DECLARATION DU ROYAUME DU MAROC

 

PRESENTEE PAR

 

Madame Nezha Chekrouni, secretaire d’Etat Aupres du Ministre du Developpement Social, de la Solidarite, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Chargee des handicapes,

 

devant

 

La Session Extraordinaire de l’Assemblee Generale

intitulee: “Les Femmes en l’an 2000: egalite entre les

sexes developpement et paix pour le XXIeme siecle”

 

New York, 5-9 Juin 2000

 

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Leurs Altesses, princes et princesses,

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

 

Il nous est agréable de vous transmettre tout d'abord les salutations et les voeux de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Roi du Maroc, qui suit avec une attention particulière les travaux de cette session extraordinaire.

 

Nous avons également le plaisir, au nom de la délégation du Royaume du Maroc, de féliciter la Namibie pour sa présidence de cette session extraordinaire de l'Assemblée générale consacrée à la femme à l'horizon du IIIeme millénaire en vue de réaliser l' égalité effective entre les deux sexes ainsi que le développement et la paix.

 

Nous saisissons cette occasion pour présenter nos sincères remerciements et notre profonde considération à Monsieur le Secrétaire Général de l'Organisation des Nations Unies ainsi qu'à tous ses collaborateurs pour les efforts louables qu' ils ont déployés pour assurer le succès de cette session extraordinaire.

 

Monsieur le Président,

 

Les questions de la femme ont suscité l'intérêt de l'ONU à travers la création de différents organismes et l' élaboration de multiples Conventions internationales sous son égide.

 

Il va sans dire que l' intérêt accordé à la situation de la femme s' est accru avec l' adoption de l' approche des droits de l'homme basée sur une vision plus large et plus globale que l'approche sociale qui a prévalu jusqu'à présent et ce, afin de traduire ces principes en réalité.

 

 

Il est évident que chaque société se compose de femmes et d'hommes et que la famille constitue son noyau dur comme le stipule la Déclaration universelle des droits de l'Homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

 

La réalisation de l'égalité politique, sociale et économique entre la femme et l'homme constitue un support pour la démocratie et l'un des facteurs de développement.

 

De même, la femme tout comme l'homme est à la fois un acteur et un bénéficiaire du développement. Ainsi, l'inclusion régulière des femmes, en tant que bénéficiaires et parties prenantes, dans tous les programmes et projets de développement s' avère un élément fondamental, car on ne peut parler de développement humain durable sans l'établissement d'un partenariat intégré et équitable entre les femmes et les hommes.

 

Monsieur le President,

 

Nous notons avec satisfaction que certaines ambitions légitimes des femmes dans le monde sont en cours de réalisation et ce, grâce à la conjugaison des efforts et au renforcement de la volonté visant, en premier lieu, â résoudre les problèmes auxquels sont confrontées les femmes et aussi à permettre à ces dernières de s'affrmer et de prouver leurs capacités à participer aux efforts tendant à assurer le développement et la prospérité des peuples.

 

Cependant, la femme continue de souffrir de plusieurs problèmes qui entravent son emancipation.

 

En effet, il existe encore, dans les domaines de l' enseignernent et de la formation, des inégalités au niveau des taux de scolarisation, d'alphabétisation et d'acquisition des connaissances scientifiques. De plus, de nombreux problèmes persistent encore dans le domaine de la santé où le taux de mortalité des mères et des nourrissons ne cesse d'augmenter.

 

La femme souffre également d'une détérioration de son état physique et psychique résultant de la violence dont elle est victime. A cela s'ajoutent la prolifération du SIDA, particulièrement parmi les femmes et, par conséquent, l'augmentation du nombre des orphelins â cause de ce fléau qui a des répercussions néfastes sur les sociétés.

 

Il est clair que les programmes d'ajustement structurel ont eu des conséquences négatives sur les groupes vulnérables, en particulier les femmes et ce, en raison de la diminution du financement public consacré aux services sociaux dont les femmes ont de moins en moins de chances d' en profter.

 

Monsieur le Président,

 

Le Maroc a participé à toutes les réunions préparatoires au niveau international, régional et sous‑régional, consacrées au suivi et à l'exécution du Plan d'action de Dakar et du Programme d'action de Beijing qui ont été élaborés sous l'égide de l'ONU et ce, conformément aux principes et aux valeurs spirituelles et culturelles de sa civilisation islamique qui honorent l'être humain et prônent l'égalité entre la femme et l'homme en les considérant égaux en ce qui concerne les droits et les obligations, consacrant ainsi son attachement aux normes et principes internationaux et à la mise en place de toutes les formes de coopération et de partenariat au profit de la femme.

 

Il importe de rappeler ici la grande attention que Feu Sa Majesté le Roi Hassan II, que Dieu ait son âme, a accordée à la question de la femme marocaine ainsi que les efforts considérables que le Regretté Souverain n'a cessé de déployer pour la promotion de la femme et qui se sont traduits par des réalisations d'une extreme importance. En effet, la consécration de l'égalité des deux sexes par la Constitution en ce qui concerne les droits et les obligations s'est renforcée par une révision précédente qui a ancré l'Etat de droit en incorporant dans le préambule de la Constitution l' engagement du Maroc à respecter les droits de l'Homme tels qu'ils sont universellement reconnus.

 

Considérant que les droits de la femme font partie des droits humains, le Maroc a effectué des réformes et des amendements législatifs qui ont touché de nombreux codes, en particulier le code du Statut personnel et les codes civil, pénal, du commerce, de la fonction publique et du travail afin de parer à toute injustice susceptible de porter atteinte au statut juridique de la femme.

 

La volonté politique des Hautes Autorités marocaines s'est manifestée par la participation de la femme aux prises de décisions à travers sa présence croissante dans la gestion des affaires publiques et son entrée dans toutes les institutions tant représentatives ‑ en devenant membres des Conseils communaux, régionaux et de la Chambre des Représentants ‑ qu'exécutives lorsque Feu Sa Majesté le Roi Hassan II a nommé, pour la première fois dans l'histoire du Maroc, des femmes ministres au gouvernement du 13 août 1997 et au gouvernement actuel. Le Regretté Souverain avait également nommé des femmes au sein du Conseil Consultatif des Droits de l'Homme, du Conseil constitutionnel et à la présidence d'institutions judiciaires à tous les degrés et niveaux.

 

Continuant sur la voie tracée par Son Regretté Père, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le glorifie, a accordé une attention extreme aux questions de la femme afin de lui garantir une meilleure émancipation et de lui permettre de défendre ses droits. C'est ainsi que le Souverain, dans son premier discours du Trône a mis l'accent, sur la promotion de la femme dans les domaines juridique, social, économique et politique. Ainsi, Sa Majesté le Roi a insisté sur l' émancipation de la femme et sur la place qui lui convient au sein d'un projet social moderniste puisant dans les valeurs de notre religion islamique et notre civilisation millénaire et dans le patrimoine commun de l'Humanité fondé sur les principes de la justice, de l'égalité et de l' équité. Le Souverain a également mis en exergue le fait que la réussite de tout projet de développement derneure tributaire de la reconnaissance totale de la citoyenneté active de la femme.

 

Dans la méme optique, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a, pour la première fois, nommé une femme en tant que conseiller de Sa Majesté.

 

Le Souverain a fait de la question de la femme l'une de ses priorités, en ipsïstant à chaque occasion sur le rôle d'avant­garde dévolu à la femme marocaine dans les domaines de la modernisation et du progrês. La sollicitude Royale a entouré la femme rurale et son intégration dans le processus de développement.

 

A cet effet, l'intégration active de la femme rurale et la lutte contre sa Marginalisation ont constitué le thëme de la deuxième campagne nationale de solidarité contre la pauvreté ; solidarité que Sa. Majesté le Roi s'est employé à enxaciner et à en faire une cultuure de solidarité sociale depuis qu'il était Prince Héritier.

 

L'une des premières décisions que le Souverain a prises au lendemain de son intronisation, fut la création de la Fondation Mohammed V de solidarité qui prend en charge les besoins des pauvres, des démunis et des personnes handicapées et qui vise essentiellement l'amélioration de la situation de la femme et de la fille en age de scolarisation particulièrement en milieu rural ainsi que les filles déshéritées et abandonnées.

 

Cette Fondation octroie également de micro‑credits aux femmes au chômage et ce, dans le cadre d'un large programme qui inclut plusieurs organisations non‑gouvernementales dans le but de combattre toutes formes de marginalisation sociale et de bâtir une société fondée sur l'équité et la prospérité garantissant à tous les citoyens une vie décente.

 

Le Maroc ne s'est pas uniquement limité au volet institutionnel, juridique et procédurial ; il s'est intéressé également aux domaines sociaux pour honorer la femme.

 

Convaincu que tous les mécanismes et toutes les conventions demeureront sans effet si le respect des droits de la femme ne devient pas une culture commune, le Maroc a intégré l'enseignement des droits de l'Homme dans les programmes de ses établissements d'éducation et de formation, et a créé dans ses universités des chaires des droits de l'Homme et de la culture de is paix et en premier lieu les droits de la femme mettant en relief la culture de son respect et de son estime.

 

Il importe de rappeler également que l'UNESCO a choisi le Maroc pour organiser la première Conférence régionale pour le Moyen‑Orient et l'Afrique du Nord sous le thème « l' education aux droits de l'Homme », en guise de reconnaissance de son expérience daps ce domaine.

 

Le Maroc a organise, par ailleurs, au début de cette année, en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l'Homme, le Ve` atelier international des institutions nationales pour la protection des droits de l'Homme qui a été sanctionné par des recommendations importantes qui visent à enraciner la culture des droits de l'Homme et condamnent les campagnes de haine menées a l'encontre des étrangers, dont les femmes et les enfants. De même, le Maroc a créé, avec la contribution du Haut Commissariat, le Centre National de Documentation, d'Information et de Formation dans le domaine des droits de l'Homme et dont la femme sera le premier bénéficiaire.

 

Monsieur le President,

 

Sur instructions de Sa Majesté le Roi, le gouvernement a élaboré une stratégie globale basée sur des programmes qui mettent la dimension de la femme au centre de ses préoccupations ; une commission ministérielle permanente de la femme été créée â cette fin.

 

La promotion de femme occupe une place de choix dans les priorités et les objectifs du projet du plan quinquennal du développement économique et social (1999‑2003). Ce plan adopte une politique d'intégration de la femme et considère les questions de la femme comme étant une partie intégrante du processus de développement humain durable. Il insiste sur la création de conditions appropriées pour traduire la présence participative et active de la femme, au plan quantitatif et qualitatif, en vue d'élargir l'espace lui permettant d'accéder aux centres de décision.

 

Les efforts soutenus du gouvernement de Sa Majesté le Roi se sont poursuivis pour couvrir tous les domaines. Il a ainsi élaboré et fnancé des programmes d'éducation et de formation et a organise des campagnes d' information pour la sensibilisation aux effets négatifs de la violence à l'égard des femmes qui portent atteinte à leur dignité et â leurs droits fondamentaux et , partant, â toute la société.

 

C'est ainsi que la première campagne nationale pour la lutte contre la violence à l'égard des femmes a été organisée et qu'un accord de partenariat a été signé, pour la première fois, entre le Ministère chargé des Droits de l'Homme et l'Association

des barreaux du Maroc, et qui vise â soutenir les personnes en situation difficile.

 

Afin de relever le taux de scolarisation des filles, le Maroc a déployé énormément d' efforts qui se sont traduits, en particulier, par l'augmentation importante du budget consacré â l'éducation ainsi que l'adoption par le Parlement de lois visant l' application de la Charte nationale pour l' education et la formation qui prévoit, entre autres, l'enseignement obligatoire entre Page de 6 à 15 ans.

 

Cette Charte a, par ailleurs, insisté sur l'enseignement non‑conventionnel et sur la création des écoles communautaires â travers des partenariats conventionnels entre les secteurs public et privé ainsi que les ONG au niveau local afro de répondre aux besoins de scolarisation, de formation et d'alphabétisation dans le monde rural, de permettre aux enfants ayant des besoins particuliers de j ouir de leur droit à l' education et d' améliorer les conditions de vie des communautés rurales.

 

Ces écoles communautaires offriront un enseignement adapté au monde rural tout en donnant aux élèves la possibilité de rejoindre l'enseignement public.

 

Dans le domaine de la santé, les programmes élaborés en matière de vaccination contre les maladies mortelles et la prévention médicale ont permis au Maroc de réaliser une grande partie des objectifs fixes au niveau international dans ce secteur vital.

 

Nous saisissons cette occasion pour rendre hommage au rôle d'avant‑garde que jouent les ONG marocaines ainsi que toutes les composantes de la société civile qui déploient des efforts considérables pour la promotion de la situation de la femme et de la fille dans notre pays.

 

Les dernières années ont été marquées par une participation active de la société civile et particulièrement de ses organisations oeuvrant dans le but de promouvoir les droits de la femme dans les domaines législatif, culturel, social et économique à travers des réseaux d'associations qui entreprennent de nombreuses activités dans le secteur du développement local, par le biais de l'alphabétisation et de l'assistance des femmes démunies. Les femmes ont fait preuve d'une grande compétence et d'une forte volonté dans la gestion de plusieurs projets novateurs et de distinction daps des manifestations sportives et culturelles internationales ; ce qui a permis à la femme d'avoir plus confiance en ses capacités et de s'affirmer davantage.

 

Il résulte de ce qui précède que le Maroc, en tant que pays de civilisation millénaire, est conscient de la nécessité d'adhésion à la nouvelle dimension de l' orientation humanitaire qui honore la femme. Le Maroc fait preuve d'esprit créatif prenant en considération la dynamique actuelle et les mutations qui marquent son environnement et ayant les capacités de relever les défis de l'avenir en harmonie avec son identité et sa civilisation imprégnée des valeurs éternelles de justice, de tolérance, de modération et d' égalité.

 

Monsieur le President,

 

Si l'application des différentes strategies à travers le monde a donné lieu à des résultats positifs, plusieurs facteurs négatifs ont entravé la réalisation des objectifs escomptés de ces stratégies, empêchant ainsi d'atteindre une égalité effective entre

la femme et l'homme.

 

Ces entraves consistent essentiellement en certaines traditions et coutumes négatives qui influent sur cette orientation, en plus d' autres facteurs résultant de circonstances politiques et économiques diverses, notamment les conflits ethniques et religieux y compris les guerres régionales qui constituent un défi dangereux aux principes des droits de l'homme; le viol des femmes et des filles devient une pratique courante dans ces guerres atroces.

 

A cet effet, le Maroc, qui confirme son soutien total à la paix et qui s' est empressé à répondre volontairement à l' appel de la communauté internationale pour apporter sa contribution à meitre un terme aux conflits armés et son assistance humanitaire à travers 1e monde, exhorte cette communauté à oeuvrer à mettre fin aux pratiques inhumaines qui touchent ces femmes et à soutenir leur action féminine qui, par nature, prone la paix et s'élève contre l'armement et les guerres sous toutes leurs formes.

 

Les Etats font face à de nombreux défis à tous les niveaux et connaissent des mutations importantes dictées par la nouvelle situation internationale.

 

Il est certain que plusieurs phénomènes actuels, tels que la mondialisation de l'économie, les stratégies informatiques, ainsi que les nouvelles technologies de communication et l'interférence des cultures ont un impact considérable sur la femme en particulier, ce qui se manifeste par la féminisation des divers phénomènes sociaux comme la pauvreté, l'analphabétisme, la violence et autres.

 

Dans ce contexte, comment les pays en développement pourront‑ils assurer l'intégration de la femme dans le processus de développement, alors qu'ils supportent un lourd fardeau de la dette qui absorbe plus d'un tiers de leurs capacités productives, sachant que le social et l'économique sont indissociables.

 

L' amélioration de la situation de la femme ne peut se faire sans solidarité. C'est cette conviction qui a amené Sa Majesté le Roi Mohammed VI à annuler la totalité de la dette des pays africains envers le Maroc. Aussi, appelons‑nous à généraliser ce genre de solidarité qui permet d'alléger le fardeau de la dette et l' intégration de la femme au développement.

 

Pour toutes ces considérations, nous devrions réfléchir â la maniére qui nous permettra de rendre le 21 emu siècle plus humain.

 

Dans cette optique, le Maroc était demeure et sera un espace de rencontre de civilisations aux fins de bâtir les relations internationales sur des bases de dialogue des civilisations au lieu de l'hégémonie, de l'exclusion et de l'uniformisation, car il croit au pluralisme, â la tolérance et au dialogue. Le Maroc appeïle à ce que toutes les questions évoquées durant cette session puissent susciter un intérêt particulier lors du Sommet du millénaire, sur la base du respect de l' identité et des valeurs spirituelles de chaque société afro que la nouvelle communauté que l'on veut asseoir soit le résultat des contributions de toutes les civilisations et cultures humaines, sans exception au sein d'un systéme fondé sur les meilleures spécificités et les meilleurs principes quels que soient leur origine.

 

Ce système doit étre marqué par la cohabitation et l'interférence des civilisations du monde entier, en permettant â chacune d' elles de préserver son identité et ses spécificités, dans la mesure où il ne peut y avoir de mondialisation de la spécificité d'une civilisation donnée comme c'est le cas pour l'économie et le commerce. De même, la mondialisation de l'être humain est tributaire de la diversité des tendances et d'une unité riche de ses diverses composantes et où l'homme ou la femme est en même temps unique et multiple.

 

Si le Maroc est convaincu de la nécessité d'adopter localement la voie d'une gestion saine en s'appuyant sur les mécanismes nécessaires pour la rendre efficace, il appelle â ce que cette voie soit une composante essentielle des relations internationales et ce, par le biais d'une redistribution entre les Etats du produit de l'effort humain d'une manière équitable.

 

Il est certain que le but ultime de cette session extraordinaire est de consolider les droits de la femme et de trouver les solutions adéquates aux multiples problèmes dont elle souffre encore partout dans le monde.

 

Nous exprimons notre voeu à l'aube de ce 21ëme siècle de bâtir un futur meilleur base sur la paix et l'égalité entre l'homme et la femme, tout en étant conscient de l' effort énorme que devrait déployer l'Humanité en vue d'honorer effectivement la femme et gardant à l'esprit l'ampleur des défis du monde actuel qui nous interpellent à nous concerter et â coopérer pour élaborer les meilleures strategies au profit de la femme afin d'assurer l'égalité entre les deux sexes.

 

Nous demeurons convaincus que le prochain siècle consacrera les efforts des Etats dans ce sens. Nous annonçons de cette tribune onusienne que le Royaume du Maroc apportera sa large contribution, sous la direction éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, pour enrichir l'universalité des droits de la femme, conformément à sa civilisation millénaire, â sa modernité renouvelée et à son identité comme étant une source, un levier et un lieu de rencontre des cultures. Nous exprimons également l'attachement du Maroc aux valeurs morales et spirituelles éternelles de sa religion fondée sur le dialogue, la cohabitation, la tolerance, la modération, la justice et l'égalité, ainsi que sur le respect continu de l' être humain en général et de la femme en particulier et ce, â travers l' effort d' interpretation, la sagesse, la modération nécessaire, le bon conseil et le dialogue.

 

Merci de votre attention