Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Le cycle de conférences sur l’Afrique 2020 : Le conseiller spécial des Nations unies pour l'Afrique s'exprime sur COVID-19 et sur le thème "Faire taire les armes en Afrique

Get monthly
e-newsletter

Le cycle de conférences sur l’Afrique 2020 : Le conseiller spécial des Nations unies pour l'Afrique s'exprime sur COVID-19 et sur le thème "Faire taire les armes en Afrique

Ms. Bience Gawanas
27 Mai 2020
Bience Gawanas, Special Adviser on Africa
Bience Gawanas is the UN Secretary-General's Special Adviser on Africa

Il y a deux ans et demi, l'OSAA a lancé le cycle de conférences sur l’Afrique avec deux objectifs principaux : promouvoir des discussions politiques sur des questions d'importance cruciale pour l'Afrique ; et s'assurer que l'Afrique figure en bonne place dans l'agenda des Nations Unies.

C'est peut-être la troisième fois que le Bureau du conseiller spécial pour l'Afrique (OSAA) organise le cycle de conférences sur l’Afrique dans ce format, mais c'est la toute première fois dans l'espace virtuel.

Après trois demi-journées du cycle de conférences sur l’Afrique 2020, nous pouvons dire que nous avons réussi.

Grâce à de multiples contributions, nous avons tenu des discussions éclairées sur le thème "Faire taire les armes" et la lutte contre la pandémie COVID-19 en Afrique.

À cet égard, je voudrais remercier les États membres, les institutions africaines et les entités des Nations Unies pour leur participation à ces séries de dialogues. Et je voudrais exprimer ma gratitude particulière aux représentants de la société civile et aux universitaires qui ont pris la parole au cours de ces trois demi-journées.

Comme je l'ai déjà dit, la gouvernance n'est pas une question de structures, mais de personnes. Et pour entendre des personnes dont nous avons besoin, nous devons faire bonne place à la société civile. Je voudrais donc réitérer l'engagement d'OSAA à continuer à servir de plate-forme pour réunir la société civile et les décideurs politiques.

Lors de mes mots de bienvenue, j'avais noté que l'objectif du cycle de conférences sur l’Afrique était de présenter des recommandations concrètes sur la voie à suivre pour la transformation de l'Afrique. Ces recommandations seront développées en détail dans le rapport que produira OSAA, mais permettez-moi de souligner certains de ces points.

  • Il est essentiel de combler le fossé générationnel et de promouvoir un leadership inclusif en tirant parti des connaissances et de l'expertise de tous les segments de la population et en renforçant la participation des jeunes à la prise de décision.
  • Il est impératif d'adopter un nouveau paradigme dans notre façon de faire des affaires, de gérer les systèmes de santé et d'améliorer les moyens de subsistance. Ce nouveau paradigme exige un investissement important dans l'éducation et le développement des compétences. En outre, des investissements doivent être réalisés dans la santé, l'eau et l'assainissement, la protection sociale, l'emploi et les infrastructures durables.
  • La durabilité devrait être prise en compte dans les processus de planification. La pandémie a un impact profond sur la mise en œuvre des plans et des stratégies de développement à tous les niveaux et d'initiatives importantes telles que l'initiative "Faire taire les armes" de l'Union africaine (UA). Il est impératif de prendre en compte dans les processus de planification des moyens efficaces d'atténuer les circonstances imprévues de cette nature.
  • La solidarité et l'action internationales sont nécessaires pour renforcer les systèmes de santé en Afrique, maintenir l'approvisionnement alimentaire, éviter une crise financière, soutenir l'éducation, protéger les emplois, maintenir les ménages et les entreprises à flot, ainsi que protéger le continent contre les pertes de revenus et de recettes d'exportation.
  • Un cadre global de la dette est nécessaire, en commençant par un gel général de la dette pour les pays incapables d'assurer le service de leur dette, suivi d'un allégement ciblé de la dette et d'une approche globale des questions structurelles dans l'architecture internationale de la dette afin d'éviter les défauts de paiement.
  • La communauté internationale devrait soutenir les efforts africains dans la lutte contre la COVID-19 par le biais des achats groupés à l'échelle du continent menés par les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) et en augmentant la capacité de fabrication locale de produits de base essentiels, en apportant un soutien à la logistique de distribution des fournitures médicales, en engageant le secteur privé pour compléter la capacité de réponse des gouvernements et en déployant et en augmentant l'utilisation des applications technologiques et de l'innovation.
  • Il est nécessaire de mettre rapidement en œuvre la Zone de libre-échange du continent africain (ZLECA) afin de garantir des conditions équitables pour les pauvres et les groupes marginalisés d'Afrique.
  • Il est impératif de simplifier les procédures d'enregistrement et d'offrir des incitations aux acteurs du secteur informel pour qu'ils formalisent leurs activités en apportant une aide aux micro, petites et moyennes entreprises en période de chocs mondiaux défavorables.
  • Un cessez-le-feu mondial est essentiel pour que les pays africains puissent poursuivre leurs efforts pour faire taire les armes et lutter contre l'extrémisme violent, et pour qu'ils puissent se concentrer sur la lutte contre la pandémie COVID-19.
  • L'UA et l'ONU, avec la pleine participation des gouvernements africains et des acteurs régionaux et locaux, devraient revoir et ajuster les outils de prévention et de résolution des conflits afin de répondre de manière efficace et efficiente à la nature toujours changeante des conflits, de la violence et de la criminalité sur le continent.
  • Les gouvernements nationaux devraient veiller à l'inclusion et à la participation des femmes et des jeunes dans tous les aspects des processus de paix en situation de conflit et d'après-conflit. Cela est essentiel pour le succès des efforts de résolution pacifique des conflits, notamment par des stratégies de médiation globales.
  • Il est également important d'investir dans le renforcement des capacités des institutions publiques afin qu'elles puissent jouer leur rôle dans la promotion de la participation et de l'inclusion ainsi que dans la fourniture de biens publics.
  • La pandémie COVID-19 a exacerbé les causes sous-jacentes de l'instabilité et des conflits. Les réponses à la pandémie devraient contribuer à instaurer la confiance et à promouvoir le dialogue et l'engagement de toutes les parties prenantes.
  • La nécessité d'une relation État-société fondée sur la confiance et d'une vision nationale reposant sur le consensus est essentielle. La gouvernance doit être fondée sur un pacte entre le gouvernement et la société, assurant la transparence, la prévisibilité et minimisant le mécontentement.
  • Un leadership empathique est essentiel et le développement d'un tel leadership exige des gouvernements qu'ils comprennent qui ils dirigent et ceux qui comprennent le pouls de leur propre société et la dynamique interne plutôt que de répondre à des pressions extérieures. Les gouvernements devraient impliquer les groupes vulnérables, principalement les femmes et les jeunes, ainsi que les réfugiés, les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI) et les immigrants pendant tout le cycle de la réponse à la COVID-19, y compris les évaluations des besoins, la conception de l'éducation et d'autres interventions, afin de garantir l'efficacité de la réponse.
  • Comme l'a montré la COVID-19, le leadership des femmes a été plus efficace pour faire face à la pandémie grâce à une approche globale et inclusive. Faisons en sorte que les mesures mises en place pour répondre à la pandémie renforcent la contribution que les femmes et les filles peuvent apporter à leur société.

Je voudrais rendre hommage à ceux qui ont malheureusement perdu la vie au cours de la pandémie COVID-19 et exprimer notre soutien à la détermination de ceux qui tentent encore de se remettre de cette maladie - physiquement, mentalement, et sur le plan social et économique.

*Adapté de l’allocution de clôture de Bience Gawanas, Secrétaire général adjoint, Conseiller spécial pour l'Afrique auprès du Secrétaire général des Nations Unies