Libéria

Information basée sur le rapport 2012 du Secrétaire général au Conseil de sécurité (S/2014/181) publié 13 mars 2014.

 

L’absence de données fiables sur les violences sexuelles demeure un problème
de taille mais, selon les rapports, le nombre de crimes de violence sexuelle signalés
en 2013 a globalement augmenté, ce qui pourrait être attribué au succès des activités
des parties prenantes nationales et des organismes des Nations Unies pour
sensibiliser et faciliter la communication à ce sujet. Selon les données publiées par
le Ministère de l’égalité des sexes et du développement pour 2013, le nombre de cas
de violence sexuelle contre les enfants de 6 à 14 ans a augmenté (en novembre
2013, 90 % des 1 175 cas de violence sexuelle et sexiste constatés par quatre
« guichets uniques » dans le comté de Montserrado concernaient des enfants). Au
moins 10 enfants sont morts des suites directes de viols. Vu le nombre élevé de
victimes mineures, il est indispensable d’axer la prévention sur les enfants et de
l’assurer à l’échelle du pays entier afin que les services y soient dispensés partout et
non pas qu’à Monrovia où se concentrent la plupart d’entre eux. Ouvert le 16 août
2013 à Monrovia, le premier laboratoire médico-légal du Libéria contribuera à
renforcer les capacités d’établissement des faits afin de faciliter la poursuite des
personnes soupçonnées de viol. Avec l’appui de la société civile, de l’ONU et
d’autres partenaires internationaux, le Gouvernement a poursuivi ses campagnes et
activités de sensibilisation concernant notamment le viol. Selon une évaluation,
effectuée en avril 2013, du programme conjoint des Nations Unies et du
Gouvernement libérien sur la prévention et la répression des violences sexuelles et
sexistes, il est nécessaire de renforcer encore les mécanismes juridiques et
d’améliorer la coordination entre les prestataires de services, de faire mieux
participer les populations en décentralisant la mise en œuvre du programme conjoint
et d’accroître la participation des hommes aux activités de lutte contre les violences
sexuelles liées aux conflits en axant les efforts sur la prévention et la transformation
des mentalités et des comportements.

 

Recommandation
J’exhorte le Gouvernement à mettre en place, avec l’appui de l’ONU, une
stratégie de prévention complète comprenant des mécanismes plus systématiques de
suivi, d’analyse et de communication de l’information afin de faciliter la prise de
mesures à tous les niveaux tout en gardant le cap sur la fourniture de services
multisectoriels aux victimes. Il demeure indispensable de lutter contre l’impunité
des crimes de violence sexuelle par mesure de dissuasion et de prévention.