Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 janvier 2018

Dbf180119
19 janvier 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 19 janvier 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Nomination de hauts responsables

Le Secrétaire général annonce la nomination de Mme Renata Dwan, de l’Irlande, au poste de Directrice de l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR).  Le Secrétaire général est reconnaissant à M. Jarmo Sareva, de la Finlande, pour son dévouement et son engagement à la tête de l’Institut depuis 2015.

Mme Dwan a acquis une vaste expérience des questions de paix et de sécurité au sein des Nations Unies, notamment en tant que Chef des politiques et des meilleures pratiques au sein du Département des opérations de maintien de la paix.

Afghanistan

Ce matin, le Secrétaire général est intervenu au Conseil de sécurité sur le thème de l’établissement de partenariats régionaux en Afghanistan et en Asie centrale.  Il a déclaré que les pays de cette région avaient accompli des progrès significatifs en matière de développement durable au cours des dernières décennies, mais a souligné qu’ils devraient en faire d’autres encore s’ils veulent atteindre leur plein potentiel.  Le Secrétaire général s’est dit encouragé par la coopération multilatérale renforcée dont il a été témoin lors de sa visite dans la région en juin dernier, en particulier en ce qui concerne les efforts visant à mieux gérer les ressources hydriques, l’énergie et le commerce, lequel se développe.

Toutefois, le Secrétaire général a noté que des problèmes de sécurité subsistent, en particulier en Afghanistan, et a souligné que la lutte menée par ce pays contre l’extrémisme violent, le terrorisme et la criminalité transnationale organisée avait des implications pour toute la région et le monde.  La réponse à ces menaces ne peut relever de la seule responsabilité du Gouvernement afghan, a ajouté le Secrétaire général, qui a rappelé la disponibilité de l’ONU pour aider à promouvoir une plus grande coopération dans la région.  (Voir communiqué de presse CS/13170)

Syrie

Le Conseiller spécial des Nations Unies pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, et le Conseiller spécial sur la responsabilité de protéger, M. Ivan Šimonović, ont exprimé leurs inquiétudes face aux conséquences dévastatrices, en particulier pour la population civile, de l’escalade des hostilités dans la Ghouta orientale et à Edleb, en Syrie.  Les deux conseillers spéciaux affirment que toutes les parties au conflit syrien, de même que la communauté internationale, ont la responsabilité de protéger les civils contre les crimes atroces.  Ils exhortent toutes les parties prenantes, y compris le Conseil de sécurité, à condamner cette violence et pressent les parties au conflit de veiller à ce que les principes fondamentaux du droit humanitaire soient protégés, en particulier en ce qui concerne la proportionnalité et la distinction.

Yémen

Suite aux demandes exprimées ces derniers jours concernant un point sur la situation humanitaire au Yémen, je peux vous dire que nous dialoguons avec la coalition sur l’importance de maintenir tous les ports ouverts pour toutes les cargaisons.  Tous les ports du Yémen devraient rester ouverts afin de faciliter l’entrée et la distribution rapides à travers le pays des importations humanitaires et commerciales.

Garder ces ports ouverts est d’autant plus important qu’une analyse récente des partenaires humanitaires indique des besoins humanitaires croissants au sein de la population.  À la fin de 2016, les partenaires humanitaires estiment à environ 7 millions le nombres de Yéménites à l’extrême limite de la famine, mais on estime à 8,4 millions le nombre de personnes qui en sont menacées.

Soudan du Sud

Mme Henrietta H. Fore vient d’achever une visite de deux jours au Soudan du Sud, sa première sur le terrain depuis sa nomination au poste de Directrice exécutive de l’UNICEF.  Elle a dit avoir vu directement comment quatre années de conflit avaient laissé les enfants malades, affamés et au bord de la mort et a jugé dévastateurs les effets d’une violence incessante.

Avec des partenaires, l’UNICEF a vacciné l’année dernière près de 1,8 million d’enfants contre la rougeole, traité plus de 180 000 enfants contre la malnutrition aiguë sévère et aidé 300 000 enfants à accéder à l’éducation.

C’est toutefois loin d’être suffisant, a averti Mme Fore, car les combats ne montrent aucun signe de ralentissement et les besoins humanitaires dans le pays sont énormes.  Une génération entière de jeunes se voit refuser les opportunités dont ils ont désespérément besoin pour contribuer à la construction de leur société, a-t-elle ajouté.

Tableau d’honneur

La Lettonie et la Suisse sont venues s’ajouter au tableau d’honneur en payant intégralement leur contribution, ce dont nous les remercions.  Le nombre des pays ayant intégralement payé leur contribution est désormais de 11. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.