Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Sondage

Transformer les défis de la COVID-19 en opportunités de paix

Get monthly
e-newsletter

Transformer les défis de la COVID-19 en opportunités de paix

Explorer des idées concrètes et réalisables pour rendre l'Afrique plus forte et plus résistante
Ms. Bience Gawanas
21 Mai 2020
Bience Gawanas, Conseillère Spéciale pour l'Afrique

Le cycle de conférences sur l’Afrique est l'événement phare du Bureau du Conseiller Spécial pour l'Afrique (OSAA). L'édition de cette année est organisée en collaboration avec la Commission de l'Union Africaine, la Commission Economique pour l'Afrique (CEA), le Département des Communications Globales, ONU Femmes et le Département des Affaires Politiques et de la Consolidation de la Paix - Département des Opérations de Paix (DPPA-DPO).

L'OSAA a été créé en avril 2003. Ses principales responsabilités sont de plaider pour le soutien de la communauté internationale au développement de l'Afrique, de soutenir les organes intergouvernementaux des Nations Unies dans leurs délibérations sur l'Afrique, de conseiller le Secrétaire Général des Nations Unies en ce qui concerne l'Afrique et de soutenir ses efforts pour assurer la cohérence et la coordination de l'action des Nations Unies en Afrique. Elle se concentre de plus en plus sur le lien entre les priorités en matière de développement, de paix et de sécurité, d'action humanitaire et de droits de l'homme, en d'autres termes sur le développement durable de l'Afrique.

C'est en gardant à l'esprit sa place transversale et unique dans le système des Nations Unies que l'OSAA a décidé en 2018 de lancer la série de dialogues sur l'Afrique comme principal événement annuel. L'ADS offre une plateforme mondiale unique pour explorer et promouvoir des débats critiques sur un large éventail de questions essentielles et émergentes qui présentent un intérêt pour la paix, la sécurité et le développement de l'Afrique. Il s'agit d'un forum de plaidoyer et de discussion politique au niveau mondial. La série de dialogues sur l'Afrique offre l'occasion de créer des synergies à travers le système des Nations Unies pour soutenir les priorités de l'Afrique. Elle vise également à créer un espace pour amplifier les voix africaines.

Et en alignant l'ADS sur le thème de l'année de l'Union Africaine, ainsi qu'en le convoquant en mai pour coïncider avec la Journée de l'Afrique célébrée chaque année le 25 mai, mon Bureau a voulu s'assurer non seulement que l'Afrique reste une priorité absolue pour les Nations Unies, mais aussi que les priorités de l'Union Africaine trouvent un écho aux Nations Unies.

En février dernier, le 33e sommet de l'Union africaine a déclaré que 2020 serait l'année «Faire taire les armes : créer les conditions propices au développement de l'Afrique ». Moins d'un mois après cette décision, un nouveau défi est apparu et a menacé notre objectif commun. La pandémie de la COVID-19 s'est propagée dans le monde entier, y compris en Afrique, entraînant un lourd tribut humain et des conséquences économiques et sociales considérables.

La COVID-19 représente le plus grand défi pour la santé et le développement mondial depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a eu de graves répercussions sur les systèmes de santé africains, exacerbant les inégalités et augmentant la fragilité des économies africaines.

Elle a également mis en lumière le grave problème des inégalités au sein des sociétés du continent et entre les pays, ainsi que les réalités souvent oubliées des groupes les plus défavorisés et les plus vulnérables, notamment les réfugiés, les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays et les millions de personnes qui vivent dans les grands établissements informels surpeuplés d'Afrique, où les services de base, l'eau et l'assainissement sont pratiquement inexistants. Les pays africains prennent des mesures résolues, individuellement et collectivement, en fonction des réalités africaines, pour lutter contre la pandémie et ses conséquences immédiates.

Au-delà de son impact humain immédiat, les ramifications sociales et économiques à moyen et long terme de la pandémie sur l'Afrique pourraient être graves et pousser jusqu'à 27 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté. 

Je n'entrerai pas dans le détail de ce que représente ce défi. Nous avons trois demi-journées de discussions pour cela. Mais je voudrais souligner que la pandémie de COVID-19 est également une menace pour la paix et la sécurité.

Les tensions sociales et politiques pourraient augmenter de manière exponentielle si notre réponse ne parvient pas à remédier aux inégalités, à protéger les droits de l'homme ou si elle porte atteinte aux valeurs démocratiques.

D'où l'importance de se réunir cette semaine pour discuter de "La COVID-19 et de la réduction au silence des armes à feu en Afrique" : Défis et opportunités.

Aujourd'hui plus que jamais, l'Afrique a besoin que le monde et les Nations Unies débattent de ce que nous pouvons faire pour soutenir les efforts du continent lui-même. Chercher des options dans lesquelles nous pouvons fournir des fonds et une assistance technique pour soutenir la réponse de l'Afrique à la COVID-19 tout en continuant à mettre en œuvre des initiatives clés telles que le programme "Silencing the Guns" et les agendas 2030 et 2063.

Au cours de ces trois demi-journées de la série de dialogues sur l'Afrique, nous aborderons l'importance de la solidarité mondiale ; la zone de libre-échange continentale africaine comme une occasion de faire taire les armes et de lutter contre la COVID-19 et les futures pandémies ; les moyens de construire une paix durable et la résilience ; la pertinence de la bonne gouvernance, du leadership et du développement centré sur les personnes en Afrique ; le rôle central des femmes dans la réalisation de la paix, de la sécurité et du développement durable ; et la nécessité de favoriser une culture de paix, de tolérance et de réconciliation.

Ces discussions nous aideront, espérons-le, à atteindre les objectifs suivants :

- Premièrement, un soutien accru à l'appel du Secrétaire Général pour un cessez-le-feu global, en accord avec le thème de l'UA pour faire taire les armes en Afrique ;

- Deuxièmement, une meilleure connaissance et compréhension des mesures pratiques que la feuille de route principale de l'UA propose pour faire taire les armes en Afrique ;

- Troisièmement, l'ADS devrait nous aider à identifier les façons dont la COVID-19 pourrait avoir un impact négatif sur le programme "Faire taire les armes", afin que les pays africains et la communauté internationale puissent cibler leurs actions pour prévenir et atténuer ces effets négatifs.

- Enfin, plaider pour un engagement plus fort de la communauté internationale, dans un esprit de solidarité mondiale, afin de soutenir les efforts de l'Union Africaine et des pays africains pour faire taire les armes et surmonter les défis posés par la pandémie de COVID-19.

J'espère sincèrement que ces discussions permettront d'apporter des idées concrètes et réalisables sur la manière dont l'Afrique peut transformer les conditions difficiles actuelles en une opportunité et sortir de la crise plus forte, plus résistante et bien placée pour accélérer sa marche vers la réalisation des SDG dans le cadre de la Décennie d'action et, à plus long terme, de l'Agenda 2063.

------------------------------------------

* Adapté du discours de bienvenue de Mme Bience Gawanas, Secrétaire Générale adjointe et conseillère spéciale pour l'Afrique, lors de la série de dialogues sur l'Afrique 2020 

Annonce