Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 septembre 2017

dbf170918
18 septembre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 septembre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Assemblée Générale

Le débat général de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale débutera demain, mardi.  M. Brenden Varma, porte-parole du Président de l’Assemblée générale, devait intervenir devant les médias à l’issue du point de presse.

Pour sa part, le Secrétaire général devrait avoir une semaine très chargée, avec au moins 130 réunions bilatérales d’ici à lundi prochain.  Il fera près de 34 déclarations cette semaine. 

Naturellement, il lancera le débat général avec une déclaration qui soulignera ses priorités.  La séance pourra être suivie en direct.

Réforme des Nations Unies

Ce matin, le Secrétaire général a fait une déclaration au cours d’une réunion de haut niveau sur la réforme organisée par les États-Unis.

Il a dit que, pour servir le peuple que nous soutenons et le peuple qui nous soutient, nous devons être souples et efficaces, flexibles et efficients.

Le Secrétaire général a souligné les efforts de réforme en cours, citant notamment la stratégie pour mettre fin aux abus et exploitations sexuels ainsi que les initiatives pour parvenir à une plus grande parité aux Nations Unies, pour protéger les lanceurs d’alerte, et renforcer les structures de lutte contre le terrorisme.

Le Secrétaire général a aussi déclaré que réformer notre architecture de paix et de sécurité revient à assurer que nous sommes plus forts en prévention, plus agiles en médiation et plus efficaces et rentables dans les opérations de maintien de la paix, et à faire en sorte que le système de développement soit plus axé sur le terrain, mieux coordonné et responsable.

Pour soutenir tous ces efforts, nous poursuivons une réforme de gestion fondamentale pour simplifier les procédures et décentraliser les décisions, avec une plus grande transparence, efficience et responsabilité.

Le Secrétaire général a souligné que le vrai test de la réforme ne sera pas mesuré avec des mots à New York ou dans les capitales mondiales.  Il sera mesuré par des résultats concrets dans la vie des populations que nous servons et la confiance de ceux qui soutiennent notre travail grâce à leurs ressources difficilement gagnées.

La valorisation de l’argent tout en faisant progresser les valeurs partagées, tel est notre objectif commun, a ajouté le Secrétaire général.

Développement

Le Secrétaire général a également prononcé une déclaration lors d’une réunion de haut niveau sur le financement du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les objectifs de développement durable.  Il a dit que le monde dispose des ressources nécessaires pour réaliser le Programme 2030 et que la communauté internationale doit veiller à ce que ces ressources soient fournies là où elles sont les plus nécessaires.

Le Secrétaire général a souligné que si la mondialisation a apporté des bénéfices extraordinaires, elle reste fondamentalement inégale, et ces gains inégaux se reflètent dans les peurs, les angoisses et la colère profonde des gens.  Le financement du développement doit aider les pays en développement à attirer des financements innovants et à obtenir un meilleur accès aux marchés financiers et à l’investissement privé.

Le Secrétaire général a aussi annoncé la tenue du Sommet des finances qui aura lieu, à New York, en septembre 2018.

Changements climatiques

Le Secrétaire général est intervenu, en fin de matinée, lors d’une manifestation de haut niveau et d’un dialogue sur les changements climatiques ayant réuni un certain nombre de parties prenantes, en particulier des dirigeants aux niveaux gouvernemental, régional et sous-régional.

Il a déclaré que lorsque les pays ont adopté l’Accord de Paris, ils ont relevé un défi mondial, mais qu’il faut maintenant surmonter un défi encore plus important: concrétiser l’ambition et maintenir le cap.

Il a appelé tous les acteurs à intensifier l’action climatique avant qu’il ne soit trop tard et a souligné des exemples de solutions qui font déjà une différence dans le monde.  Il a ajouté que l’ONU était prête à aider les pays à lutter contre les changements climatiques et a réitéré son engagement à accueillir un sommet sur le climat, en septembre 2019, à cette fin.

Ouragan Irma

Le Secrétaire général devait ensuite participer, en début d’après-midi, à une réunion sur l’appui aux millions de personnes à travers les Caraïbes touchées par l’ouragan Irma. 

Il devait se féliciter du Plan d’intervention régional qui a été développé avec le soutien des agences nationales et régionales de gestion des catastrophes.

En la matière, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a alloué, hier, 10 millions de dollars au Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) pour aider les dizaines de milliers de personnes touchées par cette catastrophe.

En outre, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé une opération d’urgence de 5,7 millions de dollars à Cuba pour fournir une aide alimentaire de quatre mois à 660 000 personnes.  L’annonce a été faite lors d’une visite de deux jours du Directeur exécutif du PAM, M. David Beasley, aux communautés touchées de l’île.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé un appel de 4,95 millions de dollars pour aider à reconstruire les communautés touchées par Irma ainsi que l’ouragan Jose dans la région des Caraïbes, à Cuba et aux États-Unis.

Myanmar/Bangladesh

Les agences humanitaires indiquent qu’en dépit des efforts continus de plaidoyer en faveur d’un accès sans entrave à l’aide humanitaire, l’ONU et ses partenaires ne sont toujours pas autorisés par le Gouvernement à se rendre dans certaines zones de l’État de Rakhine où se poursuivent des opérations de sécurité.

Par conséquent, les Nations Unies ne sont pas en mesure de vérifier de façon indépendante les rapports faisant état de violations des droits de l’homme des personnes fuyant la région, ainsi que le nombre de personnes qui ont été déplacées ou qui sont en fuite.  On estime que 415 000 personnes ont franchi la frontière avec le Bangladesh depuis le 25 août.  Plus de 170 000 personnes seraient privées de services de santé de base.  Près de 300 000 personnes, dont 154 000 enfants de moins de 5 ans et près de 55 000 femmes enceintes, ont besoin d’une aide alimentaire supplémentaire.

Un financement d’urgence est nécessaire pour soutenir et accroître les services existants, ainsi que pour mettre sur pied de nouveaux services dans différents sites.

Faim

En ce début d’année scolaire, le Programme alimentaire mondial (PAM) avertit que plus de 1,5 million d’enfants vulnérables en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale risquent de devoir se rendre à l’école l’estomac vide ou d’abandonner leurs études en raison du manque de financement de ses programmes de repas scolaires.

Le déficit de financement du programme régional du PAM s’élève à 176 millions de dollars.  Les conséquences de ce déficit sont dramatiques, car les déjeuners et collations fournis par le PAM constituent le seul repas que reçoivent certains élèves.  C’est notamment le cas en République centrafricaine, où le programme de repas scolaires, qui vise à atteindre 200 000 jeunes, n’est financé qu’à moitié.  La situation est encore plus critique au Burkina Faso où le programme, qui atteint près de 83 000 élèves, n’a reçu aucun financement.

Le Libéria, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal font partie des autres pays à risque.

Des études montrent que les repas contribuent à améliorer les taux de fréquentation et de performance scolaires.  Ils représentent également un incitatif important pour que les parents envoient leurs enfants à l’école, notamment les filles.

Syrie

L’ONU appelle toutes les parties au conflit en Syrie à protéger les civils des conséquences de la violence dans la partie orientale de Deïr el-Zor, suite à une augmentation, ces derniers jours, des rapports faisant état de morts et de blessés civils causés par les frappes aériennes.

Nous demandons à toutes les parties de faire tout ce qui est en leur pouvoir afin d’assurer la sécurité et le bien-être des civils dans la conduite des opérations militaires, et de respecter scrupuleusement les principes du droit international humanitaire de distinction, de proportionnalité et de précaution. 

Dans la seule journée du 14 septembre, des dizaines de civils auraient été tués dans plusieurs frappes aériennes à divers endroits dans la partie orientale de la province de Deïr el-Zor.

Iraq

L’ONU a émis, hier, une déclaration concernant le vote récent du Parlement du Kurdistan, en Iraq. 

Le Secrétaire général estime que toute décision unilatérale d’organiser un référendum, en ce moment, dérogerait à la nécessité de vaincre l’EIIL ainsi qu’à l’indispensable reconstruction des territoires libérés et à la facilitation d’un retour sûr, volontaire et digne des plus de trois millions de réfugiés et personnes déplacées.

Le Secrétaire général respecte la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’unité de l’Iraq et considère que toutes les questions en suspens entre le Gouvernement fédéral et le Gouvernement de la Région du Kurdistan devraient être résolues dans le cadre d’un dialogue structuré et d’un compromis constructif.

Le Secrétaire général appelle tous les dirigeants de l’Iraq à aborder cette question avec patience et retenue.  Les Nations Unies se tiennent prêtes à appuyer de tels efforts.

Moyen-Orient

Le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Nickolay Mladenov, s’est félicité de la récente déclaration du Hamas annonçant la dissolution du Comité administratif à Gaza et l’accord qu’il a donné pour permettre au Gouvernement de consensus national d’assumer ses responsabilités à Gaza.

Dans un communiqué publié hier, M. Mladenov a félicité les autorités égyptiennes pour leurs efforts inlassables en vue de créer cet élan positif.  Toutes les parties doivent saisir cette occasion pour restaurer l’unité et ouvrir une nouvelle page pour le peuple palestinien, a-t-il déclaré.

L’ONU est prête à appuyer tous les efforts en ce sens.  Il est essentiel que la grave situation humanitaire qui prévaut à Gaza, notamment la crise paralysante de l’électricité, soit considérée comme une priorité.

Prix Équateur

Hier soir, à New York, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a honoré les 15 gagnants du Prix Équateur, qui récompense le travail des communautés qui contribuent à protéger l’environnement et à lutter contre les changements climatiques.

Les gagnants de cette année proviennent de 12 pays et ont traité de questions telles que la protection de la biodiversité et l’adaptation aux changements climatiques, entre autres.

La liste complète des gagnants se trouve sur le site Internet du PNUD.

AIEA

La soixante et unième Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a approuvé, aujourd’hui, par acclamation la nomination du Directeur général, M. Yuriy Amano, pour un nouveau mandat de quatre ans, qui débutera le 1er décembre 2017.

Nomination

Le Secrétaire général a désigné Mme Bintou Keita, de la Guinée, comme Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la paix.  Elle succèdera à M. El Ghassim Wane, de la Mauritanie, auquel le Secrétaire général réitère sa profonde gratitude et son appréciation pour son service dévoué à l’Organisation.

Mme Keita a rejoint l’ONU en 1989.  Depuis 2015, elle occupait le poste de Représentante spéciale conjointe adjointe auprès de l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD).  (Voir communiqué de presse SG/A/1761)

Tableau d’honneur

La Côte d’Ivoire et El Salvador ont désormais payé leur contribution budgétaire, ce qui porte le nombre des États Membres figurant au tableau d’honneur à 129.

Points de presse

À 14 h 30, au stakeout de l’Assemblée générale au troisième étage, Mme Cecilia Malmström, Commissaire européenne au commerce, fera un point de presse sur le lancement de l’Alliance pour un commerce sans torture.

À 18 heures, dans la salle du point de presse, M. Norio Maruyama, porte-parole du Premier Ministre japonais Shinzo Abe, devait présenter un exposé.

À 20 heures, au stakeout de l’Assemblée générale, le Ministre des affaires étrangères de la Norvège, M. Børge Brende, interviendra devant la presse.

Aucun point de presse n’est prévu demain.

Enfin, un événement spécial de haut niveau sur la prévention de l’exploitation et des atteintes sexuelles a été organisé, cet après-midi, par le Secrétaire général.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.