Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Comment la zone de libre-échange africaine pourrait contribuer à atténuer les effets de COVID-19

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Comment la zone de libre-échange africaine pourrait contribuer à atténuer les effets de COVID-19

La ZLECA peut être un mécanisme permettant de renforcer la résilience à long terme du continent
25 Mars 2020
Workers producing pharmaceutical products
Des traveilleurs produduisent produits pharmaceutique

Le coronavirus (COVID-19), qui a fait jusqu'à présent plus de 14 500 victimes dans le monde au 23 mars, a renforcé les arguments en faveur des chaînes de valeur et du commerce régionaux intra-africains, selon la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA).

Dans un entretien avec Afrique Renouveau, M. Stephen Karingi, directeur de la division de l'intégration régionale et du commerce à la CEA, a déclaré que la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) pourrait contribuer à atténuer les effets de COVID-19, en particulier sur les produits pharmaceutiques et alimentaires.

"Une mise en œuvre rapide et ambitieuse de la zone de libre-échange continentale africaine contribuera grandement à accélérer la reprise des effets de COVID-19, tout en protégeant l'Afrique contre les futurs effets négatifs de chocs tels que celui-ci," a déclaré M. Karingi.

Produits pharmaceutiques

L'Afrique dépense 16 milliards de dollars US par an en médicaments et dépend fortement de la Chine et d'autres pays d'Europe et d'Asie pour son approvisionnement en produits pharmaceutiques, dont certains sont gravement touchés par la pandémie actuelle de COVID-19.

M. Karingi a déclaré que les pays africains pourraient commencer à fabriquer eux-mêmes les médicaments, ce qui non seulement serait moins cher, mais contribuerait également à garantir la qualité et la sécurité de l'approvisionnement ; et contribuerait à la viabilité financière, car les factures d'importation augmentent sur tout le continent.

"La production locale de produits pharmaceutiques dans des centres sélectionnés peut soutenir le commerce interrégional pour des avantages économiques mutuels, mais aussi soutenir les investissements locaux," a-t-il déclaré.

La production de produits pharmaceutiques sur le continent est également importante étant donné la nécessité de lutter contre les maladies locales qui ne justifient pas l'investissement de grandes entreprises pharmaceutiques externes. Les antibiotiques et autres médicaments contre

les maladies infectieuses, que les grands fabricants ne veulent plus produire, en sont un bon exemple.

La ZLECA, a déclaré M. Karingi, crée un environnement favorable aux chaînes de valeur régionales africaines, aux champions régionaux et, à terme, aux champions continentaux.

"Ces derniers peuvent servir de tremplin pour soutenir les multinationales africaines et créer des emplois et de la prospérité," a-t-il déclaré.

Importations alimentaires

Un peu plus d'une douzaine de pays africains, dont l'Afrique du Sud, le Ghana et la Côte d'Ivoire, sont des exportateurs nets de denrées alimentaires, mais ils ne vendent pas, pour la plupart, sur le continent. Comme de nombreux pays importent des denrées alimentaires telles que le blé, le riz, le poisson et le lait des pays touchés par COVID-19 en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs, M. Karingi estime que la ZLECA a un rôle à jouer pour amortir les chocs.

"Nous devons maintenir la dynamique de la ZLECA en tant que mécanisme de renforcement de la résilience à long terme du continent et de gestion de la volatilité en augmentant, par exemple, le commerce intra-africain des produits alimentaires de base."

Toutefois, M. Karingi affirme que les fermetures de frontières actuelles et les limitations de voyage pour le confinement COVID-19 pourraient rendre difficile la conclusion des négociations en cours sur les règles d'origine et les offres tarifaires, qui sont nécessaires pour que le commerce commence dans le cadre de la ZLECA le 1er juillet 2020.