Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 novembre 2017

Dbf171106
6 novembre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 novembre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

 

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Climat

La Conférence mondiale sur les changements climatiques s’est ouverte aujourd’hui à Bonn, en Allemagne.  La Conférence vise à relever le niveau des ambitions nécessaires pour s’attaquer aux changements climatiques et mettre le monde sur une voie plus sûre et plus prospère. 

Les gouvernements travailleront pour accroître l’action sur le climat selon les termes de l’Accord de Paris.  Ils seront rejoints par d’autres acteurs comme des villes, des États, des entreprises et la société civile qui œuvreront aussi à favoriser les initiatives pour soutenir les plans nationaux de lutte contre les changements climatiques, l’objectif de température défini au niveau international et les objectifs plus larges du Programme de développement durable à l’horizon 2030. 

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), a-t-il rappelé, l’année 2017 sera l’une des trois années les plus chaudes de l’Histoire, ponctuée par plusieurs ouragans dévastateurs, des inondations, des canicules écrasantes et des épisodes de sécheresse. 

L’OMM a ainsi déclaré que la température moyenne mondiale entre janvier et septembre 2017 a été de 1,1oC supérieure à celle de l’ère préindustrielle.  Sous l’effet d’un puissant phénomène El Niño, 2016 aura même été l’année la plus chaude enregistrée suivie des années 2017 et 2015.  Par ricochet, la période de cinq ans allant de 2013 à 2017 s’avère la plus chaude enregistrée.

Portugal

Le Secrétaire général est à Lisbonne aujourd’hui pour parler cet après-midi au Web Summit 2017.  Il doit aborder le besoin accru de collaboration entre ceux qui inventent les nouvelles technologies et ceux qui votent les politiques publiques. 

Il doit souligner la nécessité de passer à une nouvelle génération de pensée stratégique, de réflexion éthique et de cadre de travail.  Il regagnera son bureau de New York demain, mardi.

République centrafricaine

Le Chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), M. Parfait Onanga-Anyanga, a présenté un exposé devant le Conseil de sécurité ce matin.

Il l’a informé que la situation sécuritaire dans le pays demeurait volatile alors que la situation humanitaire est désastreuse.  Dans ce contexte de brutalité impensable, où il n’y a aucune paix à maintenir, il a rappelé que les Casques bleus risquent leurs vies quotidiennement et que, durant une récente visite dans le pays, le Secrétaire général avait plaidé pour une plus grande solidarité internationale à l’égard de la République centrafricaine.

M. Onanga-Anyanga a aussi mis l’emphase sur le besoin d’engager un processus politique inclusif, ajoutant que la stabilité du pays dépend de fortes institutions étatiques implantées à l’échelle locale. 

Il a terminé en notant que la demande du Secrétaire général d’augmenter les forces de la MINUSCA de 900 soldats fait partie d’une stratégie globale pour résoudre une situation qui se détériore et pour créer les conditions propices à l’avancement du processus politique.

Soudan du Sud

Une étude conjointe sur la sécurité alimentaire a été publiée par le Gouvernement du Soudan du Sud et des partenaires humanitaires comme l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’UNICEF ou encore le Programme alimentaire mondial (PAM). 

Elle avertit que l’actuelle saison des récoltes ne règlera pas la crise de la faim.  Le conflit persiste dans la majeure partie du pays et l’hyperinflation empêche les populations d’accéder à la nourriture.  Le nombre de personnes frappées d’insécurité alimentaire dans le pays devrait atteindre 4,8 millions pour la période d’octobre à décembre, contre 6 millions en juin.

Cependant, il faut noter que ces 4,8 millions de personnes représentent une augmentation de 1,4 million par rapport à l’an dernier à la même période, une hausse qui concerne essentiellement la catégorie urgence.

Liban

Le Secrétaire général est préoccupé par les informations faisant état de l’offre de démission du Premier Ministre libanais, M. Saad Hariri.  Il espère que toutes les parties concentreront leurs efforts sur la poursuite de l’appui aux institutions étatiques du Liban dans le respect de la Constitution, ainsi que sur la sauvegarde de la stabilité et de la sécurité du pays.

Les Nations Unies restent engagées en faveur de la sécurité, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Liban. 

Yémen

En sa qualité de Coordonnateur humanitaire au Yemen, M. Jamie McGoldrick a exprimé son horreur, hier, face aux violences perpétrées par toutes les parties au conflit au Yémen qui, celle semaine encore, a coûté la vie de civils innocents parmi lesquels 13 enfants. 

Il a répété les nombreux appels de la communauté internationale pour exhorter les parties au conflit à respecter leurs obligations et responsabilités envers les lois humanitaires.  Il leur a demandé en particulier d’adhérer aux principes de distinction entre civils et combattants, à la notion de proportionnalité dans les hostilités, mais aussi à cesser les attaques qui ciblent directement les civils et leurs infrastructures.

M. McGoldrick a réitéré ses appels aux États les plus influents vis-à-vis des parties impliquées dans ce conflit pour qu’ils respectent leur engagement à apporter une solution politique.

Libye

Presque 3 000 personnes ont été enregistrées comme populations déplacées à cause des affrontements dans le Warshafana et ses environs, au sud-ouest de Tripoli, en Libye. 

Ces affrontements se déroulent depuis le 31 octobre, entraînant la fermeture des écoles, tuant au moins deux personnes et en blessant huit autres.  Le nombre total de personnes déplacées dans cette zone est sans doute plus élevé, étant donné que plusieurs familles seraient restées dans des secteurs sûrs et n’ont donc pas été enregistrées comme déplacées.

Gaza

La pénurie de médicaments essentiels et d’équipements médicaux à Gaza continue de se détériorer, menaçant sévèrement la fourniture de soins de santé.

En octobre, 130 médicaments et équipements cruciaux, parmi lesquels 50 sont destinés aux actions chirurgicales, sont en rupture de stock.  La pénurie de médicaments empire: la rupture de stock concerne désormais 45% de la liste totale des médicaments essentiels, soit une augmentation de 41% par rapport à septembre 2017.

En dépit des accords de réconciliation signés en octobre et malgré le Gouvernement palestinien d’union nationale, la situation ne s’est pas améliorée.  Il est à espérer que la réconciliation récemment signée contribuera à soulager la crise humanitaire à Gaza.

Iraq

À la suite de la reprise ce week-end du district d’Al-Qaïm et de ses environs par les forces de sécurité iraquiennes, le déplacement de population dans la région a ralenti. 

Les équipes humanitaires qui sont sur place affirment que plus de 11 000 personnes du district d’Al-Qaïm ont été déplacées depuis le 26 octobre et le début des opérations militaires dans la zone.

En tout, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 65 000 personnes ont été déplacées depuis le début de l’année dans le cadre de ces opérations menées dans la province d’Al-Anbar à l’ouest du pays.

Haïti

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina Mohammed, s’est rendue en Haïti ce week-end.  Lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite, elle a déclaré qu’il est important de reconnaître le travail accompli dans la lutte contre le choléra, avec une réduction de 99% des cas de transmission, tout en rappelant que le verre n’est qu’à moitié plein.

Elle a déclaré que ses visites dans les centres de lutte contre le choléra et les communautés touchées n’avaient fait qu’accroître son engagement et sa passion à faire ce qui est nécessaire pour parvenir à une transmission zéro, aux côtés de l’Envoyée spéciale, Mme Josette Sheeran, et de la direction de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH).

Après sa visite à des projets de développement dans le pays, Mme Mohammed a souligné l’importance d’investir en Haïti dans l’agriculture, les routes, l’eau et l’assainissement.  Il faudra un certain temps pour faire tout cela, mais les Nations Unies ne sont pas dans le pays pour une solution rapide, a-t-elle dit.  « Nous sommes ici pour le long terme », a-t-elle ajouté.

Police

La Semaine de la police des Nations Unies débute aujourd’hui au Siège de l’ONU.  Les chefs des composantes de la police des Nations Unies de 12 missions de maintien de la paix et missions politiques spéciales sont à New York cette semaine pour discuter des moyens de rendre la police des Nations Unies encore plus souple et efficace.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix, ainsi que les chefs de la police des missions au Mali, en Haïti et au Darfour informent le Conseil de sécurité du rôle de la police des Nations Unies dans les opérations de paix.

Environnement et conflits

Aujourd’hui est célébrée la Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé, qui vise à empêcher l’exploitation non durable des ressources naturelles d’alimenter les conflits ou de menacer la paix.

Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), au moins 40% de tous les conflits internes ont été liés à l’exploitation des ressources naturelles au cours des 60 dernières années.

Migrations

À Bangkok, en Thaïlande, la dernière réunion régionale préparatoire du Pacte mondial sur les migrations a débuté aujourd’hui.  S’exprimant lors de la conférence, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les migrations internationales, Mme Louise Arbour, a déclaré que l’adoption du pacte l’année prochaine encouragera les États à coopérer sur toute une série de questions relatives aux migrations internationales, ce qui facilitera une migration sûre, ordonnée et régulière, sans l’enrayer.

Elle a ajouté que lors de l’élaboration du pacte, les pays devraient accorder une attention particulière à la nécessité de mettre en place des programmes d’inclusion sociale solides qui visent à bénéficier à tous les membres de la communauté, et n’encouragent pas -même involontairement- la suspicion et la discorde entre les nouveaux arrivants et les hôtes.

Nomination

Le Secrétaire général, le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. José Graziano, et le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM), M. David Beasley, ont annoncé, aujourd’hui, la nomination de Valerie Guarnieri, des États-Unis, au poste de Directrice exécutive adjointe des opérations du PAM, avec rang de Sous-Secrétaire générale. 

Mme Guarnieri succède à Ramiro Lopes da Silva, du Portugal, à qui le Secrétaire général, le Directeur général de la FAO et le Directeur exécutif du PAM expriment leur profonde gratitude pour le rôle moteur qu’il a joué dans les opérations du PAM ces sept dernières années.

Il prend sa retraite après près de 33 ans passés au PAM, où il a dirigé et soutenu les interventions face à certaines des plus grandes crises humanitaires auxquelles le monde a été confronté, sauvant d’innombrables vies. 

Actuellement Directrice régionale du PAM pour l’Afrique de l’Est et du Centre, Mme Guarnieri apporte à ce poste une vaste expérience dans les opérations humanitaires et de développement.  Ayant occupé des postes à responsabilité au Zimbabwe, aux Philippines et au Siège, elle a dirigé les efforts déployés pour s’attaquer à certains des défis de la faim les plus longs et les plus complexes du monde.

Points de presse

Le Porte-parole du Président de l’Assemblée générale, M. Brenden Varma, doit s’exprimer à la mi-journée.

Le Président du Conseil de sécurité, M. Sebastiano Cardi, de l’Italie, devait tenir, également à la mi-journée, un point de presse après les consultations du Conseil sur la République centrafricaine.

Le Président du Conseil, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix, et le Conseiller pour les questions de police des Nations Unies, M. Luis Carrilho, doivent tenir un point de presse à l’issue des consultations du Conseil de sécurité sur le maintien de la paix.

Demain, le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, M. Liu Zhenmin, sera l’invité du Point de presse de midi.  Il reviendra sur le rapport de synthèse 2017 de l’examen national volontaire.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.