Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 novembre 2017

dbf171103
3 novembre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 novembre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Haïti

La Vice-Secrétaire généralede l’ONU, Mme Amina Mohammed, vient d’arriver en Haïti pour une visite.  Elle est accompagnée de l’Envoyée spéciale, Mme Josette Sheeran, ainsi que de la nouvelle Représentante spéciale pour la MINUJUSTH, Mme Susan Page.  Le déplacement inclut des réunions avec de hauts responsables gouvernementaux et des acteurs majeurs, des visites dans des communautés touchées par l’épidémie de choléra, et des visites de projets phares de développement menés par le Gouvernement.

Syrie

Les équipes humanitaires en Syrie sont profondément préoccupées par les conséquences pour les civils des combats qui se poursuivent dans la province de Deïr el-Zor.  Hier, des frappes aériennes sur la ville d’al-Mayadeen et ses environs auraient tué plus de 25 personnes et blessé de nombreuses autres, en majorité des femmes et des enfants.

Depuis août de cette année, les combats auraient chassé plus de 350 000 personnes de leur foyer à Deïr el-Zor.  La ville a reçu pour la dernière fois de l’assistance humanitaire le 30 octobre.  Depuis la réouverture d’une route principale, l’ONU a pu régulièrement envoyer de l’aide dans la zone.

L’ONU appelle toutes les parties à prendre toutes les mesures pour protéger les civils et faciliter un accès durable, dans la sécurité et sans restriction, à toutes les personnes qui ont en besoin, dans tout le pays. 

Bangladesh

Quatre mille réfugiés rohingya ont fui le Myanmar et traversé la frontière avec le Bangladesh ces dernières 48 heures.  Les nouveaux réfugiés ont fait état de milliers de personnes attendant encore sur les côtes du Myanmar pour effectuer la traversée.

Les agences de l’ONU et leurs partenaires fournissent aux réfugiés de la nourriture et autres approvisionnements, de même que des moyens de transport vers les centres de transit.

L’UNICEF est préoccupé par le fait que 7,5% des enfants du plus grand camp de réfugiés au Bangladesh souffrent de malnutrition aiguë sévère, un taux deux fois plus élevé que celui observé au début de l’année chez les enfants rohingya réfugiés.  

Exploitation et atteintes sexuelles

Dans le cadre de l’initiative du Secrétaire général visant à améliorer la transparence concernant les allégations d’exploitation et d’atteintes sexuelles, nous essaierons désormais de faire une mise à jour sur la question tous les trimestres.

Pour la période du 1er juillet au 30 septembre, nous avons reçu 31 allégations.  Toutes non pas été vérifiées, et certaines sont en phase d’évaluation préliminaire.

Sur ces 31 allégations, 12 proviennent d’opérations de maintien de la paix et 19 d’agences, de fonds et de programmes.  Dix sont considérées comme des atteintes sexuelles, 19 comme de l’exploitation sexuelle et 2 sont de nature inconnue.

Douze d’entre elles ont eu lieu en 2017, 2 en 2016, 6 en 2015 ou auparavant et la date est inconnue pour 11 d’entre elles.  Trente-huit hommes présumés agresseurs ont été associés à ces incidents.  Sur ces 36 victimes, 72% sont des femmes et 19% sont des filles.

Quatorze enquêtes ont été lancées sur cette période.  Dans le même temps, les efforts pour mettre en place la stratégie du Secrétaire général se poursuivent.  Des défenseurs des droits des victimes ont été nommés au Siège et dans quatre missions sur le terrain.  Mme Jane Connors, l’une d’entre eux, vient de rentrer de la République centrafricaine où elle s’est rendue avec le Secrétaire général, et s’exprimera sur la question.

Le Protocole d’assistance aux victimes qui a été mis en place définit les rôles et responsabilités de ceux qui, sur le terrain, sont chargés d’assurer la coordination pour fournir une assistance immédiate aux victimes.

Grâce aux récentes contributions volontaires des États Membres, le Fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles s’élève à 1,5 million de dollars.

Le Secrétaire général a aussi chargé les responsables de toutes les entités du système de fournir des plans d’action et des analyses de risques pour que les directions s’engagent dans la lutte contre l’exploitation et les atteintes sexuelles et presque tous ont été reçus.

Un outil électronique, permettant de détecter les employés de l’ONU ayant été renvoyés pour cause d’allégations fondées d’exploitation ou d’atteintes sexuelles ou qui ont démissionné ou ont été renvoyés durant une enquête, est en train d’être mis en place.

De même, une formation obligatoire avant tout déploiement a été mise en œuvre pour tout le personnel de l’ONU.  Ce mois est testé, en République démocratique du Congo, un formulaire de rapport d’incident unique et uniforme qui doit permettre de fournir une assistance immédiatement, de veiller à ce que des enquêtes appropriées soient menées et pour améliorer la collecte des données.

Des efforts sont également faits pour impliquer les États Membres.  Ainsi, 58 chefs d’État ont déjà rejoint le Cercle dirigeant du Secrétaire général et 74 États Membres ont signé le Pacte volontaire, tandis que 18 autres ont formellement indiqué leur intention de le signer.

Réfugiés

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a publié aujourd’hui un rapport qui rappelle que la discrimination, l’exclusion et les persécutions sont la triste réalité pour beaucoup des nombreuses minorités apatrides dans le monde.  Le HCR appelle à une action immédiate pour assurer l’égalité des chances et des droits de la nationalité pour tous.  Le rapport indique que plus de 75% des populations apatrides du monde appartiennent à des groupes minoritaires et que, si aucune mesure n’est prise, leur marginalisation prolongée pourra créer de la rancœur, augmenter la peur et, dans les cas les plus extrêmes, provoquer de l’instabilité, de l’insécurité et des déplacements.

Australie

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme s’est dit préoccupé par ce qu’il considère comme une crise humanitaire en cours de développement dans les centres offshore australiens de l’íle de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée.  Les réfugiés et les demandeurs d’asile sont retenus sur place après la décision de l’Australie de fermer ces centres et de retirer son personnel de soutien.

Colombie

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a signé un accord avec la Colombie pour combattre la culture de la coca dans le pays et aider les paysans à adopter un mode de développement alternatif.  L’Office et la Colombie démarreront un projet de 315 millions de dollars pour assurer le suivi de la politique du pays de réduction des cultures illégales et de renforcement du développement rural, dans le cadre des efforts de consolidation de la paix du pays.

Journalistes

La Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a appelé à faire la lumière sur la mort du cameraman Arkan Sharifi dans la ville iraquienne de Daquq, dans la province de Kirkouk, le 30 octobre.  Elle a également déploré la mort d’un autre journaliste de télévision, Qays Al-Qadi, dans la Ghouta orientale, en Syrie, le 29 octobre.  Elle rappelle aux parties leur obligation d’assurer la sécurité des journalistes en situation de conflit, en accord avec les Conventions de Genève.

Climat

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) indique que, lors du Forum sur l’assurance durable organisé par le PNUE à Kuala Lumpur, en Malaisie, plusieurs régulateurs d’assurance, à travers le monde, se sont engagés à développer les meilleures pratiques pour veiller à ce que les assureurs prennent en compte les risques liés au climat dans leurs contrats.

Tsunami

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de sensibilisation aux tsunamis.

Pour la deuxième année consécutive, la Journée s’alignera sur le thème de la Journée internationale de la prévention des catastrophes.  Elle se concentrera sur la cible B du cadre de Sendai, qui vise à réduire le nombre de personnes touchées globalement par les catastrophes.

Kenya

À propos de Mme Akombe, celle-ci est revenue à l’ONU cette semaine.  Elle avait pris un congé sans solde après avoir été nommée par le Gouvernement kényan pour siéger à la Commission électorale du pays.  Après la fin de cette affectation, le mois dernier, Mme Akombe a demandé de restreindre la période de son congé pour pouvoir reprendre son travail à l’Organisation.

Il n’y a par ailleurs pas de clause, ni dans son contrat ni dans aucun autre contrat de l’ONU, qui lui interdise de s’adresser aux médias.  Selon les lignes directrices, le personnel des Nations Unies peut répondre aux médias sur des sujets touchant leur domaine d’expertise et leur fournir des informations factuelles.

Tableau d’honneur

La Mauritanie est le cent-trente-huitième pays à avoir payé la totalité de sa contribution au budget ordinaire au titre de 2017. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.