Le Comité des ONG recommande le statut consultatif spécial pour 42 organisations et reporte sa décision sur 44 organisations dont « Rohingya League Ltd. »

ECOSOC/6882-ONG/863
31 janvier 2018
Session de 2018, 5e & 6e séances – matin & après-midi   

Le Comité des ONG recommande le statut consultatif spécial pour 42 organisations et reporte sa décision sur 44 organisations dont « Rohingya League Ltd. »

Le Comité chargé des ONG a recommandé aujourd’hui au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 42 organisations.  D’autres ONG, au nombre de 44, ont été priées d’attendre dont « Rohingya League Ltd. » du Royaume-Uni.

Créée en juin 2014, cette ONG anciennement dénommée « Rohingya Federation », offre des bourses ou d’autres formes d’aide financière aux victimes des violations des droits de l’homme pour leur permettre de poursuivre leur scolarité et de subvenir à d’autres besoins élémentaires.  Comme elle s’est muée en « Rohingya League Ltd. », le représentant de l’Inde a demandé les raisons de ce changement de nom, ses conséquences sur les activités de l’ONG et la nature des projets, sous la nouvelle dénomination.  Le représentant de la Chine a relevé un problème technique sur le site Internet de l’ONG.

La russe « National Committee on BRICS Research » qui a vu le jour en 2011 avec pour objectif principal de promouvoir la position de la Fédération de Russie et son expertise en matière de développement, entre autres, devra patienter.  La représentante des États-Unis a dit attendre la liste complète des projets en 2017 et leurs liens avec les travaux de l’ECOSOC.

« Aide et Action internationale », de la Suisse, doit respecter le nom officiel de la « Région administrative spéciale de Hong Kong » sur son site Internet, a exigé le représentant de la Chine.  L’ONG appuie les communautés marginalisées pour qu’elles prennent le contrôle de leur avenir à travers l’éducation et notamment l’initiative « Éducation pour Tous ».

Le Comité peut recommander ou retirer trois statuts: le statut consultatif général est réservé aux grandes ONG internationales, dont les domaines d’action et de travail couvrent la majorité des points contenus dans l’agenda de l’ECOSOC et de ses organes subsidiaires.  Le statut consultatif spécial est octroyé aux ONG travaillant dans un domaine spécifique et qui ne sont concernées que par certaines activités de l’ECOSOC.  La Liste regroupe les ONG qui ne rentrent dans aucune de ces deux catégories et qui ont plutôt tendance à travailler d’une manière plus technique et/ou restreinte.

Le Comité chargé des ONG poursuivra ses travaux demain, jeudi 1er février, à partir de 10 heures.

Octroi du statut consultatif spécial

  1. International Housing Coalition, Incorporated (États-Unis)
  2. Internationale Romani Union-IRU (Autriche)
  3. Jubilee Debt Campaign (Royaume-Uni)
  4. Kamer-Kadın Merkezi Eğitim Üretim Danışma, ve Dayanışma (KAMER) Vakfı (Turquie)
  5. Kayan - Feminist Organization (Israël)
  6. Korea LOHAS Association (République de Corée)
  7. LatinoJustice PRLDEF (États-Unis)
  8. Líderes Promoviendo la Cultura de la Legalidad, AC (Mexique)
  9. Muslims for Progressive Values (États-Unis)
  10. New Vision International– NVI (Suisse)
  11. Nutrition & Education International (États-Unis)
  12. Operation Smile, Inc. (États-Unis)
  13. Partenariat Français Pour l'eau- PFE (France)
  14. Panafrican Women Association- PAWA (Norvège)
  15. Parents - Enfants maltraités - Renouveau et espérance pour les familles (France)
  16. Public Eye, Verein auf der Grundlage der Erklärung von Bern, Bern (Suisse)
  17. Queensland Advocacy Incorporated (Australie)
  18. Ruh Sağlığında İnsan Hakları Girişimi Derneği (Turquie)
  19. SDSN Association, Inc. (États-Unis)
  20. SIETAR Austria - Gesellschaft für interkulturelle Bildung, Training und Forschung (Austria)
  21. Save Cambodia (États-Unis)
  22. Shalva - The Israel Association for Care and Inclusion of Persons with Disabilities- R.A. (Israël)
  23. Terra Renaissance (Japon)
  24. The Athena Fund –Laptop Computer for each Teacher (Israël)
  25. The Foundation for AIDS Research (États-Unis)
  26. The Irish Society for the Prevention of Cruelty to Children (Irlande)
  27. The Order of St. Stanislas (Der Orden des Heiligen Stanislaus) e.V (Allemagne)
  28. The PsySiP Project (États-Unis)
  29. Together for Safer Roads Inc (États-Unis)
  30. Truth in Reality Inc (États-Unis)
  31. University College Dublin (Irlande)
  32. Unspoken Smiles Foundation (États-Unis)
  33. World Protection for Dogs and Cats in the Meat Trade (Royaume-Uni)
  34. Young Diplomats of Canada (Canada)
  35. Österreichischer Bundesverband – Österreichische Lebens - und Rettungs – Gesellschaft (Autriche)
  36. Iranian Association for United Nations Studies (Iran)
  37. Iranian Institutional Investors Association (Iran)
  38. Jameh Ehyagaran Teb Sonnati Va Salamat Iranian (Iran)
  39. Living Proof Initiative for Hope (Nigéria)
  40. SPHER International Ltd (Royaume-Uni)
  41. The Global Alliance for TB Drug Development, Inc. (États-Unis)
  42.  Malteser International e.V. (Allemagne)

Examen des demandes de statut consultatif

Peut-on obtenir des informations sur le financement de « Juridisk Rådgivning for Kvinner » (Norvège)? a demandé le représentant de la Chine.  Quelles sont les sources utilisées par « Kaleidoscope Human Rights Foundation Ltd. » (Australie) pour ses recherches? a voulu savoir le représentant de la Fédération de Russie.  Quels sont les projets de « Legal Action Worldwide » (Suisse)?  Quel est le budget par projet et quels sont les pays bénéficiaires? a questionné le représentant du Soudan.

Quels étaient les projets de « Mittetulundusühing G-Global Development Community » (Estonie) en 2017?  Quels sont leurs liens avec le travail du Conseil économique et social (ECOSOC)? a demandé la représentante des États-Unis.  Quels sont les projets de « Mother Helpage » (Royaume-Uni), au Jammu-et-Cachemire? a voulu savoir la représentante de l’Inde.  « NIGH World » (Canada) travaille-t-elle avec d’autres organisations en Amérique latine? a interrogé la représentante du Venezuela.

Celle de l’Inde a voulu savoir ce que fait « Namati Inc » (États-Unis) en Inde.  La déléguée des États-Unis a demandé à « National Committee on BRICS Research » (Fédération de Russie) ses projets en 2017 et leurs liens avec les travaux de l’ECOSOC.  Le représentant de Cuba a exigé que « Nepperhan Community Center, Inc. » (États-Unis) s’explique sur son indépendance vis-à-vis du Gouvernement des États-Unis.  Qui sont les partenaires de l’ONG au Ghana? a demandé la représentante de l’Afrique du Sud.

Peut-on obtenir des détails sur le budget et notamment sur les dépenses administratives?  C’est à cette question de la représentante de l’Uruguay que « Nonprofit Partnership "Strategic Partnership with the Islamic World" » (Fédération de Russie) devra répondre.  L’« Organisation Aide et Action internationale » (Suisse) doit respecter le nom officiel de la « Région administrative spéciale de Hong Kong » sur son site Internet, a exigé le représentant de la Chine.  Quels sont les liens de l’« Operation HOPE Inc » (États-Unis) avec le Gouvernement?  Nous voudrions des informations détaillées sur les financements issus du secteur privé, a indiqué le représentant de Cuba.

Quelle est la source des revenus d’« Operation Underground Railroad Inc » (États-Unis)?  Que fait-elle en Inde? a demandé la représentante de l’Inde.  Avec un budget de 878 dollars, comment l’« Organisation Internationale pour l’avancement politique des Africaines- L’OIAPA » (Canada) a pu organiser un séminaire de trois jours en Tunisie? s’est étonné le représentant de la Mauritanie.  Quels sont vos projets avant le 16 août 2016?  Quel est le montant exact du budget?  Quels sont les projets futurs? a demandé le délégué de Cuba.  Le même délégué a voulu savoir si « Otro Tiempo México, Asociación Civil » (Mexique) reçoit de l’argent du Gouvernement.  Qui sont ses donateurs?

Quel est le travail de « Peace Development Fund » (États-Unis) au niveau international?  Est-ce qu’elle distribue de l’argent à d’autres ONG? a demandé la représentante du Nicaragua.  Son homologue de la Chine a demandé à « Perkins School for the Blind » (États-Unis) de respecter les noms officiels de Hong Kong et de Taïwan.  « Reproductive Health Matters » (Royaume-Uni) est déficitaire.  Comment va-t-elle financer ses projets? a interrogé le représentant du Burundi.

Pourquoi « Rohingya League Ltd. » (Royaume-Uni) a changé de nom en 2016? Quelles en sont les conséquences?  Pourquoi elle n’a aucun projet? a commenté la représentante de l’Inde.  Son site Internet ne s’ouvre pas, a observé le représentant de la Chine.  Comment fait « SPHER International Ltd » (Royaume-Uni) pour financer ses projets sans aucun budget? a demandé le représentant de Cuba.  Quels sont les projets? Quelles sont les activités? a voulu savoir le représentant de la Grèce de « Sahipkıran Stratejik Araştırmalar Merkezi » (Turquie).

Hong Kong et Taïwan ne sont pas des pays, a fait observer le représentant de la Chine à « Society for Nutrition Education and Behavior » (États-Unis) qui a été priée de respecter les noms officiels.  Le délégué a fait la même remarque à « Stichting Mama Cash » (Pays-Bas).  Comment fait « The Chittagong Hill Tracts (CHT) Foundation Inc. » (États-Unis) pour financer ses projets? a voulu savoir la représentante de l’Inde.

Pourquoi le budget de recherche de « The Dame Jane Foundation » (Nouvelle-Zélande) est de 1 dollar? a demandé la représentante de l’Afrique du Sud.  Que fait cette ONG en matière de secours dans les cas de catastrophes naturelles? a voulu savoir le représentant de Cuba

La représentante de l’Afrique du Sud a demandé à « The Denis & Lenora Foretia Foundation Inc » (États-Unis) si elle a des partenaires au Cameroun.  Dans quels pays travaille « The Task Force for Global Health Inc » (États-Unis)? a voulu savoir la représentante du Nicaragua.  Peut-on obtenir la liste des 16 pays dans lesquels « Trocaire » (Irlande) dit qu’elle est présente? a réclamé le délégué de la Chine.

La représentante de l’Uruguay a voulu en savoir plus sur les futurs projets de « UNESCO Center for Peace » (États-Unis).  L’ONG a-t-elle obtenu l’autorisation de l’UNESCO et de l’ONU pour utiliser leur logo?  Le représentant de Cuba a constaté que « Wonder Foundation » (Royaume-Uni) travaillait au Guatemala, au Pérou et au Mexique.  Peut-on avoir la liste exhaustive des pays où est présente l’organisation?  Le délégué de la Mauritanie a voulu connaître les bureaux africains de « Word of Life International, Inc. » (États-Unis).  Déficitaire de 2 000 dollars, comment l’ONG compte-t-elle réaliser ses projets?    

Le délégué de la Mauritanie a indiqué que « World Youth Organization » (Royaume-Uni) a épuisé tous ses fonds au cours d’une seule manifestation pendant la Journée internationale de la femme en 2016.  Pourquoi l’ONG ne fait aucune dépense administrative?  Comment est organisée l’administration de cette organisation?  La déléguée du Venezuela a voulu en savoir plus sur les activités de « Young Global Leadership Foundation, Inc. » (États-Unis) en Amérique latine.  Le délégué de Cuba a demandé qu’on lui explique comment ont été utilisés les fonds américains reçus par « Young Professionals in Foreign Policy » (États-Unis).

Le site de « Al-Imdaad Trust » (Afrique du Sud) peut-il expliquer pourquoi l’ONG affirme être accréditée auprès de l’ECOSOC? a exigé la représentante de l’Afrique du Sud.  Dans quels pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe l’« Association pour la Diffusion des Droits Humains aux Peuples Autochtones- Humanitarian Law Agency » (Cameroun) est présente? a questionné le représentant de la Mauritanie.

Tous les groupes culturels de la Chine peuvent-ils participent au Forum culturel organisé par « Chinese Culture Promotion Society » (Chine)? a demandé la représentante des États-Unis.  Le représentant de la Grèce a dit ne pas s’opposer à l’octroi d’un statut consultatif spécial à « Citizen Association H.E.R.A. Health Education and Research Association » (« Macédoine ») pour autant que l’ONG respecte le nom officiel du pays qui est « ex-République yougoslave de Macédoine ».  La déléguée du Nicaragua a voulu connaître l’impact des coupes budgétaires sur un des partenaires de l’ONU.  Quel est la nature du travail de « Palestinian Association for Human Rights- Witness » (Liban) dans les prisons libanaises?  A-t-elle reçu l’autorisation du Gouvernement du Liban pour y travailler? a interrogé le représentant d’Israël.

Peut-on obtenir la liste complète des sources de financement de « Talent Incubator » (Bénin)? a demandé la représentante des États-Unis.  Quels sont les membres de « World Fund for Development and Planning-WFDP » (Ouganda)? a voulu savoir le représentant du Burundi.

Dialogue avec les ONG

« SPHER International Ltd » (Royaume-Uni) a déclaré que c’est avec l’aide de son fondateur qu’elle assure son financement.  Ce qui n’a pas satisfait le représentant de Cuba qui a réclamé des détails supplémentaires, avant que le Comité ne recommande tout de même l’octroi du statut consultatif spécial.

« National Committee on BRICS Research » (Fédération de Russie) a expliqué qu’elle cherche à diffuser les expériences positives sur le développement et des voies alternatives avec les jeunes, les universités et la société civile.  Comment comptez-vous contribuer aux travaux de l’ECOSOC? a demandé la représentante des États-Unis.  Le BRICS compte pour 40% de la population mondiale, a répondu l’ONG, et nous comptons travailler sur l’objectif 11 de développement durable relatif aux villes et aux communautés durables pour assurer la stabilité globale et la paix dans le mode.  Quels sont vos rapports avec le Gouvernement de la Fédération de Russie? a demandé la déléguée américaine.  « Nous n’avons pas d’affiliation directe et n’avons aucune relation avec le Gouvernement », lui a répondu l’ONG.  La représentante américaine a demandé des explications sur le fait que 80% du budget de l’ONG sont consacrés aux dépenses administratives.

« The Global Alliance for TB Drug Development, Inc. » (États-Unis) a souligné qu’elle se consacre à la recherche sur la lutte contre la tuberculose, avec deux bureaux en États-Unis et en Afrique du Sud.  L’ONG vise à réaliser l’objectif 3de développement durable sur la santé et le bien-être.  Le représentant de Cuba a souhaité voir les rapports quadriennaux de l’ONG et sans attendre, le Comité a recommandé l’octroi du statut consultatif spécial.

« Research Society of International Law » (Pakistan) a dit qu’elle mène des recherches avec d’autres spécialistes du droit sur les conventions internationales ratifiées par le Pakistan.  Elle explique aussi aux populations que l’état de droit signifie non seulement le respect des lois locales et nationales mais aussi des traités internationaux.  La représentante de l’Inde a noté que 93% des dépenses de l’ONG sont administratives.  Quel est le nombre d’employés?  Quel est leur travail?  Payez-vous vos chercheurs?  Comment comptez-vous atteindre vos objectifs avec zéro dollar pour les projets?

« Global Peace Foundation » (États-Unis) a expliqué qu’elle se spécialise notamment dans l’organisation de manifestations culturelles sur la paix.  Elle a parlé d’une Convention mondiale sur la paix qui a réuni 700 éducateurs pendant une journée, l’année dernière, aux Philippines.  Au Kenya, l’ONG a organisé avec les jeunes un Forum sur la nécessité de préserver la paix, en 2017 qui était une année électorale.  Le représentant de la Chine a avoué ne pas comprendre la position de l’ONG sur la Région autonome du Tibet.  Pourquoi l’ONG a-t-elle invité un représentant de la « Maison du Tibet » à New Dehli, l’année dernière?  Nous n’avons de pas position politique sur la Chine, ses régions et ses provinces, a répondu l’ONG, avant que le représentant chinois n’exige « une déclaration officielle écrite » reconnaissant la Région autonome du Tibet comme partie intégrante de la Chine.

« Malteser International e.V. » (Allemagne) a dit qu’elle travaille dans les domaines de l’eau, de l’environnement et de la prévention des catastrophes naturelles.  Elle est présente dans plus de 80 pays depuis plus de 60 ans.  Le Comité a décidé de recommander le statut consultatif spécial à l’ONG.     

« Gulf Centre for Human Rights- GCHR Limited » (Irlande) a souligné qu’elle ne fait pas de politique et défend les droits de l’homme au Moyen-Orient.  L’ONG a formé à ce jour plus de 800 défenseurs de droits de l'homme dans une région où les abus sont nombreux.  Le représentant du Soudan a voulu des précisions sur le partenariat avec l’UNICEF.  Son homologue de la Mauritanie a demandé une liste complète des membres du Comité exécutif de l’ONG.  Le représentant de la Chine a dit ne pas comprendre la notion de « sécurité numérique » évoquée par l’ONG.  « Nous n’avons pas reçu d’argent de l’UNICEF mais de l’UNESCO et la sécurité numérique est nécessaire pour protéger les données des gens qui travaillent avec nous », a répondu l’ONG.  

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.