La Quatrième Commission chargée des questions politiques spéciales adopte les recommandations annuelles du Comité spécial de maintien de la paix

CPSD/629
11 Juillet 2017
Soixante et onzième session, 25e séance – après-midi

La Quatrième Commission chargée des questions politiques spéciales adopte les recommandations annuelles du Comité spécial de maintien de la paix

La Quatrième Commission chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation a fait siennes, cet après-midi, les 400 propositions, recommandations et conclusions du Comité spécial des opérations de maintien de la paix qui étudie tous les aspects liés aux 14 missions déployées à ce jour et servies par 95 000 Casques bleus et policiers et 15 000 civils issus de 128 pays, pour un budget de 6,8 milliards de dollars.

Comme l’a rappelé son Rapporteur, M. Mohammed Halima, de l’Égypte, le Comité spécial a tenu sa session de fond du 21 février au 17 mars et entendu la Chef de cabinet du Secrétaire général, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix et son homologue de l’appui aux missions.  Il a ensuite tenu son débat général, avant que son Groupe de travail plénier ne finalise les propositions, recommandations et conclusions.

En adoptant ces dernières aujourd’hui, la Quatrième Commission invite l’Assemblée générale à prier instamment les États Membres, le Secrétariat et les organes compétents de l’ONU de prendre toutes les mesures nécessaires à leur application.  Ces 400 propositions, recommandations et conclusions portent sur les principes directeurs, la définition et l’exécution des mandats; la restructuration des opérations de maintien de la paix; la sûreté et la sécurité; la déontologie et la discipline et le renforcement des capacités opérationnelles. 

Elles portent aussi sur les stratégies applicables aux opérations complexes de maintien de la paix; la coopération avec les pays fournisseurs de contingents ou de personnel de police; la coopération tripartite entre ces derniers, le Conseil de sécurité et le Secrétariat; la coopération avec les mécanismes régionaux; le renforcement des capacités africaines de maintien de la paix; la mise en place d’un dispositif plus solide d’appui aux missions; les pratiques optimales et la formation; le personnel; et les questions financières.

La Quatrième Commission a aussi approuvé la décision du Comité spécial de créer un groupe de travail informel pour examiner la manière d’actualiser son rapport annuel et ses méthodes de travail.  Le Bureau du Comité spécial tiendra par la suite un dialogue avec les États membres pour dégager un consensus autour des conclusions du groupe de travail.  Quant aux incidences budgétaires de cette décision, la représentante du Secrétariat a avoué qu’il est impossible de les quantifier sans des précisions sur les modalités, le format et l’organisation du groupe de travail.

Le Comité spécial, qui compte désormais 153 États membres depuis l’entrée du Brunéi Darussalam et de la Lettonie, était présidé par M. Anthony Bosah, du Nigéria, épaulé aux vice-présidences par Mme Margareta Kassangana-Jakubowska, de la Pologne, et MM. Mateo Estreme, de l’Argentine, Michael Grant, du Canada, et Takeshi Akahori, du Japon.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.