Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 29 janvier 2018

dbf180129
29 janvier 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 29 janvier 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Éthiopie

Le Secrétaire général est sur le chemin du retour d’Addis-Abeba, où il a participé à la trentième Assemblée de l’Union africaine (UA).

Samedi, il a commencé la journée par une rencontre bilatérale avec le Président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki Mahamat.  Ils ont signé un cadre pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui souligne la priorité absolue pour les deux organisations d’éradiquer la pauvreté. 

S’adressant à la presse après la réunion, le Secrétaire général a déclaré que le partenariat avec l’Union africaine était un choix stratégique pour l’ONU et que l’ONU se tenait auprès de l’Union africaine et reconnaissait son leadership face aux problèmes africains.

Le Secrétaire général s’est ensuite joint aux dirigeants de l’Union africaine et de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) pour une réunion consultative sur la situation au Soudan du Sud.

Plus tard dans l’après-midi, il a assisté à une manifestation spéciale intitulée « Partenariat renouvelé pour éradiquer la faim en Afrique d’ici à 2025 - Cinq ans plus tard ». 

Le Secrétaire général a ensuite assisté à une réunion spéciale du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour examiner une approche globale de la lutte contre la menace transnationale du terrorisme en Afrique.

Au cours de la journée, il a également rencontré un certain nombre de chefs d’État et de gouvernement et de ministres des affaires étrangères, notamment ceux de l’Éthiopie, de l’Angola, de la Libye, du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda et du Soudan du Sud.

Dimanche, le Secrétaire général a participé à un petit-déjeuner de travail sur le thème « Accès égal des femmes africaines aux postes de haut niveau à l’Union africaine et dans le système des Nations Unies ».

Il s’est ensuite joint aux chefs d’État et de gouvernement de l’UA pour la cérémonie d’ouverture de la trentième session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine. 

Dans son allocution, le Secrétaire général a réaffirmé le ferme engagement de l’ONU envers les États membres et les peuples d’Afrique.  Le Secrétaire général a ensuite pris la parole devant la presse.  Il a souligné la nécessité d’une nouvelle conception des forces de maintien de la paix, pour qu’elles soient mieux équipées, mieux préparées, mieux dirigées, plus à même de protéger les populations et elles-mêmes, mais aussi d’avoir des mandats adéquats et un soutien politique et financier. 

Il a également mis l’accent sur l’importance d’un soutien adéquat aux forces africaines dans les opérations d’imposition de la paix et dans les opérations antiterroristes, avec de solides mandats du Conseil de sécurité de l’ONU et un financement prévisible.

Avant de quitter Addis-Abeba, le Secrétaire général a participé à une manifestation spéciale sur le renforcement de la collaboration dans le domaine humanitaire et du développement.

Tout au long de la journée, il a également eu des entretiens bilatéraux avec des dirigeants de la Guinée, de la Somalie, du Libéria, de la République centrafricaine et de l’Afrique du Sud.

À Addis-Abeba, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a débloqué 10 millions de dollars du Fonds central d’intervention d’urgence pour aider d’urgence les personnes les plus vulnérables déplacées par le conflit aux frontières des régions d’Oromia et de Somali en Éthiopie, en tant que personnes vulnérables dans les communautés d’accueil.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, est arrivé à Sotchi, en Fédération de Russie, où il a été envoyé par le Secrétaire général pour assister au Congrès du dialogue national syrien, qui se tient aujourd’hui et demain.

Le Secrétaire général est confiant que le Congrès de Sotchi sera une contribution importante au processus revitalisé des pourparlers intrasyriens tenus sous les auspices des Nations Unies à Genève, dans le cadre de la pleine mise en œuvre du Communiqué de Genève de 2012 et de la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué que son Envoyée spéciale, Mme Angelina Jolie, avait déclaré dimanche que toute solution négociée au conflit de longue date en Syrie devait respecter les droits de l’homme et la dignité de tous les Syriens, y compris des millions de réfugiés. 

Le HCR a des détails sur la visite de Mme Jolie au camp de réfugiés de Za’atari en Jordanie.

Développement social

Ce matin, la Vice-Secrétaire générale a pris la parole à l’ouverture de la cinquante-sixième session de la Commission du développement social.  Elle a déclaré que la Commission avait un rôle clef à jouer pour relever les défis de l’éradication de la pauvreté, de la réduction des inégalités et de la protection de l’environnement, qui sont également au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030. 

Elle a également encouragé la Commission à souligner la nécessité d’accélérer une croissance économique inclusive et équitable et un développement durable, y compris un plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Ses remarques sont disponibles en ligne.

Afghanistan

Le Secrétaire général condamne fermement l’attaque meurtrière perpétrée aujourd’hui dans le centre de Kaboul qui a été revendiquée par les Taliban.

Les attaques aveugles contre les civils sont de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire et ne sauraient être justifiées.  Les responsables des attaques perpétrées aujourd’hui doivent être traduits en justice.

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.  Il exprime sa solidarité avec le Gouvernement et le peuple afghans. 

République démocratique du Congo

Le Secrétaire général condamne le meurtre d’un Casque bleu pakistanais de la Mission des nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), tombé aujourd’hui dans une embuscade dressée par les membres d’un groupe armé près de Lulimba, à 96 kilomètres au sud-ouest de Baraka, dans la province du Nord-Kivu.  Un autre Casque bleu au moins a été blessé pendant l’attaque.

Le Secrétaire général présente ses sincères condoléances à la famille du défunt ainsi qu’au peuple et au Gouvernement du Pakistan.  Il souhaite un prompt rétablissement aux blessés et demande que les responsables de cette attaque soient traduits en justice.

Le Secrétaire général réitère son appel à ce que les groupes armés en République démocratique du Congo déposent leurs armes et cherchent à résoudre leurs différends par des moyens pacifiques.  Il réaffirme la disposition de la MONUSCO et du système de l’ONU à continuer de travailler avec les autorités de la République démocratique du Congo pour contribuer à relever les défis sécuritaires auxquels fait face le pays. 

Équateur

Le système des Nations Unies en Équateur condamne l’attaque contre un centre de commandement de la police dans le district de San Lorenzo, samedi dernier.

L’équipe de pays des Nations Unies exprime sa solidarité avec le peuple et le Gouvernement de l’Équateur, en particulier avec les personnes qui ont été blessées dans l’explosion.

Résistance aux antibiotiques

La première publication de données de surveillance de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la résistance aux antibiotiques révèle des niveaux élevés de résistance d’un certain nombre d’infections bactériennes graves dans les pays à revenu élevé et à faible revenu.

Selon le Directeur du Secrétariat de la résistance antimicrobienne de l’OMS, M. Marc Sprenger, le nouveau rapport confirme la gravité de la résistance aux antibiotiques dans le monde.  Certaines des infections les plus courantes au monde, et potentiellement les plus dangereuses, se révèlent être résistantes aux médicaments.

C’est pourquoi l’OMS encourage tous les pays à mettre en place de bons systèmes de surveillance pour détecter les résistances aux médicaments susceptibles de fournir des données à ce système mondial. 

À ce jour, 52 pays sont inscrits dans le Système mondial de surveillance antimicrobienne de l’OMS.

Le rapport complet est disponible en ligne.

Tableau d’honneur

Les Îles Marshall et les Philippines ont toutes deux payé leur contribution au budget ordinaire pour l’année 2018, portant ainsi à 25 le nombre d’États Membres qui ont versé leur quote-part.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.