Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

Nous nous en sortirons si nous nous unissons et si nous nous soutenons les uns les autres

Get monthly
e-newsletter

Nous nous en sortirons si nous nous unissons et si nous nous soutenons les uns les autres

-Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)
Africa Renewal
19 Mai 2020
Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)
Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibie)

Parlez-nous un peu de vous ?

Je m'appelle Dr. Theo-Ben Kandetu et j'ai 31 ans. Je suis né et j'ai grandi à Windhoek, la capitale de la Namibie. Je suis le médecin-chef du département de médecine interne (néphrologie) de l'hôpital central de Windhoek, l'hôpital national de référence en Namibie.

Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)
Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)

Depuis combien de temps travaillez-vous dans le secteur de la santé ? Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir une carrière dans le secteur de la santé ? Avez-vous des craintes ou des regrets ?

Je travaille comme travailleur de la santé depuis cinq ans maintenant. Pour moi, c'est une "vocation". J'ai toujours voulu être médecin depuis l'adolescence. Ce qui m'a attiré vers la médecine, c'est de pouvoir intervenir et aider une personne malade à retrouver la santé. L'étude de la biologie au lycée, en particulier du fonctionnement du corps humain, a intensifié ma vocation à la médecine.

J'ai la chance d'avoir trouvé dans les soins de santé une voie d'accès à la vie et je peux honnêtement dire que je n'ai aucun regret. Cependant, posez-moi cette même question à 2 heures du matin pendant une garde de 24 heures au centre d'urgence, et ma réponse sera probablement différente. C'est-à-dire qu'il y a des bons et des mauvais jours, comme dans toute autre profession.

Des craintes ?

Absolument ! Comme pour les autres médecins, la crainte d'une erreur de jugement clinique ou d'une omission dans le dossier de prescription. Mais cette crainte est aussi ce qui me pousse à être toujours vigilant au travail, surtout pendant les gardes de nuit.

Comment contribuez-vous à la lutte contre la COVID-19 dans votre pays ? Comment votre travail a-t-il changé depuis l'apparition de la COVID-19 ?

En raison de mon expérience en médecine interne et en tant que chef de l'équipe de prévention et de contrôle des infections dans mon hôpital, j'ai été détaché auprès de la Force d'Intervention Nationale de la COVID-19 en Namibie.

Depuis que la COVID-19 a atteint la Namibie, mon emploi du temps quotidien a considérablement changé, passant de la consultation des patients au niveau de l'hôpital à la responsabilité de la préparation et de la réponse de tout le pays. Mon équipe est spécifiquement responsable de la gestion des cas de patients COVID-19 confirmés. Cela implique la mise en place de politiques nationales pour la gestion des cas, la coordination des efforts de l'équipe de réponse à la gestion des cas dans tout le pays, et personnellement, le suivi de la gestion de tous les cas COVID-19 confirmés dans le pays.

Qu'est-ce qui vous affecte le plus dans cette situation COVID-19 ? Qu'est-ce qui vous pousse à continuer ? Comment faites-vous face à la situation ?

Ce que je trouve vraiment démotivant dans la lutte contre la COVID-19 dans mon pays, c'est la désinformation et les fausses nouvelles qui circulent sur les réseaux sociaux et autres plateformes. Cela vient probablement du fait que beaucoup de choses sur ce nouveau coronavirus sont encore inconnues. Malheureusement, il semble être dans la nature humaine de " combler le vide " si les gens n'obtiennent pas les informations ou les réponses qu'ils recherchent; que leurs intentions soient malveillantes ou non. Ce qui est frustrant dans toute cette désinformation, c'est qu'elle mine réellement les efforts et le travail des équipes de préparation et d'intervention de la COVID-19, car elle suscite la méfiance du public.

Ce qui me permet de continuer, c'est l'amour et le soutien de ma famille. En raison de mes horaires de travail chargés, je saute souvent des repas. Ma famille s'est assurée que je sois bien pris en charge et équipé pour continuer la lutte contre la COVID-19 lorsque je quitte la maison tous les matins.

Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)
Dr. Theo-Ben Kandetu (Namibia)

Quelle stratégie, selon vous, a bien fonctionné dans ce combat et qu'est-ce qui n'a pas fonctionné ? Que faut-il faire pour gagner la guerre contre la COVID-19 ?

Pour la Namibie en particulier, je pense que notre réaction rapide à la fermeture de nos ports d'entrée aux voyageurs internationaux nous a permis de contenir la transmission de la COVID-19. Ceci, associé à nos mesures d'atténuation agressives en matière de surveillance de la maladie, de recherche des contacts et de quarantaine/isolement, est ce qui nous a permis de freiner la propagation de la maladie.

La Namibie serait également le deuxième pays le moins peuplé du monde en superficie (environ 3 personnes par kilomètre carré), un fait qui joue certainement en notre faveur compte tenu du mode de transmission de ce virus.

Comment vaincre la COVID-19 ?

À mon avis, le moyen de gagner cette guerre est la collaboration multisectorielle. Tout le monde doit être sur le pont. Il est crucial que les experts de tous les secteurs s'impliquent dans la recherche de solutions spécifiques à leur pays. Chaque pays se trouve à un stade différent de la pandémie de COVID-19, de sorte que les solutions du pays A ne s'appliquent pas nécessairement au pays B. Ce qui est important à mon avis, c'est que les gouvernements fournissent des plateformes à leurs experts pour qu'ils puissent délibérer sur les solutions possibles aux problèmes. En outre, il est primordial que les pays impliquent également les autorités internationales comme l'OMS, les CDC et le CDC Afrique dans le processus de délibération. La Namibie a obtenu de très bons résultats en matière de collaboration multisectorielle.

Quel est votre message aux habitants de votre pays, et à vos concitoyens africains en général, en cette période de COVID-19 ?

Bien que nous vivions une époque très incertaine, n'oublions pas notre humanité. Ne stigmatisons pas ceux qui ont la COVID-19, ou ne les considérons pas comme des ennemis. Nous nous en sortirons si nous nous unissons et nous soutenons les uns les autres.