L’inclusion et la participation active des jeunes est essentielle au développement durable, selon l’ONU

29 mai 2015 – Lors d’un évènement pour marquer les 20 ans d’application du Programme d’action pour la jeunesse adopté par les Etats Membres de l’ONU en 1995, le Secrétaire générale de l’Organisation, Ban Ki-moon, a exhorté les jeunes gens du monde entier à agir pour mettre fin à la pauvreté et lutter contre le changement climatique.

Cette réunion de haut niveau, organisée à l’Assemblée générale de l’ONU à New York, a rassemblé de nombreux ministres et jeunes délégués en séances plénières et dans le cadre de table-rondes interactives. Elle a été l’occasion de faire le bilan des actions menées en faveur des jeunes depuis 20 ans et d’envisager le rôle que ce programme devrait jouer à l’avenir.

« Cet anniversaire arrive à point nommé », a remarqué M. Ban, se référant aux objectifs de développement durable (ODD) qui seront adoptés en septembre à New York dans le cadre du nouveau programme de développement pour l’après-2015.

« Vous êtes la première génération qui a la possibilité de mettre fin à la pauvreté – et la dernière à pouvoir agir pour éviter les pires effets du changement climatique », a-t-il affirmé, s’adressant aux jeunes gens assistant à l’évènement.

Le Secrétaire général leur a par ailleurs rappelé qu’ils constituaient la population de jeunes la plus nombreuse que le monde ait jamais connue, soit 1,2 milliard de personnes.

Depuis l’adoption du Programme d’action pour la jeunesse, 127 Etats membres ont mis en place des politiques nationales de la jeunesse. Les ministres des Etats membres présents à l’évènement ont ainsi reconnus tour à tour la nécessité d’adopter des stratégies et des politiques en faveur de la jeunesse.

A ce titre, ils se sont félicités de la campagne lancée sur les médias sociaux par le bureau de l’Envoyé du Secrétaire général sur la Jeunesse, Ahmad Alhendawi, Quatre mois après le lancement de cette plateforme de discussion sur les questions relatives à la jeunesse, intitulée #YouthNow, la campagne a déjà suscité 500 millions de commentaires.

Via le Centre d’actualités de l’ONU