Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 novembre 2017

dbf171116
16 novembre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 novembre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Zimbabwe

Le Secrétaire général suit attentivement la situation au Zimbabwe, et appelle à maintenir le calme.  Il souligne l’importance de résoudre les différends politiques par des moyens pacifiques, y compris par l’intermédiaire du dialogue, et en se conformant à la Constitution du pays.

Le Secrétaire général salue les efforts de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) pour faciliter une solution pacifique à la situation.  Il reste en contact avec le Président de la Commission de l’Union africaine et les dirigeants régionaux pour les soutenir dans cette voie.

Le Secrétaire général réitère l’engagement des Nations Unies à continuer d’appuyer le Zimbabwe dans ses efforts nationaux de consolidation de la gouvernance démocratique.

Yémen - Lettre

Dans une lettre adressée au Représentant permanent de l’Arabie saoudite auprès des Nations Unies, le Secrétaire général a indiqué que le blocus imposé par la coalition depuis le 6 novembre 2017 fait déjà reculer l’impact des efforts humanitaires.  S’il a accueilli avec satisfaction la réouverture du port d’Aden, le Secrétaire général a noté que ce ne sera pas suffisant pour satisfaire les besoins de 28 millions de Yéménites.

L’ONU appelle la coalition à autoriser la reprise des vols des Services aériens d’aide humanitaire des Nations Unies à destination des aéroports de Sanaa et d’Aden et demande aussi la réouverture des ports de Al Hudaydah et Saleef afin que les approvisionnements en carburant, nourriture et médicaments puissent entrer au Yémen.

Le Secrétaire général a ajouté qu’une fois levés les blocus de l’aéroport de Sanaa et des ports de Al Hudaydah et Saleef, les Nations Unies se tiendront prêtes à envoyer une équipe technique à Riyad pour discuter du mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies qui a été institué dans le but de faciliter la circulation sans entrave des marchandises commerciales au Yémen.  L’ONU sera alors aussi en mesure d’envoyer une équipe de direction, incluant des officiels humanitaires, pour discuter des arrangements possibles dans le port de Al Hudaydah et à l’aéroport de Sanaa.

Yémen

Dans une déclaration conjointe, les responsables du Programme alimentaire mondial (PAM), de l’UNICEF et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont appelé en urgence à la levée immédiate du blocus au Yémen pour répondre à ce qui est désormais l’une des plus graves crises humanitaires au monde.

Selon ces trois agences, bien que la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite ait partiellement levé ce blocus, la fermeture de plusieurs points d’entrée aériens, maritimes et terrestres aggrave une situation déjà catastrophique.  L’accès et l’espace dont elles ont besoin pour livrer l’assistance humanitaire sont entravés, menaçant les vies de millions d’enfants et de familles yéménites.

 Même avec une levée partielle du blocus, le PAM estime que 3,2 millions de personnes supplémentaires souffriront de la faim.  Si rien n’est fait, 150 000 enfants mal nourris pourraient mourir dans les prochains mois.

Royaume-Uni

Le Secrétaire général est à Londres où il a prononcé un discours à l’École des études orientales et africaines de l’Université de Londres sur le sujet: « La lutte contre le terrorisme et droits de l’homme: comment remporter le combat tout en défendant nos valeurs ».  L’événement a été diffusé en direct sur la page Facebook de l’université et sera disponible sur les plateformes de diffusion web du site de l’ONU.

Soulignant que le terrorisme moderne est devenu une menace sans précédent pour la paix internationale, la sécurité et le développement, le Secrétaire général a expliqué que le terrorisme n’a pas seulement changé d’échelle, mais aussi de nature.  Il est désormais plus complexe, utilise de nouveaux modus operandi, et s’attaque aussi bien à notre sécurité qu’à notre humanité profonde.

Il a ajouté que le combat contre le terrorisme ne sera pas gagné en perpétuant le rejet et la destruction.  Selon lui, il faut combattre le terrorisme sans relâche pour protéger les droits de l’homme et ne pas lui permettre de défier les principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies, des constitutions nationales et du droit international.  La capacité des droits de l’homme à unifier est plus forte que la capacité du terrorisme à diviser.

Pendant qu’il sera au Royaume-Uni, le Secrétaire général tiendra également des réunions bilatérales avec le Ministre des affaires étrangères, M. Boris Johnson et la nouvelle Secrétaire d’État pour le développement international, Mme Penny Mordaunt.  Il sera de retour à New York demain, vendredi 17 novembre, aux alentours de midi.

Fédération de Russie

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, a assisté à la première Conférence ministérielle mondiale de l’Organisation mondiale de la Santé pour mettre fin à la tuberculose à l’ère des objectifs de développement durable.  Cette conférence qui se tient à Moscou est coorganisée par le Ministère de la santé russe et l’OMS.

En marge de cette conférence, la Vice-Secrétaire générale, accompagnée par le Directeur général de l’OMS, s’est entretenue avec le Président russe, M. Vladimir Poutine pour discuter d’une coopération active destinée à s’attaquer à la tuberculose et à d’autres problèmes de santé.  La Vice-Secrétaire générale et le Président ont aussi échangé leurs perspectives à propos du repositionnement du système des Nations Unies pour le développement et la réforme plus globale de l’Organisation.

Maintien de la paix

À Vancouver, au Canada, la réunion des Ministres de la défense sur le maintien de la paix des Nations Unies a pris fin hier soir.  Cet événement a accueilli 550 délégués venus de 79 pays et cinq organisations internationales.  En outre 48 délégations ont formulé de nouveaux engagements en matière de maintien de la paix et 54 pays ont approuvé les Principes de Vancouver sur la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants soldats dans les opérations de maintien de la paix.

Plusieurs États Membres sont venus avec des engagements « intelligents » pour délivrer des capacités clefs permettant de combler les écarts au sein des opérations de maintien de la paix, comme des unités d’ingénieries, du matériel d’aviation pour des ailes fixes et rotatives, des forces de réaction rapide, des bataillons rapidement déployables et des capacités médicales.  Ces engagements incluent également des promesses novatrices en matière de formation plus durable et de renforcement des capacités.  Ces efforts de formation aideront à s’assurer que les Casques bleus sont bien en mesure de réussir dans les contextes difficiles où on leur demande de se déployer.

Les États Membres ont aussi plaidé pour qu’on accroisse le déploiement de femmes soldats et policières.  Le Canada a consacré environ 21 millions de dollars pour soutenir le déploiement accru des femmes, ainsi que l’assistance technique, le développement d’une approche systématique pour augmenter le nombre de femmes dans les opérations de maintien de la paix et les missions de recherche et de surveillance.

Pour tous les détails sur les promesses faites à Vancouver, des informations sont disponibles sur la page Facebook des forces armées canadiennes.  Une note aux correspondants a également été envoyée.

Syrie

Les Nations Unies continuent d’être alarmées par l’intensité des hostilités dans les zones assiégées de la Ghouta orientale et de Damas.  Hier, un immeuble où était entreposé de l’aide provenant de l’ONU, récemment livrée à Douma, aurait été touché par des bombardements.  Bien que les dégâts seraient limités et que l’entrepôt principal demeure intact, de telles attaques contre les stocks humanitaires de l’ONU sont inexcusables.

Entre temps, le pilonnage aveugle de différents quartiers résidentiels à Damas a fait des morts et des blessés parmi les civils.

L’ONU continue de réclamer un accès sûr, sans entrave et durable à toutes les personnes dans le besoin, notamment aux trois millions de personnes qui vivent dans des zones assiégées ou difficile d’accès.

Iran

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a acheminé par voie aérienne, en Iran, des trousses de traumatologie et des fournitures médicales pour appuyer le traitement des milliers de personnes qui ont été blessées suite au récent séisme qui a frappé la frontière entre l’Iran et l’Iraq.

Ces aides, qui permettront de fournir des soins chirurgicaux à 4 000 patients, ont été transportées depuis le centre de logistique d’urgence de l’OMS à Dubaï vers la province de Kermanshah en début de matinée.  Elles ont ensuite été immédiatement livrées aux hôpitaux et aux autres centres de santé où sont traités les blessés.

Du côté iraquien de la frontière, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que toutes les zones touchées ont à présent reçu une forme ou une autre d’assistance.  Une équipe des Nations Unies chargée de l’évaluation et de la coordination en cas de catastrophe est arrivée en Iraq à la demande du Gouvernement et appuiera les autorités avec son travail d’évaluation et de coordination.

Iraq

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que plus de 181 000 personnes demeurent déplacées dans le nord de l’Iraq depuis la mi-octobre.

La plupart d’entre elles viennent du district de Touz, dans la province de Salâh Al-Dîn et des districts de Kirkuk et Daquq, dans la province de Kirkuk.

Par ailleurs, 172 000 autres personnes qui avaient fui ont depuis regagné leur foyer, dont la majorité à Kirkuk.

Le Gouvernement et les agences humanitaires continuent de fournir une aide vitale, notamment de l’eau, des abris, des vivres, des articles ménagers et une assistance médicale.

Afghanistan

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) a condamné l’attaque qui a frappé, aujourd’hui, le Square Aspa, à Kaboul, tuant au moins neuf personnes parmi les civil, y compris un enfant, et blessant 16 autres.

Le Chef de la MANUA, M. Tadamichi Yamamoto, a indiqué que cette attaque était un acte de terreur et une grave violation du droit humanitaire.

Alors que l’Afghanistan fait face à de nombreux défis et que tant d’Afghans aspirent à la paix, de telles attaques ne peuvent tout simplement pas être justifiées.  L’utilisation d’armes explosives dans des zones peuplées doit cesser, a-t-il ajouté.

Libye

Ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une réunion sur la Libye.  Le Représentant spécial du Secrétaire général pour ce pays, M. Ghassam Salamé, a indiqué que deux mois après son lancement, le Plan d’action pour la Libye avait réalisé des avancées notables.  L’ONU a convoqué deux sessions du Comité conjoint de rédaction pour s’accorder sur une série d’amendements à l’Accord politique libyen.  M. Salamé s’est dit confiant qu’un consensus est proche.  La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a également beaucoup avancé dans l’organisation de la conférence nationale qui se déroulera au mois de février prochain.

M. Salamé devait intervenir devant la presse aux côtés du Ministre des affaires étrangères de l’Italie en début d’après-midi.

RDC

À 15 heures, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, M. Mark Lowcock, devait faire le point sur la situation humanitaire en République démocratique du Congo devant les États Membres.

Climat

À la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 23), qui se tient à Bonn, le Secrétaire général a souligné hier, devant la presse, que le moment est venu d’appeler à faire preuve de plus d’ambition et d’un plus grand sentiment d’urgence dans la mise en œuvre, par les pays, de l’Accord de Paris.  Il a ajouté qu’il était crucial, pour les pays en développement, d’avoir accès au financement qui a été promis à Paris il y a deux ans.

Selon la COP23, les parties ont fait état de progrès significatifs dans les négociations, alors que la Conférence doit s’achever demain.  Des progrès ont notamment été signalés en ce qui concerne le règlement de l’Accord de Paris et la création d’une plateforme pour les peuples autochtones afin de leur permettre d’échanger connaissances et pratiques en matière d’adaptation.

En marge de la Conférence, le Programme alimentaire mondial (PAM) a publié un rapport qui indique dans quelle mesure le climat fait progresser la faim.  Le rapport avertit que le risque de faim pourrait augmenter jusqu’à 20% d’ici à 2050 en raison des changements climatiques à moins de redoubler d’efforts pour aider les communautés les plus vulnérables à mieux s’adapter aux évènements climatiques extrêmes comme les inondations et la sécheresse.

Tolérance

La Journée internationale de la tolérance est célébrée aujourd’hui et met cette année l’accent sur la campagne de l’ONU « Ensemble – respect, sécurité et dignité pour tous », dont le but est de réduire les perceptions et les comportements négatifs vis-à-vis des réfugiés et des migrants et de renforcer le contrat social entre les pays d’accueil, les communautés, les réfugiés et les migrants.

Philosophie

Ce 16 novembre marque également la Journée mondiale de la philosophie qui vise à mettre en lumière la valeur durable de la philosophie pour le développement de la pensée humaine, pour chaque culture et pour chaque individu.

Pour célébrer cette journée, l’UNESCO a organisé une série de débats, d’ateliers et de discussions avec des philosophes, des penseurs, des scientifiques et des éducateurs pour encourager la pensée critique et indépendante comme moyen de réaliser une société plus tolérante et plus pacifique.

Conférence de presse demain

Demain, à 14 h 30, la Mission permanente de la République de Corée organisera une conférence de presse sur les « Jeux olympiques de PyeongChang, Jeux de la paix ».

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.