Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

Notes to correspondents

Note to Correspondents: Déclaration du Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, à la fin de sa visite en Guinée-Bissau [in French]

Guinea Bissau, 25 July 2016

Je suis heureux d'être ici en Guinée-Bissau. C'est la première fois que je séjourne dans votre beau pays.
Ma visite a été fructueuse. Je me suis entretenu avec un grand nombre d'acteurs importants sur la situation qui prévaut dans votre pays. Je viens d'être reçu en audience par Son Excellence Monsieur José Mario Vaz, Président de la République de Guinée-Bissau. Au cours de mon séjour, j'ai rencontré, entre autres, le Premier ministre, le Ministre des Affaires étrangères, les représentants des principaux partis ainsi que des acteurs clés de la classe politique. Je me suis également entretenu avec le Président de l'Assemblée nationale, le Président de la Cour suprême, ainsi que des représentants de la société civile, des membres du corps diplomatique et l'Equipe-pays des Nations Unies. J'ai également eu l'occasion de visiter les nouveaux locaux de l'unité de lutte contre les crimes transnationaux.
Je voudrais remercier la Guinée-Bissau pour l'accueil qui nous a été réservé à moi-même et à ma délégation. Mais je dois dire que je ne suis pas surpris. L'hospitalité des Bissau-guinéens est bien connue et appréciée partout dans le monde.
Je tiens également à remercier les autorités et les acteurs politiques du pays pour leur collaboration soutenue avec la Mission des Nations Unies en Guinée-Bissau.
Je suis venu livrer un message clair du Secrétaire général des Nations Unies: le pays a connu un certain nombre de crises politiques au cours de la dernière décennie et nous sommes d'avis qu'il faut surmonter ces défis; il faut trouver un consensus pour que la Guinée-Bissau puisse accélérer son développement.
Tout le monde sait que le peuple de Guinée-Bissau est un peuple pacifique et patriote. C'est pour cela que nous sommes convaincus, qu'avec de la volonté politique et un dialogue constructif et inclusif entre les différents acteurs, il sera possible de surmonter les défis politiques actuels de manière durable. Nous avons lancé un appel fort en ce sens à toute la classe politique. Les Nations Unies se tiennent prêtes à soutenir tout effort visant à sortir le pays de la crise.
Nous voulons contribuer à mobiliser la communauté internationale pour qu'elle s'engage davantage en soutien au développement du pays. Mais comme vous le savez, partout dans le monde, l'instabilité affecte le développement. Compte tenu de cette réalité, nous encourageons encore une fois les leaders politiques de ce beau pays à surmonter les blocages et à travailler pour la consolidation de la stabilité.
Au cours de mes discussions, j'ai également saisi l'opportunité de souligner l'importance de promouvoir le rôle de la femme comme vecteur de paix et de stabilité. J'ai vivement encouragé mes interlocuteurs à faire en sorte que les femmes soient plus présentes, plus impliquées et occupent plus de postes de responsabilité dans tous les domaines, y compris dans la gouvernance du pays et des partis politiques.
Je me félicite du sens des responsabilités dont les forces armées Bissau-guinéennes ont fait preuve en s'abstenant d'interférer dans la vie politique du pays. C'est une évolution positive. Les Nations Unies encouragent les forces armées à maintenir cette attitude républicaine.
Comme je le disais, au cours de cette visite j'ai également pu visiter le Centre de lutte contre les crimes transnationaux et j'ai pu apprécier les efforts en cours visant à soutenir les forces de l'ordre et à faire face à la menace posée par le crime organisé, y compris le trafic de drogues et des êtres humains. Je remercie tous ceux qui ont permis cette collaboration et j'invite d'autres partenaires à soutenir cette très importante initiative.
Pour conclure, je voudrais encourager l'ensemble de la classe politique à trouver une sortie de crise à travers une solution consensuelle. Toutes les parties prenantes doivent faire preuve de volonté politique et de bonne foi. La population du pays vous observe et compte sur vous car elle est la première victime de cette situation.


Notes to correspondents on 25 July 2016