Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Tourisme: les safaris virtuels font leur apparition pendant que les pays se préparent à accueillir les visiteurs

Get monthly
e-newsletter

Tourisme: les safaris virtuels font leur apparition pendant que les pays se préparent à accueillir les visiteurs

Après des millions d'emplois perdus à cause de la pandémie de COVID-19, l'industrie africaine du voyage et du tourisme innove et cherche de l'aide pour survivre.
9 Juillet 2020
Un zèbre et trois girafes
KTB
Zèbre et girafes

Un grand groupe de zèbres se promène dans la vaste savane. Au bout d'un moment, ils s'arrêtent pour brouter et paître, délogeant les impalas qui remontent vers le nord. Bienvenue dans la Réserve de Sabi Sand Game à Mpumalanga, réputée pour être l'un des meilleurs lieux de safari en Afrique du Sud.

Quelques kilomètres plus loin, dans la réserve de Madikwe, des chevreuils et des antilopes se désaltèrent à un point d'eau. Dans les bosquets avoisinants, les oiseaux gazouillent en attendant leur tour. Tout est calme jusqu'à ce que soudain, une famille de trois éléphants émerge des buissons et se dirige vers le point d'eau.

Ce scénario semble réel, mais tout est en fait virtuel. Il n'y a pas de touristes ici, avec ou sans masque. En fait, l'Afrique du Sud, comme d'autres pays d'Afrique populaires auprès des touristes ont fermé leurs frontières suite à l'épidémie de COVID-19.

Coincés dans des parcs et des hôtels vides, les organisateurs de safaris africains font un pas en avant dans le domaine du numérique pour répondre aux demandes de millions de personnes confinées dans le monde entier. Depuis des semaines maintenant, des milliers de voyageurs virtuels avides de découvertes ont apprécié la beauté de la faune africaine, des plages et d'autres sites touristiques en ligne.

Au Kenya, le Secrétaire d'État au Tourisme et à la Faune Sauvage, Najib Balala, a lancé en juin 2020 une campagne de visites guidées virtuelles en direct pour présenter les safaris dans le cadre de la campagne #MagicAwaits menée par l'Office du Tourisme du Kenya qui vise à garantir que le monde et les voyageurs restent connectés à la destination africaine même pendant la période actuelle de verrouillage due à la COVID-19 où les mouvements sont limités à l'échelle mondiale.

S'exprimant lors du lancement de la visite virtuelle au parc national de Nairobi, M. Balala a noté que la pandémie de COVID-19 avait appris aux acteurs de différents secteurs à être plus innovants pour maintenir leurs activités à flot pendant ces moments difficiles.

Betty Radier, PDG du Kenya Tourism Board, a déclaré à Afrique Renouveau que les visites virtuelles permettraient de s'assurer que les gens du monde entier soient connectés à la destination pendant cette période.

"Vous pouvez suivre  "Magical Kenya" sur nos réseaux sociaux pour obtenir des vidéos en direct de safaris et d'autres attractions. Nous voulons maintenir l'intérêt des consommateurs pour cette destination", a déclaré Mme Radier.

Les sites offrent aux utilisateurs différents moyens d'interagir avec les expéditions, notamment la possibilité de poser des questions et d'explorer le Kenya virtuellement.

"Nos stratégies de marketing continueront à s'adapter aux scénarios qui évoluent actuellement. Nous menons actuellement des campagnes pour nous assurer que le Kenya reste une option pour les voyageurs nationaux et internationaux maintenant et après la COVID-19", a déclaré Mme Radier.

La crise de la COVID-19 a mis un frein au tourisme dans le monde entier. Toutes les régions membres de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) ont vu plus de 65 % de leurs destinations complètement fermées au tourisme : Afrique (74 %), Amériques (86 %), Asie et Pacifique (67 %), Europe (74 %) et Moyen-Orient (69 %). L'organisation prévoit une baisse de 20 à 30 % des arrivées de touristes internationaux dans le monde cette année.

Avant la COVID-19, l'Afrique était la deuxième région à croissance la plus rapide pour le tourisme. En 2018, par exemple, jusqu'à 67 millions de touristes internationaux ont visité des pays africains, générant 38 milliards de dollars US pour le continent, selon l'OMT. Une augmentation de 4,2 % du nombre de voyageurs en 2019 et de 3 à 5 % en 2020 avait été prévue.

La pandémie et les mesures de lutte contre celle-ci ont durement frappé l'industrie du voyage et du tourisme en Afrique. Selon le Conseil Mondial du Voyage et du Tourisme (WTTC), près de huit millions d'emplois dans le secteur du voyage et du tourisme ont été perdus rien qu'en Afrique à cause de la COVID-19. Cette situation, ainsi que la perte de revenus, a suscité un appel international en mai dernier de la part des organismes de transport aérien et de tourisme pour sauver le secteur.

L'Association du Transport Aérien International (IATA), l'OMT, le WTCC, l'Association des Compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) et l'Association des Compagnies Aériennes d'Afrique Australe (AASA) ont demandé aux institutions financières internationales, aux partenaires de développement des pays et aux donateurs internationaux de verser 10 milliards de dollars d'aide pour soutenir l'industrie du voyage et du tourisme et préserver les emplois.

Parmi les pays les plus touchés figurent la Côte d'Ivoire, le Zimbabwe, le Kenya, le Maroc, l'Afrique du Sud, la Tunisie et l'Ouganda, dont les économies bénéficient principalement de l'industrie du tourisme. D'autres destinations populaires telles que le Botswana, le Cap-Vert, le Rwanda, l'Égypte, l'Éthiopie, l'île Maurice, la Namibie, les Seychelles et la Gambie sont également durement touchées.

Sortir des bois

Le Secrétaire-Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a publié en Juin dernier un message vidéo mondial en faveur du tourisme et du rôle qu'il pourrait jouer : "Le tourisme peut être une plate-forme pour surmonter la pandémie. En rassemblant les gens, le tourisme peut promouvoir la solidarité et la confiance, des ingrédients essentiels pour faire progresser la coopération mondiale qui est si urgente en ce moment".

Alors que les pays commencent à assouplir leurs restrictions de voyage COVID-19, plusieurs pays africains prévoient de rouvrir leur industrie touristique, si ce n'est déjà fait.

La Tanzanie est accessible aux touristes, tandis que la Namibie a réouvert ses parcs nationaux. Le Maroc a annoncé son intention de réouverture en juillet, et l'Afrique du Sud espère accueillir des voyageurs d'ici septembre 2020. L'Ouganda et l'île Maurice pourraient attendre un peu plus longtemps.

Le Kenya et la Zambie profitent de cette occasion pour promouvoir le tourisme domestique, en attendant la levée des restrictions de voyage dans les semaines à venir, en se conformant strictement aux directives et protocoles émis par les experts.

Le Secrétaire-Général de l'OMT, Zurab Pololikashvili, déclare que l'assouplissement responsable et en temps voulu des restrictions de voyage contribuera à garantir que les nombreux avantages sociaux et économiques que le tourisme garantit reviendront de manière durable.

Toutefois, malgré l'optimisme suscité par la réouverture de l'industrie, le chef de l'OMT a appelé à la mise en place de protocoles et de procédures coordonnés entre les gouvernements, le secteur privé et les communautés en matière de gestion des frontières, de transport aérien, d'hospitalité, d'agences de voyage, d'événements et d'attractions.

"Il est donc vital que le redémarrage du tourisme devienne une priorité et soit géré de manière responsable, en protégeant les plus vulnérables et en plaçant la santé et la sécurité au premier rang des préoccupations du secteur".

Si l'OMT souligne la nécessité de la vigilance, de la responsabilité et de la coopération internationale à l'heure où le monde redémarre lentement, l'organisation s'est également engagée à aider l'Afrique à renaître plus forte et meilleure et à faire en sorte que le tourisme sorte de cette crise comme un pilier important des économies, de l'emploi et de la durabilité.

Début juin 2020, les ministres africains du tourisme et les représentants d'organisations internationales et du secteur privé se sont réunis virtuellement pour tracer une voie commune vers un secteur du tourisme plus solide et robuste. Environ 140 participants de 30 pays, dont 24 ministres, ont discuté du défi immédiat posé par la COVID-19, à savoir la reprise et la résilience. Ils ont également discuté des domaines clés de l'Agenda de l'OMT pour l'Afrique, une feuille de route conçue pour guider le secteur vers une croissance durable. Dans la perspective de la réunion, les États membres ont participé à une enquête en ligne par laquelle ils ont été invités à faire part de leurs réflexions sur la manière dont l'Agenda de l'OMT pour l'Afrique peut être utilisé pour accélérer la reprise après les effets de la pandémie de COVID-19 et renforcer la résistance pour l'avenir.

L'enquête a révélé cinq domaines clés dans lesquels les États membres africains souhaitent agir afin de mieux se remettre de l'impact de la COVID-19. Ces domaines sont les suivants

  • Débloquer la croissance par la promotion des investissements et les partenariats public-privé ;
  • Promouvoir la technologie et l'innovation ;
  • Promouvoir la simplification des voyages, notamment en améliorant la connectivité et les politiques en matière de visas touristiques;
  • Favoriser la résilience, notamment en promouvant la sûreté et la sécurité et les communications de crise
  • Plaider pour la "Marque Afrique"

Selon M. Pololikashvili, ces réactions de nos États membres africains aideront l'OMT à guider le tourisme international au cours des difficiles mois à venir.