Consultations du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 2048 (2012) – 12 septembre 2017

SC/13062
8 novembre 2017

Consultations du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 2048 (2012) – 12 septembre 2017

Le 12 septembre 2017, le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 2048 (2012) concernant la Guinée-Bissau a tenu des consultations pour examiner le rapport du Secrétaire général sur les progrès accomplis en ce qui concerne la stabilisation et le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée-Bissau, présenté en application du paragraphe 19 de la résolution 2267 (2016).

Le responsable des organes subsidiaires du Conseil de sécurité, Kelvin Ong, a donné un aperçu des principales conclusions et recommandations énoncées dans le rapport.  Modibo Touré, Représentant spécial du Secrétaire général pour la Guinée-Bissau et Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau, a également pris part aux consultations par visioconférence depuis Bissau pour faire le point de la situation dans le pays.

M. Ong a fait observer que les recommandations présentées l’an dernier par le Secrétaire général dans son rapport restaient valables, à savoir: maintenir le régime de sanctions et ses critères, signifier clairement que le Conseil est prêt à imposer des sanctions à tous les fauteurs de trouble et, si nécessaire, à prendre des mesures supplémentaires et à ajouter d’autres noms à la liste des personnes désignées, et envisager de créer un groupe d’experts et de définir des critères précis pour la levée des sanctions.

M. Ong, se félicitant de la visite à Bissau du Président du Comité des sanctions, a estimé que celle-ci était un signe important de l’intérêt qu’attachait le Comité à la situation dans le pays.  Il a également pris note des conclusions figurant dans le rapport établi à l’issue de la visite du Président.

M. Touré a noté que, depuis son dernier exposé au Conseil de sécurité, la situation n’avait guère sensiblement évolué en Guinée-Bissau et il a fait siennes les recommandations formulées dans le rapport du Secrétaire général.

Certains membres se sont exprimés en faveur d’un réexamen de la Liste récapitulative relative aux sanctions imposées par la résolution 2048 et se sont demandé si les mesures étaient toujours utiles et efficaces.  Un membre, cependant, a mis en garde contre une interprétation large des critères d’inscription sur la liste et contesté leur bien-fondé.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.