Les forêts recouvrent 30 % de la surface de la planète, assurent la sécurité alimentaire et fournissent des abris, et sont essentielles pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et les foyers des populations autochtones. Chaque année, 13 millions d’hectares de forêts sont perdus tandis que la dégradation continuelle des zones arides a conduit à la désertification de 3,6 milliards d’hectares.
La déforestation et la désertification – causées par les activités humaines et le changement climatique – posent des défis majeurs au développement durable et ont des répercussions négatives sur la vie et les moyens de subsistance de millions de personnes qui luttent contre la pauvreté. Des efforts sont déployés pour gérer les forêts et combattre la désertification.
Vie terrestre : pourquoi est-elle importante ? [PDF]
Forêts

  • Environ 1,6 milliard de personnes – dont plus de 2 000 cultures autochtones – dépendent des forêts pour assurer leur subsistance
  • Les forêts abritent plus de 80 % des espèces d’animaux, de plantes et d’insectes que compte la planète

Désertification

  • 2,6 milliards de personnes dépendent directement de l’agriculture, mais 52% des terres utilisées pour l’agriculture sont touchées modérément ou fortement par la dégradation des sols
  • La dégradation des terres touche 1,5 milliard de personnes dans le monde
  • La perte des terres arables serait de 30 à 35 fois plus rapide que le rythme historique
  • La sécheresse et la désertification provoquent chaque année la perte de 12 millions d’hectares (soit 23 hectares par minute), sur lesquels on aurait pu cultiver 20 millions de tonnes de céréales
  • 74 % des pauvres dans le monde sont touchés directement par la dégradation des terres

Biodiversité

  • Sur les 8 300 races animales connues dans le monde, 8 % ont disparu et 22 % sont menacées d’extinction
  • Sur les plus de 80 000 essences existantes, moins de 1 % ont été étudiées aux fins de leur utilisation
  • Les poissons assurent 20 % de l’apport protéique à environ 3 milliards de personnes. Dix espèces à elles seules constituent environ 30 % des captures effectuées dans le cadre de la pêche maritime et 10 espèces constituent environ 50 % de la production aquacole
  • Plus de 80 % de l’alimentation des êtres humains est assurée par des plantes. Cinq cultures céréalières représentent 60 % de l’apport calorique
  • Les microorganismes et les invertébrés jouent un rôle essentiel au niveau des services écosystémiques, mais leurs contributions sont encore mal connues et reconnues

15.1 D’ici à 2020, garantir la préservation, la restauration et l’exploitation durable des écosystèmes terrestres et des écosystèmes d’eau douce et des services connexes, en particulier les forêts, les zones humides, les montagnes et les zones arides, conformément aux obligations découlant des accords internationaux

15.2 D’ici à 2020, promouvoir la gestion durable de tous les types de forêt, mettre un terme à la déforestation, restaurer les forêts dégradées et accroître considérablement le boisement et le reboisement au niveau mondial

15.3 D’ici à 2030, lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés, notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des sols

15.4 D’ici à 2030, assurer la préservation des écosystèmes montagneux, notamment de leur biodiversité, afin de mieux tirer parti de leurs bienfaits essentiels pour le développement durable

15.5 Prendre d’urgence des mesures énergiques pour réduire la dégradation du milieu naturel, mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité et, d’ici à 2020, protéger les espèces menacées et prévenir leur extinction

15.6 Favoriser le partage juste et équitable des bénéfices découlant de l’utilisation des ressources génétiques et promouvoir un accès approprié à celles-ci, ainsi que cela a été décidé à l’échelle internationale

15.7 Prendre d’urgence des mesures pour mettre un terme au braconnage et au trafic d’espèces végétales et animales protégées et s’attaquer au problème sous l’angle de l’offre et de la demande

15.8 D’ici à 2020, prendre des mesures pour empêcher l’introduction d’espèces exotiques envahissantes, atténuer sensiblement les effets que ces espèces ont sur les écosystèmes terrestres et aquatiques et contrôler ou éradiquer les espèces prioritaires

15.9 D’ici à 2020, intégrer la protection des écosystèmes et de la biodiversité dans la planification nationale, dans les mécanismes de développement, dans les stratégies de réduction de la pauvreté et dans la comptabilité

15.a Mobiliser des ressources financières de toutes provenances et les augmenter nettement pour préserver la biodiversité et les écosystèmes et les exploiter durablement

15.b Mobiliser d’importantes ressources de toutes provenances et à tous les niveaux pour financer la gestion durable des forêts et inciter les pays en développement à privilégier ce type de gestion, notamment aux fins de la préservation des forêts et du reboisement

15.c Apporter, à l’échelon mondial, un soutien accru à l’action menée pour lutter contre le braconnage et le trafic d’espèces protégées, notamment en donnant aux populations locales d’autres moyens d’assurer durablement leur subsistance

Journée des forêts : la FAO encourage à rendre le secteur du bois-énergie plus écologique

Le fait de rendre le secteur du bois-énergie plus écologique pourrait se révéler extrêmement utile en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer les moyens d’existence ruraux, a souligné […]

Lutte contre la désertification : l’ONU appelle à investir dans des « sols vivants »

17 juin 2015 – A l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse, deux hauts responsables de l'ONU ont appelé mercredi la communauté internationale à agir vite pour lutter contre ce fléau et à investir dans des sols sains pour préserver notre droit à l'alimentation et à l'eau douce.

Journée de l’environnement : l’ONU appelle à consommer avec modération

5 juin 2015 – A l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement qui est célébrée le 5 juin, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé vendredi à consommer avec modération pour préserver la planète.

L’ONU appelle à combattre la perte de diversité biologique

22 mai 2015 – A l'occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, qui est célébrée le 22 mai, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé vendredi à combattre la perte de diversité biologique par une action mondiale.

Un nouveau rapport de l’ONU souligne le rôle parfois négligé des forêts dans la sécurité alimentaire

En marge du Forum des Nations Unies sur les forêts qui se déroule actuellement au siège des Nations Unies à New York, un expert de l'ONU a dévoilé mercredi un nouveau rapport scientifique appelant à reconnaître l'importance du rôle joué par les forêts dans la sécurité alimentaire et la nutrition.