Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le tir de missile balistique effectué par la République populaire démocratique de Corée

SC/12994-CD/3736
15 septembre 2017

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le tir de missile balistique effectué par la République populaire démocratique de Corée

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre, M. Tekeda Alemu (Éthiopie):

Les membres du Conseil de sécurité ont tenu d’urgence des consultations au sujet du tir de missile balistique extrêmement provocateur auquel s’est livrée la République populaire démocratique de Corée.  Le missile a survolé le Japon le 14 septembre 2017, moins de trois semaines après que la République populaire démocratique de Corée a tiré un missile balistique ayant survolé le Japon le 28 août 2017, moins de deux semaines après qu’elle a effectué un essai avec un puissant engin nucléaire le 3 septembre 2017, et seulement trois jours après que le Conseil de sécurité a adopté à l’unanimité la résolution 2375 (2017).

Les membres du Conseil ont fermement condamné ces tirs, ainsi que la République populaire démocratique de Corée pour ces actes odieux, et exigé que celle-ci cesse immédiatement de se livrer à de tels agissements.  Le Conseil s’est vivement inquiété qu’en procédant au tir du missile qui a survolé le Japon et en se livrant récemment à des agissements et à des déclarations publiques, la République populaire démocratique de Corée cherche délibérément à compromettre la paix et la stabilité de la région et suscite dans le monde entier de graves préoccupations pour la sécurité.  Il a souligné que les agissements de la République populaire démocratique de Corée n’étaient pas seulement une menace pour la région, mais pour tous les États Membres de l’Organisation.

Le Conseil a, par conséquent, insisté sur le fait que tous les États Membres devaient appliquer pleinement, intégralement et immédiatement toutes ses résolutions sur la question, en particulier les résolutions 2375 (2017) et 2371 (2017).  Il a aussi insisté sur le fait qu’il était capital que la République populaire démocratique de Corée se montre sans délai sincèrement attachée à la dénucléarisation en prenant des mesures concrètes, et a souligné qu’il importait d’œuvrer pour l’apaisement des tensions dans la péninsule coréenne et au-delà.

Le Conseil a exigé de la République populaire démocratique de Corée qu’elle respecte les résolutions 1695 (2006), 1718 (2006), 1874 (2009), 2087 (2013), 2094 (2013), 2270 (2016), 2321 (2016), 2356 (2017), 2371 (2017) et 2375 (2017), ainsi que les déclarations de son président en date des 6 octobre 2006 (S/PRST/2006/41), 13 avril 2009 (S/PRST/2009/7), 16 avril 2012 (S/PRST/2012/13) et 29 août 2017 (S/PRST/2017/16), en suspendant toutes activités liées à son programme de missiles balistiques, et qu’elle rétablisse dans ce contexte les engagements qu’elle avait souscrits en faveur d’un moratoire sur les tirs de missiles.

Le Conseil a réaffirmé qu’il importait de maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et dans l’ensemble de l’Asie du Nord-Est, exprimé son attachement à un règlement pacifique, diplomatique et politique de la situation, et accueilli avec satisfaction les efforts que font ses membres ainsi que d’autres États pour faciliter un règlement pacifique et global par le dialogue.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.