Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 janvier 2018

dbf180115
15 janvier 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 15 janvier 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Conférence de presse

Pour rappel, demain, le Secrétaire général prendra la parole devant l’Assemblée générale lors d’une réunion informelle pour présenter aux États Membres ses perspectives pour 2018.  À l’issue de cette séance, vers 12 h 45, il donnera une conférence de presse dans la salle du point de presse.  Il n’y aura donc pas de point de presse demain.

Nomination

Aujourd’hui, le Secrétaire général a nommé Mme Bience Gawanas, de la Namibie, au poste de Conseillère spéciale pour l’Afrique.  Elle succèdera à M. Maged Abdelaziz, de l’Égypte, à qui le Secrétaire général exprime sa reconnaissance pour son engagement et son dévouement au service de l’Organisation. Le Secrétaire général souhaite également exprimer sa gratitude à M. David Mehdi Hamam qui a été Conseiller spécial par intérim depuis le départ de M. Abdelaziz.

Mme Gawanas est actuellement Conseillère spéciale auprès du Ministre de l’Éradication de la pauvreté et du bien-être social en Namibie. Auparavant, elle était Conseillère spéciale auprès du Ministre de la Santé et des Services sociaux. Spécialiste de la santé et des droits des femmes en Afrique, elle a été saluée pour son rôle dans l’organisation de campagnes de grande envergure telles que la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile en Afrique (CARMMA).

Colombie

Le Secrétaire général s’est rendu en Colombie au cours du week-end.  Il est maintenant de retour à New York et sera à son bureau sous peu.  Lors de la conférence de presse qui a conclu sa visite, il a exprimé sa préoccupation concernant l’ELN (Armée de libération nationale) et les incidents violents de ces derniers jours, ainsi que l’escalade éventuelle des affrontements, ce qui risque de fragiliser le processus politique et la situation des communautés vivant dans les zones affectées de conflit.

Dans ce contexte, il a appelé à faire cesser toutes les actions armées et à relancer un dialogue sérieux et constructif, en vue de réaliser le plus rapidement possible l’engagement pris par les parties de parvenir à un règlement de leurs différends par des moyens politiques.  Il a chargé son Représentant spécial, M. Jean Arnault, de prendre toutes les mesures nécessaires pour faciliter le retour des parties à la table des négociations.

Pendant son séjour sur place, le Secrétaire général a eu une longue réunion avec le Président Juan Manuel Santos Calderón et des membres clefs de son gouvernement, au cours de laquelle il a réaffirmé la solidarité et l’engagement de l’ONU aux côtés de la Colombie pour la paix dans le pays.  Il a également souligné la nécessité de déployer des institutions étatiques et des services publics sur tout le territoire de la Colombie, au bénéfice de tous les habitants du pays.

Dimanche, il a visité une zone de formation et de réintégration pour les ex-combattants des FARC à Mesetas, dans le département du Meta.  Il a aussi rencontré des communautés locales et pris connaissance d’un projet de déminage dans la région.  Pendant son séjour en Colombie, le Secrétaire général a également rencontré des dirigeants des FARC et des responsables de l’Église catholique, des représentants de la société civile et des victimes du conflit, ainsi que le Président de la Commission de la vérité, M. Francisco du Roux.  Dans toutes ces réunions, il a constaté que personne ne pensait qu’un conflit armé pouvait résoudre les problèmes en Colombie: une indication précieuse pour le travail que les Nations Unies sont en train de fournir en vue de soutenir la construction d’une Colombie en paix.

Afghanistan

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) annonce que 430 millions de dollars sont nécessaires pour venir en aide à 2,8 millions de personnes dans le besoin.  Cet argent doit servir à aider les personnes déplacées par le conflit ou les catastrophes naturelles et à fournir des abris et de la nourriture, soigner des enfants blessés, nourrir des enfants malnutris et aider des familles vulnérables qui rentrent chez elles après des années passées en Iran ou au Pakistan.

Au cours du week-end, les membres du Conseil de sécurité se sont rendus en Afghanistan.  C’était la première visite du Conseil en Afghanistan depuis 2010.  La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan a dit que les membres du Conseil avaient pu avoir un compte rendu direct des progrès accomplis par le Gouvernement d’unité nationale afghan, avec l’aide de la communauté internationale, pour faire face à un large éventail de défis qui sont liés entre eux.  Ils ont également compris comment ils pourraient davantage soutenir les efforts sur le terrain.

Syrie

L’OCHA se dit préoccupé par les hostilités qui visent principalement Harasta-Est, Misraba, Modira et Duma, dans la Ghouta orientale assiégée, qui causent des morts et des blessés parmi la population civile et qui affectent une grande partie des 400 000 personnes piégées.  Aux morts et aux blessés s’ajoutent les bombardements qui auraient limité les déplacements entre les villes, la suspension des examens scolaires et l’accès limité aux marchés locaux.

Au même moment, des tirs au mortier auraient continué dans les banlieues est de Damas faisant des blessés parmi les civils et des dégâts matériels.

L’ONU rappelle à toutes les parties leur responsabilité de protéger les civils et continue de demander un accès sûr, sans entrave et durable à toutes les populations dans le besoin, y compris les millions de personnes qui vivent dans les régions difficiles à atteindre et celles qui se trouvent assiégées.

Yémen

Un navire transportant quatre grues mobiles achetées par le Programme alimentaire mondial (PAM), et financées par l’Agence américaine d’aide pour le développement international, est arrivé dans le port yéménite de Hodeidah.  Ces grues permettront d’accélérer la livraison des fournitures de secours pour les familles yéménites aux prises avec la plus grande crise de la faim au monde. 

Les grues, qui sont immédiatement opérationnelles, sont nécessaires pour augmenter la capacité du port d’Hodeidah qui traite autour de 70% des importations du Yémen, y compris l’arrivage de vivres et de fournitures humanitaires indispensables.  Chaque grue mobile étant capable de déplacer plus de 60 tonnes, elles augmenteront considérablement le déchargement des navires humanitaires et d’autres fournitures de secours.

Le Directeur exécutif du PAM, M. David Beasley, a déclaré qu’en augmentant la capacité du port, les grues entraîneraient aussi plus de travail.  « Pour éviter que la catastrophe ne s’aggrave, le PAM a besoin d’un meilleur accès et d’un dédouanement rapide et en douceur des marchandises. »

Libye

Des affrontements ont eu lieu ce matin dans la région de Tajoura, près de Tripoli.  Des informations font état de blessés, mais le nombre de victimes n’est pas confirmé pour le moment.  Des familles auraient été prises au piège par les affrontements.  Les partenaires humanitaires évaluent la situation.

L’ONU rappelle à toutes les parties leur obligation, en vertu du droit international humanitaire, de veiller constamment à épargner les civils et les structures civiles.  Cela oblige à prendre toutes les précautions possibles pour réduire les effets des attaques et ainsi éviter ou minimiser les dommages civils.

République centrafricaine

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que 100 000 personnes ont besoin d’aide humanitaire à Paoua, dont 60 000 déplacées et 40 000 habitants de la ville.

Le Chef de bureau de l’OCHA a conduit il y a quelques jours une mission d’évaluation dans la région avec le Ministre des affaires humanitaires de la République centrafricaine.  Les problèmes de santé augmentent car on indique que des cadavres seraient jetés dans des puits ou traîneraient dans des villages, ce qui accroît le risque de contamination.  La plupart des personnes déplacées sont des femmes et des enfants soulevant ainsi des problèmes de protection particuliers.  Plusieurs cas de violence sexiste ont été signalés.

Conseil de sécurité

Le Service du Conseil de sécurité au Département des affaires politiques a publié les points saillants des pratiques du Conseil de sécurité pour 2017, qui sont maintenant disponibles en ligne sur le site Internet du Conseil de sécurité, ainsi qu’en version imprimée.

La publication donne un aperçu annuel des activités du Conseil de sécurité avec des données statistiques sur l’évolution des pratiques du Conseil concernant les réunions, l’ordre du jour, les décisions, les tendances des votes ainsi que les organes subsidiaires, y compris les sanctions.  L’édition 2017 contient des informations supplémentaires relatives aux représentants des membres du Conseil, les orateurs et les déclarations présidentielles.  Elle est en outre joliment illustrée.

Migration

Le premier Forum international sur les statistiques migratoires a commencé aujourd’hui à Paris, en France.  Le Forum, qui est organisé conjointement par le Département des affaires économiques et sociales (DESA) et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), rassemble près de 700 statisticiens, des chercheurs, des décideurs politiques et des représentants de la société civile.  Les participants doivent discuter de la manière d’améliorer la collecte de données existantes pour mieux comprendre les tendances mondiales de la migration, ses facteurs et ses conséquences, ainsi que pour contribuer à l’évaluation des politiques.

Tourisme

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) a annoncé aujourd’hui que le nombre de touristes internationaux avait augmenté de 7% en 2017, soit un total de 1,3 milliard de touristes.  C’est le taux annuel de croissance le plus élevé en sept ans.  L’OMT a déclaré que cela était principalement dû à la reprise économique mondiale.  L’OMT s’attend à ce que la croissance se poursuive en 2018, mais à un rythme plus durable d’environ 4%. 

L’Europe et l’Afrique ont eu les taux de croissance les plus élevés, soit 8%, suivis par l’Asie et le Pacifique qui ont connu une croissance de 6%.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.