Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 août 2017

dbf170818
18 août 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 18 août 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Journée mondiale de l’aide humanitaire

À l’occasion de la célébration, ce vendredi, de la Journée mondiale de l’aide humanitaire, le Secrétaire général a prononcé une allocution lors d’une manifestation qui s’est déroulée au Siège de l’ONU, dans laquelle il a souligné que tous les civils ont droit à la sécurité et à la protection, et qu’il nous faut tout mettre en œuvre pour respecter ces droits. 

Nous ne pouvons pas, a-t-il ajouté, décevoir les millions de personnes piégées par les conflits, qui se battent pour trouver des vivres, de l’eau et un abri sûr; qui ont été contraintes de fuir leurs foyers avec peu d’espoir de retour; dont les écoles ont été bombardées; et qui attendent de recevoir des soins médicaux vitaux.  Ces populations ne sont pas une cible, a-t-il ajouté. 

Yémen

Ce matin, lors d’une séance publique du Conseil de sécurité sur la situation au Yémen, le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, M. Stephen O’Brien s’est déclaré affligé de constater qu’au cours des deux dernières années, et malgré les efforts déployés par son équipe et par lui-même, il n’ait pas été en mesure de faire état d’une amélioration significative face à la catastrophe déplorable, évitable et entièrement due à l’homme qui ravage le Yémen.  

Bien au contraire, a indiqué M. O’Brien, la souffrance du peuple yéménite s’est intensifiée inexorablement.  Aujourd’hui, des millions de personnes au Yémen sont confrontées à une triple tragédie: le spectre de la famine; la pire épidémie de choléra au monde à faire irruption en une seule année; et la privation quotidienne et l’injustice d’un conflit brutal que la communauté internationale laisse se poursuivre.  Le Coordonnateur a appelé à la réouverture au trafic civil de tous les ports d’entrée –terrestres, maritimes et aériens– afin de permettre l’arrivée de l’aide humanitaire dans le pays.  Il a également demandé aux parties au conflit de respecter le droit international humanitaire et des droits de l’homme.

M. O’Brien a enfin souligné la nécessité de payer les fonctionnaires yéménites pour empêcher l’effondrement des institutions et de renforcer la reddition de comptes.

Intervenant de son côté par visioconférence, l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen, M. Ismail Ould Cheikh Ahmed, a déclaré au Conseil de sécurité que le Yémen continue, aujourd’hui, de traverser une période critique et agonisante alors que les civils paient le tribut terrible d’une lutte pour le pouvoir sans fin.  Ceux qui survivent aux combats sont confrontés à la mort en raison de la famine ou de la maladie, alors que la situation économique et les conditions humanitaires ne cessent de se détériorer.

L’Envoyé spécial a noté que les affrontements militaires se poursuivent et que les attaques perpétrées contre les cargos mettent en péril la livraison d’articles humanitaires et commerciaux de première nécessité.

Lors de ses récentes entrevues avec de hauts responsables yéménites et des dirigeants régionaux, M. Ould Cheikh Ahmed a déclaré qu’il existait toujours un consensus sur la nécessité de parvenir à une solution politique et d’appuyer le processus de paix parrainé par l’ONU sous les auspices du Secrétaire général.

RCA

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a fait état d’affrontements entre les anti-balaka et le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique-faction arabe, mercredi, à Bria. 

Les Casques bleus ont assuré la protection de plus de 2 000 civils qui se sont regroupés dans les locaux de la MINUSCA et dans un camp voisin de personnes déplacées.  La MINUSCA poursuit ses patrouilles dans la ville, où la situation demeure toujours tendue. 

Les Casques bleus sont également intervenus, hier,à Zémio, où ils ont prévenu de nouveaux combats entre les Peuls et des groupes soupçonnés d’être affiliés aux anti-balaka.  La Mission continue d’effectuer des patrouilles robustes dans toute la ville.

Espagne

Dans une déclaration publiée hier, le Secrétaire général de l’ONU a condamné l’attentat terroriste perpétré à Barcelone, en Espagne.  Il a exprimé ses plus sincères condoléances aux familles et aux amis des victimes, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple espagnols.  Les Nations Unies sont solidaires du Gouvernement espagnol dans leur lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. 

Syrie

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a indiqué à un groupe de journalistes, hier, à Genève, que son Bureau travaille à la planification du prochain cycle de pourparlers qui se déroulera en septembre, à Genève, juste avant le début de la prochaine session de l’Assemblée générale.  Il a ajouté que cette période doit être considérée comme des préparatifs en vue des mois d’octobre et de novembre qui pourraient s’avérer très significatifs.

M. de Mistura a fait état d’une réduction de la violence en Syrie, avant même la conclusion des accords sur la désescalade des combats.  Il a noté les progrès réalisés cette semaine en termes d’accès à l’aide humanitaire, alors qu’un convoi de 50 camions mené par le Coordonnateur humanitaire de l’ONU en Syrie, M. Ali Al-Za’tari, a pu atteindre Douma et apporter de l’aide à 35 000 personnes.

Sierra Leone

L’Équipe des Nations Unies chargée de l’évaluation et de la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) a commencé à se déployer en Sierra Leone, suite aux coulées de boue meurtrières survenues la semaine dernière, afin de soutenir les efforts entrepris sous la direction du Gouvernement.

Pour sa part, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) fournit une aide d’urgence dans le domaine de l’assainissement et de l’eau potable, et distribue du matériel de prévention des infections tel que des masques, des gants et des sacs mortuaires, ainsi que des médicaments et des tentes.  L’UNICEF collabore également avec le Ministère de l’éducation et des sciences afin de s’assurer que les écoles, notamment celles qui sont utilisées pour héberger les personnes affectées, seront prêtes à temps pour le début de l’année scolaire.

De son côté, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) travaille de concert avec le personnel sanitaire afin de mettre en place des mesures de prévention et de contrôle des infections, de soutenir la décontamination des morgues des hôpitaux locaux et d’assurer l’élimination en toute sûreté des équipements de protection individuelle.

Pakistan

Le Programme alimentaire mondial (PAM), en partenariat avec la Direction des services de santé des zones tribales administrées par le Gouvernement fédéral du Pakistan, a officiellement lancé un programme de prévention du rachitisme dans la région de l’Agence de Kurram.

Le rachitisme se produit lorsque la croissance et le développement d’un enfant sont perturbés en raison d’une alimentation insuffisante.  Dans l’Agence de Kurram, le taux de retard de croissance est de 57,6%, un chiffre alarmant, largement supérieur à la moyenne mondiale.

Le PAM travaillera au Kurram avec le Bureau de recherche en innovation et commercialisation afin de fournir, par le biais d’un réseau étendu de travailleuses de la santé issues de la communauté et de dispensaires, de la nourriture nutritive spécialisée produite localement aux enfants âgés de 6 à 24 mois ainsi qu’aux femmes enceintes et aux mères allaitantes.  De plus, des enfants âgés de 24 à 59 mois recevront des suppléments en micronutriments.  Plus de 75 000 femmes et enfants bénéficieront de ce programme.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.