BULGARIE
 

ALLOCUTION DU

PREMIER MINISTRE DE LA REPUBLIQUE DE BULGARIE
M. SIMÉON de SAXE-COBOURG

Débat général
56ème session de l'Assemblée Générale de l'O.N.U.

15 novembre 2001, New York

(Vérifier au prononcé)

 

Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire général,
Excellences,

Un an après la session unique du Millénaire, nous sommes à même d'affirmer aujourd'hui que l'Organisation des Nations Unies jouit d'un rôle et d'une importance accrus en tant qu'instrument collectif pour répondre aux défis de notre monde. Le terrorisme international se fait agressif et puissant, menaçant non seulement les Etats mais aussi la liberté de l'esprit humain. La Bulgarie salue la réélection de M. Kofi Annan en tant que Secrétaire général de notre organisation. Je me réjouis du prix Nobel de la paix qui lui a été discerné.

La position engagée et active de l'Organisation mondiale à l'encontre de ces actes terroristes et les résolutions adoptées à l'unanimité par le Conseil de sécurité les condamnant, en sont la preuve. La République de Bulgarie a appuyé catégoriquement ces résolutions, notamment la résolution 1373. L'Assemblée Nationale et le Gouvernement bulgare ont adopté des déclarations semblables afin de concerter leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme.

J'ose rappeler que ce combat ne sera que partiel sans un engagement moral, voire spirituel. N'oublions pas que la seule poursuite du bien-être matériel n'est pas la panacée, il existe aussi d'autres valeurs pour améliorer le sort des peuples. Face à une «société virtuelle» il faut qu'il y ait des valeurs réelles, un cadre acceptable pour les démunis aussi bien que pour les riches.

Je saisis l'occasion pour exprimer de cette tribune les condoléances du peuple bulgare aux citoyens des Etats-Unis d'Amérique pour les actes terroristes du 11 septembre dernier. La fermeté et le courage dont ils font preuve pour faire face à cette tragédie et à ses conséquences font l'admiration de nous tous.
 

Excellences,

C'est avec un sentiment de fierté particulière que je note, au moment où le rôle et l'importance de l'O.N.U. vont augmentant, que la République de Bulgarie assume la responsabilité de membre non permanent du Conseil de sécurité. Pour l'opinion publique bulgare et pour mon gouvernement l'élection de la Bulgarie au sein de cet organe important de l'Organisation mondiale est considérée comme une reconnaissance du prestige international dont bénéficient la Bulgarie et sa politique extérieure active et équilibrée. Les priorités de cette dernière - adhésion à l'Union Européenne et à l'O.T.A.N., relations de bon voisinage et de coopération renforcée avec les pays de notre région - restent valables plus que jamais. Pour des raisons culturelles nous sommes attachés à la francophonie qui incarne non seulement une langue mais aussi un esprit. Je remercie donc tous les pays-membres qui ont bien voulu nous apporter leur soutien lors des élections.

La Bulgarie entend assumer sa pleine responsabilité de membre non permanent du Conseil de sécurité. Nous sommes disposés à participer au dialogue sur tout l'éventail de questions ayant trait à la sauvegarde de la paix et de la sécurité internationales. Mon pays est ouvert au dialogue avec tous les Etats membres de l'Organisation, aux idées et suggestions visant à accroître le rôle et l'efficacité de l' O.N.U.
 

Monsieur le Président,

Je tiens, à cet égard, relever le rôle de la République de Bulgarie en tant que facteur important et positif pour la paix et la sécurité en Europe du Sud-Est et en tant que génératrice de stabilité dans le règlement des crises dans les Balkans Occidentaux, une zone limitrophe à la Bulgarie. Nous sommes pour la pleine application de la résolution 1244 du Conseil de sécurité  et nous considérons que les élections générales du 17 novembre prochain seront déterminantes pour le processus de stabilisation et de démocratisation du Kosovo. De même la Bulgarie attache une importance primordiale à la stabilité de la République de Macédoine au moyen de l'application de l'Accord cadre du 13 août dernier et à la sauvegarde de sa souveraineté et de son intégrité territoriale. Mon pays appuie l'application intégrale des accords de Dayton et la nécessité de consolider l'Etat uni de Bosnie et Herzégovine. La démocratisation de la République Fédérale de Yougoslavie est pour nous un facteur positif. Il convient d'établir une stratégie à long terme pour le rétablissement et le développement économique de l'Europe du Sud-Est afin de la redresser après les différentes crises. Je voudrais souligner que ces questions doivent continuer à figurer au centre des efforts de tous pour trouver une solution équitable aux conflits.

Je tiens à mettre en relief la position bulgare en faveur d'un règlement pacifique et durable d'autres conflits régionaux aussi déchirants que ceux au Proche Orient, en Afrique et ailleurs - la liste qui s'en suit est longue et triste. Nos positions sur tous ces conflits sont en conformité avec la Charte de l'O.N.U. et les principes généralement reconnus par le droit international. Exilé moi-même pendant cinquante ans, je suis d'autant plus sensible au drame humain des réfugiés dont le nombre et les souffrances ne font qu'augmenter comme c'est le cas en Afghanistan.
 

Monsieur le Président,

Nous accordons une grande importance aux questions à l'ordre du jour de l'O.N.U. comme la lutte contre le crime organisé et la corruption, contre le trafic illégal de drogues. Par conséquent notre gouvernement fait un effort très spécial dans ce sens-là sur notre propre territoire. Le contrôle sur le commerce d'armes, de marchandises et technologies à double usage, revêt une signification d'actualité en raison du lien de ce commerce avec le terrorisme.

Je tiens à ajouter que la Bulgarie participe activement à la coopération dans le domaine économique et social, des droits de l'homme, de la non-prolifération des armes de destruction massive et du désarmement global, de la protection de l'environnement. Ces objectifs correspondent du reste à ceux du nouveau gouvernement bulgare: veiller aux besoins sociaux des citoyens bulgares, la croissance économique soutenue et ce malgré les aléas d'une conjoncture économique internationale parfois difficile.
 

Monsieur le Président,

L'attitude de la République de Bulgarie face à ses responsabilités accrues au sein de l'Organisation mondiale sera étayée par une politique extérieure claire, conséquente et prévisible, dont l'accent est mis sur la sécurité régionale et le développement, sur l'élargissement du cercle d'Etats - amis et sur son apport à la solution des problèmes mondiaux par le biais d'une participation active au dialogue multilatéral. C'est ici, à l' O.N.U. que les conflits doivent trouver leur solution, et non pas sur les champs de bataille.

Pour conclure, Monsieur le Président, nous voulons croire que cette politique trouvera la compréhension voire le soutien de tous les Etats membres des Nations Unies.

Je vous remercie de votre attention.