'aime le fait que la situation sécuritaire en RDC s'améliore, avec l'aide de la MONUSCO. Le processus de désarmement est en cours. A part cela, j'aime la beauté naturelle du pays. C'est incroyable.

Quelle partie de votre travail vous semble la plus difficile et pourquoi ?

Travailler avec les combattants est la partie la plus difficile de mon travail, mais c'est en même temps passionnant. Les combattants peuvent être agressifs et si vous travailler avec eux, vous devez suivre la procédure, être prudent et attentionné, en gardant à l'esprit que nous sommes des gardiens de la paix.

Pensez-vous que les femmes soldats de la paix servent de modèles pour la population locale ?

Un grand oui ! Et ce, non seulement pour la population, mais aussi au sein des Nations Unies. Pourquoi est-ce que je dis cela ? Il y a certaines tâches que seules les femmes peuvent accomplir. Par exemple, lors du désarmement, seul le personnel féminin peut s'occuper des combattantes ou de celles qui se rendent.

Que diriez-vous aux femmes soldats qui envisagent une carrière dans le maintien de la paix ?

Je dirais félicitations car elles font déjà un excellent travail pour l'humanité. Elles méritent d'être saluées ! Nous avons besoin d'un personnel équilibré en termes de genre pour être plus efficace dans la mise en œuvre du mandat des Nations Unies. Un jour, j'aimerais voir un ratio homme/femme de 50:50.

Annonce