Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 octobre 2017

Dbf171027
27 octobre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 octobre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République centrafricaine

Ce matin, le Secrétaire général s’est exprimé à l’Assemblée nationale de la République centrafricaine (RCA).  Il a déclaré aux législateurs qu’il souhaitait rendre hommage à la résilience et au courage du peuple de la République centrafricaine qui surmonte les nombreux défis auxquels le pays est confronté.

Il a fermement défendu le rôle de la force de maintien de la paix de l’ONU, rappelant le sacrifice ultime fait par des soldats de la paix qui défendaient la population civile.  Il a déclaré que même si les soldats de la paix ne peuvent pas être partout et ne peuvent à eux-seuls ramener la paix en République centrafricaine, leurs actions peuvent contribuer à créer un espace pour construire la paix par le dialogue.  Il a également souligné l’impartialité des soldats de la paix qui, a-t-il précisé, ne favorisent aucun groupe ethnique ou religieux.

Le Secrétaire général a déclaré aux membres de l’Assemblée nationale que personne n’est mieux placée que les Centrafricains eux-mêmes pour reconstruire leur pays.  Il a en même temps appelé, une fois de plus, la communauté internationale à ne pas oublier la République centrafricaine et son peuple.  Il a souligné la générosité historique des Centrafricains qui, au fil des années, ont ouvert leurs frontières aux réfugiés des pays voisins.  Le Secrétaire général a promis que les Nations Unies continueraient d’accompagner et de soutenir le peuple de la République centrafricaine.

Il s’est ensuite rendu dans la zone du PK5, une section de Bangui traditionnellement musulmane et qui a été le siège de violences contre cette communauté.  Il a écouté les préoccupations des dirigeants communautaires, à propos notamment des problèmes de sécurité et de discrimination ainsi que du manque d’opportunités économiques pour les jeunes.  Il a également entendu des leaders chrétiens locaux qui ont parlé de réconciliation.

Le Secrétaire général a remercié tous les participants pour leurs messages d’ouverture.  Il a fait part de sa conviction profonde selon laquelle les soi-disant conflits religieux sont souvent le résultat de manipulations politiques et non de différences religieuses.  Il a noté que pendant des années, les chrétiens et les musulmans avaient coexisté pacifiquement en République centrafricaine.

Le Secrétaire général a ensuite organisé une table ronde avec des animateurs de jeunesse.  Il a entendu leur plaidoyer pour la paix et leur souhait d’une plus grande présence des Nations Unies.  Le Secrétaire général les a encouragés à s’impliquer davantage dans la vie de leur pays.  Il a également promis que la Mission des Nations Unies serait plus ouverte à la discussion avec les groupes de jeunes.

Le Secrétaire général a ensuite tenu une réunion avec un groupe de femmes dirigeantes.  Elles ont fait part de leur point de vue sur la situation dans le pays et ont exprimé leur frustration devant le manque de participation des femmes dans le processus de réconciliation politique.  Le Secrétaire général les a écoutées attentivement et a convenu qu’aucun processus de paix crédible ne pourrait aboutir sans une participation active et égale des groupes de femmes.  Il a également promis que l’ONU les aiderait à accroître leur participation aux efforts de médiation.

En route pour Paris, le Secrétaire général va faire une escale à Yaoundé où il devrait rencontrer le Président du Cameroun, M. Paul Biya.  Le Secrétaire général espère discuter avec lui de certaines questions régionales et nationales.

Sénégal

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, est à Dakar, au Sénégal, où elle participe à la réunion du Comité directeur de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.  En fin de journée, elle aura une réunion bilatérale avec le Président du pays, M. Macky Sall, sur des questions politiques et de développement du pays et de la sous-région.

Demain, la Vice-Secrétaire générale rencontrera l’équipe de pays des Nations Unies au Sénégal pour discuter de l’examen, mené actuellement, du système des Nations Unies pour le développement.  Elle suivra également un exposé sur l’initiative « Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend (SWEDD) » au Bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).

Elle sera de retour à New York ce week-end.

Conseil de sécurité

Aujourd’hui, le Conseil de sécurité tient une réunion sur les femmes, la paix et la sécurité.  La Cheffe de Cabinet s’est exprimée au nom du Secrétaire général et le Conseil a également entendu la Directrice exécutive d’ONU-Femmes, Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Syrie

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, a jugé scandaleuse la situation dans laquelle se trouvent plus de 350 000 civils assiégés dans la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas.  Il a lancé un appel aux parties du conflit syrien pour qu’elles autorisent l’approvisionnement cruellement nécessaire de vivres et de fournitures médicales dans la zone concernée.

Dans une déclaration publiée hier sur la transmission au Conseil de sécurité du septième rapport de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et du Mécanisme d'enquête conjoint OIAC-ONU relatif à la Syrie, que le Conseil devra discuter le 7 novembre, le Secrétaire général réitère sa pleine confiance dans le professionnalisme, l’impartialité et l’objectivité de ce Mécanisme et remercie le Groupe de direction et le personnel dudit mécanisme pour leur travail et leur dévouement.  (Voir communiqué de presse SG/SM/18767)

Ghana/Togo

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique qu’il travaille avec les autorités ghanéennes pour venir en aide aux 500 demandeurs d’asile togolais récemment arrivés, qui fuient l’instabilité politique qui touche récemment leur pays.  La plupart d’entre eux sont accueillis par des familles locales et d’autres se trouvent dans des centres communautaires.  Une mission conjointe UNHCR/Commission ghanéenne pour le statut de réfugiés est en route vers les zones éloignées pour y évaluer la situation.

En collaboration avec d’autres partenaires, le HCR continue de suivre la situation et prépare un plan de réponse au cas où le nombre d’arrivées augmenterait, y compris pour redistribuer des fournitures de secours.

Éthiopie

Le HCR salue le lancement de l’inscription à l’état civil des réfugiés, qui a commencé aujourd’hui en Éthiopie.  À partir d’aujourd’hui, tous les réfugiés qui se trouvent dans le pays pourront enregistrer les informations essentielles sur leur vie, y compris les naissances, décès, mariages et divorces, directement auprès des autorités nationales.  Il s’agit d’une première historique et d’un développement révolutionnaire pour la protection des réfugiés en Éthiopie.

Le pays accueille actuellement plus de 883 000 réfugiés qui sont essentiellement originaires du Soudan du Sud, de la Somalie et du Yémen.

Somalie

En Somalie, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) s’associent au Gouvernement pour garantir un accès plus large à l’eau potable pour plus de 45 000 personnes déplacées ainsi qu’aux communautés d’accueil dans l’État de Baidoa, dans le sud-ouest du pays, qui est touché par le sécheresse.

Iraq

Le personnel humanitaire des Nations Unies indique que les civils continuent de fuir leurs foyers à cause des violences qui ont lieu dans les provinces iraquiennes d’Erbil, de Ninive et de Dohuk.

Selon l’OIM, plus de 175 000 personnes sont actuellement déplacées. Des centaines de personnes qui venaient à peine de retourner dans leurs foyers ont été à nouveau déracinées par les combats.  

Le personnel humanitaire suit la situation de près, y compris avec la possibilité de nouveaux déplacements de personnes dans d’autres zones suite à des confrontations.  Il apporte son assistance dans les zones accessibles, notamment par des soins médicaux, et il assure la distribution de nourriture, d’eau, de couvertures et d’autres fournitures.

Bangladesh/Myanmar

Le HCR annonce avoir relocalisé vers un nouveau camp quelque 1700 réfugiés rohingya, qui étaient récemment arrivés au Bangladesh en provenance du Myanmar, dans le but de désencombrer le site existant de Kutupalong.

La plupart de ces réfugiés faisaient partie de ceux qui étaient bloqués à la frontière pendant plusieurs jours la semaine dernière.

En tout, 5 000 réfugiés rohingya seront transférés vers ce nouveau camp, appelé « Kutupalong Extension », qui fait partie d’un site plus large de 3 000 acres qui a été désigné par le Gouvernement du Bangladesh pour accueillir les nouveaux arrivants.

L’OIM a rencontré des chefs communautaires, tant hommes que femmes, dans le camp initial de Kutupalong pour voir comment il était possible de satisfaire au mieux les besoins des résidents.

Dominique

Le PNUD a indiqué qu’environ 60 Dominiquais, dont la majorité sont des femmes, ont commencé à évaluer les dégâts qu’ont subi les bâtiments sur l’île.

Cette évaluation globale fait partie de la stratégie de redressement du Gouvernement de la Dominique après que cette île des Caraïbes a été décimée par Maria, l’ouragan de catégorie 5.

Sous le leadership d’experts dans le domaine, des femmes et des hommes de différentes agences gouvernementales utilisent ainsi des compétences qu’ils ont acquises récemment grâce à une formation assurée par Ingénieurs sans frontières, une organisation de la société civile, et soutenue par le PNUD.  Ils ont appris à utiliser une application sur mesure et des tablettes fournies par Microsoft.

Environ 30 équipes d’experts devront évaluer, chaque jour, les dégâts subis par près de 800 bâtiments et cela, sur les six à huit semaines à venir.

Cette évaluation fournira des informations essentielles non seulement sur l’étendue des dommages, mais également sur les matériaux nécessaires, le volume des débris qu’il va falloir gérer ainsi que sur le nombre de personnes affectées, leur âge et leur sexe et d’autres informations clefs.

Rougeole

En 2016, près de 90 000 personnes sont mortes de la rougeole, soit 84% de moins qu’en 2000 où cette maladie avait causé la mort de 550 000 personnes.  C’est ce qu’indique un nouveau rapport publié hier par des grandes organisations de la santé, y compris l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’UNICEF.

C’est la première fois que ce chiffre est tombé en dessous de 100 000 personnes par an.

Toutefois, nous sommes loin d’atteindre les objectifs régionaux d’élimination de la rougeole.  Beaucoup trop d’enfants -20,8 millions- ne reçoivent toujours pas leur première dose du vaccin contre la rougeole.  Plus de la moitié de ces enfants vivent dans six pays qui sont le Nigéria, l’Inde, le Pakistan, l’Indonésie, l’Éthiopie, et la République démocratique du Congo.  

Héritage audiovisuel

Aujourd’hui, le monde célèbre la Journée mondiale de l’héritage audiovisuel.  Avec pour thème, cette année, « Découvrir, se souvenir et partager », cette journée cherche à mettre l’accent sur l’importance de la préservation des documents audiovisuels comme les films et les programmes télévisés et radiophoniques qui contiennent des documents d’archive sur l’histoire du XXe et du XXIe siècle.

Conférence de presse

Mme Brenda Varma, porte-parole du Président de l’Assemblée générale, donnait aujourd’hui une conférence de presse ainsi que Mme Agnés Callamard, Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires.  De même pour M. Vitit Muntarbhorn, expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.