Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple
Annonce

"Casque bleue un jour, casque bleue toujours"

Get monthly
e-newsletter

"Casque bleue un jour, casque bleue toujours"

-Le Major Monira Mahjabeen Mowri, du Bangladesh, en service au Soudan du Sud
19 Juin 2020
Major Monira Mahjabeen Mowri, from Bangladesh, serving in South Sudan
Le Major Monira Mahjabeen Mowri, du Bangladesh, en service au Soudan du Sud

Notre soldat de la paix du jour est le Major Monira Mahjabeen Mowri, officier d'état-major à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud. (MINUS)

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je m'appelle Monira Mahjabeen Mowri. Je suis Major dans l'armée du Bangladesh où je sers depuis 11 ans. Je suis la première de ma famille à servir dans les forces armées, bien que ma formation fût en ingénierie aéronautique. Je suis mariée à un officier de l'armée et j'aime voyager, rencontrer de nouvelles personnes et découvrir différentes cultures à travers le monde.

Quelles sont vos responsabilités dans le cadre de cette mission et à quoi ressemble votre journée type ?

Je suis officier d'état-major au quartier général de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) dans la capitale Juba et mes responsabilités quotidiennes consistent à coordonner et à assurer la liaison avec les différents contingents, les observateurs militaires et, à l'occasion, nos partenaires humanitaires servant à travers le pays, pour une gamme variée de tâches opérationnelles, y compris des patrouilles régulières.

Malgré le fait que mon rôle ici soit principalement orienté vers le bureau, je me fais un devoir d'accompagner les patrouilles terrestres dans l'État d'Équatoria central chaque fois que j'en ai l’occasion. Je crois que la seule façon de garantir que les besoins opérationnels de nos soldats de la paix en patrouille soient satisfaits rapidement et efficacement est de faire l'expérience des réalités du terrain avec eux !

Depuis combien de temps êtes-vous un soldat de la paix des Nations unies et comment êtes-vous devenu un soldat de la paix ?

C'est mon premier déploiement en tant que soldat de la paix des Nations unies ; j'ai rejoint la MINUSS il y a un peu plus d’un an. Comme vous le savez peut-être, le Bangladesh fournit des troupes aux opérations de paix de l'ONU depuis 1988 et depuis que j'ai rejoint l'armée du Bangladesh, mon rêve est de servir sous un casque bleu.

J'ai été soumis à une procédure de sélection rigoureuse dans mon propre pays et j'ai été très fier d'être déployée en tant qu'officier d'état-major au sein de la MINUS. Au départ, je devais servir pendant un an, mais avec COVID-19, la mission m'a accordé une prolongation.

Qu'ont pensé votre famille et vos amis dans votre pays d'origine de votre décision de quitter votre pays et de travailler pour une mission de maintien de la paix des Nations Unies ?

Honnêtement, je pense que c'est une décision difficile pour toute personne de partir à l'étranger, en quittant des êtres chers. C'était la même chose pour moi. Cependant, j'ai eu beaucoup de chance - mon mari qui, comme je l'ai dit plus tôt, est également issu du personnel en uniforme, mes parents, ma belle-famille et mes frères et sœurs m'ont beaucoup soutenue. Ils savaient tous combien le fait d'être un soldat de la paix des Nations unies comptait pour moi et ont compris mon besoin de servir une cause qui transcende les frontières nationales et personnelles.

Quelles sont les trois choses que vous aimez le plus dans la mission et le pays ?

Mon rôle au sein de la MINUSS me met en contact quotidien avec un groupe représentatif de soldats, de policiers et de civils de différents pays. Cela a été une expérience qui a changé ma vie. Je pense qu'elle a fait de moi un meilleur officier et je m’en irai avec une grande partie de cette expérience lorsque je rentrerai chez moi pour les partager avec mes collègues au Bangladesh.

Sur le plan personnel, j'ai réussi à forger des liens authentiques avec des collègues qui vivent dans le monde entier. De plus, j'ai eu de nombreuses occasions d'interagir avec nos communautés d'accueil depuis que nous organisons régulièrement une campagne de nettoyage à Juba dans le cadre des activités de coopération civilo-militaire de la mission.

J'ai découvert que les Soudanais du Sud sont très accueillant et nous soutiennent en tant que soldats de la paix. Ils sont véritablement engagés à faire de leur pays un endroit meilleur. C'est ce qui m'inspire et me motive à faire de mon mieux pour ce pays chaque jour.

Quelle partie de votre travail vous semble la plus difficile et pourquoi ?

Je pense que l'un des principaux défis que doit relever tout nouveau venu déployé dans le cadre d'une opération de paix est d'apprendre l'ampleur et la portée de la contribution de la tâche à accomplir au mandat général de la mission.

J'ai parlé de l'environnement de travail multiculturel, qui peut parfois présenter ses propres défis, car en tant que personnel militaire, nous sommes habitués à travailler dans le cadre de règles et de réglementations spécifiques à chaque pays, qui peuvent être très différentes les unes des autres. Il faut du temps, du dévouement et une volonté d'accepter le changement si l'on veut être un bon gardien de la paix.

Pensez-vous que les femmes soldats de la paix servent de modèles pour la population locale ?

Oui, je le crois fermement. Les femmes soldats de la paix établissent souvent un lien plus profond avec les femmes et les enfants des communautés que nous servons. J'en ai fait l'expérience directe lors de mes interactions avec les femmes locales ici - nous pouvons forger de véritables liens en nous basant sur nos expériences communes des rôles féminins que nous

remplissons en tant qu'épouses, filles, sœurs... De plus, les femmes constituent 50 % de toute société et je suis heureuse que les opérations de paix dans le monde entier cherchent à recruter plus de femmes.

Que diriez-vous aux femmes soldats qui envisagent une carrière dans le maintien de la paix ?

Allez-y ! Je reconnais que c'est un choix de carrière peu commun pour les femmes dans de nombreuses régions du monde, mais c'est extrêmement gratifiant car nous avons la chance non seulement de nous donner des moyens d'agir, mais aussi de rendre la vie plus sûre et, espérons-le, un peu meilleure pour les personnes qui ont le plus besoin de notre aide.

Une fois que vous avez servi en tant que gardien de la paix, vous serez toujours un gardien de la paix. À mon avis, c'est un système de valeurs, une éthique qui restera avec moi longtemps après la fin de mon déploiement avec l'UNMISS !