Le Comité des ONG clôture une session marquée par quatre votes et l’octroi du statut consultatif général à l’ONG française « Perfect Union »

ECOSOC/6697-ONG/814
3 juin 2015
Comité des organisations non gouvernementales - session de 2015, 28e séance – matin

Le Comité des ONG clôture une session marquée par quatre votes et l’octroi du statut consultatif général à l’ONG française « Perfect Union »

Le Comité chargé des ONG a clôturé ce matin une session entamée le 26 mai dernier et marquée par quatre votes pour accorder le statut consultatif spécial à l’ONG britannique The Palestinian Return Centre, rejeter le dossier de l’américaine Freedom Now et retirer leur statut à la zambienne African Technical Association et la guinéenne African Technology Development Link.. L’ONG française « Perfect Union » a été la seule organisation à accéder au statut consultatif général.

Ce matin, le Comité des ONG a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) de fermer les dossiers de 28 ONG qui n’ont pas daigné répondre aux trois rappels du Comité.  La liste complète de ces ONG paraîtra dans le rapport final que le Comité devrait adopter le 12 juin.

Globalement, pendant cette session qui était une reprise des travaux tenus du 26 janvier au 4 février 2015, le Comité des ONG a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) d’accorder le statut consultatif spécial à 127 organisations désormais reconnues comme travaillant dans certains domaines d’activité de l’ECOSOC et, en conséquence, habilitées à soumettre à l’ECOSOC des communications écrites et des pétitions.  C’est d’ailleurs par un vote demandé par le Soudan que l’ONG britannique The Palestinian Return Centre, qui considère le droit au retour des réfugiés palestiniens comme une question humanitaire et politique, a obtenu son statut consultatif spécial, malgré les allégations d’Israël sur ses liens avec « les groupes terroristes dont le Hamas ».

C’est aussi par un vote demandé par les États-Unis que l’ONG américaine Freedom Now a vu ses espoirs anéantis: le statut consultatif spécial lui a été refusé.  L’ONG travaille à la libération des prisonniers de conscience et compte parmi ses membres honoraires Monseigneur Desmond Tutu, prix Nobel de la paix 1984.

La française « Perfect Union » a été la seule, au cours de cette session, à obtenir un statut consultatif général, octroyé aux organisations qui poursuivent des activités couvrant la plupart des domaines d’activité du Conseil économique et social.  En plus des communications et des pétitions, elles peuvent proposer à l’ECOSOC et à ses organes subsidiaires l’inscription de points à l’ordre du jour.  L’ONG prône la collaboration « pour contribuer ensemble à un développement durable et équilibré pour tous, afin de faire fondre la glace qui s’est posé sur le cœur des hommes et tout simplement redonner au monde un visage humain et un cœur rempli d’humanité ».

Cette session a aussi été marquée par deux autres votes demandés par le Pakistan pour retirer l’ONG zambienne African Technical Association et la guinéenne African Technology Development Link. de la « Liste » à savoir les ONG considérées par l’ECOSOC ou le Secrétaire général comme capables de contribuer de façon fructueuse et occasionnelle au travail du Conseil, et habilitées à lui soumettre des pétitions.

Pour motiver sa demande, le Pakistan avait invoqué* la résolution 1996/31 de l’ECOSOC qui stipule qu’un statut consultatif peut être suspendu pendant trois ans ou retiré lorsqu’une ONG abuse clairement dudit statut en se livrant à des actes contraires aux buts et principes de la Charte des Nations Unies, y compris des allégations non vérifiées ou politiquement motivées contre un État Membre de l’ONU.  La délégation reprochait précisément aux deux organisations d’avoir, tour à tour, affirmé que l’armée pakistanaise met en danger la sécurité des populations du Balochistan et que le Pakistan n’est qu’« un régime colonial » ou « une force d’occupation » pour celles du Gilgit-Baltistan.

Les deux votes ont été accueillis par la Grèce, les États-Unis, Israël et l’Inde comme « une décision précipitée », « un acte drastique », « un jour triste pour le Comité » ou encore « un effet glaçant sur la société civile »; la représentante américaine soulignant: « nous n’avons entendu qu’un seul son de cloche aujourd’hui, en l’occurrence la version pakistanaise ».

Le Comité est composé des 19 membres suivants: Afrique du Sud, Azerbaïdjan, Burundi, Chine, Cuba, États-Unis, Fédération de Russie, Grèce, Guinée, Inde, Israël, Iran, Mauritanie, Nicaragua, Pakistan, Soudan, Turquie, Uruguay et Venezuela.

Au cours de cette session, le Comité a reporté sa décision sur la demande de quelque 250 ONG dans l’attente des réponses aux questions supplémentaires.  L’américano-philippine Vietnamese overseas initiative for conscience empowerment (VOICE) et l’américaine Khmers Kamuchea-Krom Federation font partie du lot.  Ces deux ONG se sont heurtées à l’opposition au Viet Nam qui a accusé la première d’être partenaire du « Parti de la réforme », un groupe armé clandestin fondé en 1980 pour renverser le Gouvernement vietnamien, et la seconde, d’avoir pour seul objectif, la création d’un État khmer indépendant et donc la scission du Viet Nam.

Le Comité a aussi pris note des rapports quadriennaux de 167 ONG dotées du statut consultatif spécial, en reportant sa décision sur neuf autres rapports dont ceux de la britannique Amnesty International, de l’américaine Human Rights Watch et de la française Reporters sans Frontières.  Enfin, le Comité a approuvé le changement de noms de plusieurs ONG.

Les prochains travaux du Comité des ONG se tiendront du 25 janvier au 3 février 2016, puis le 16 février et ensuite, du 23 mai au 3 juin 2016, et enfin le 10 juin.  Entre-temps, le Comité devrait tenir une brève réunion le 12 juin pour adopter le rapport final de cette session.

* Lettre datée du 19 mai 2015 adressée au Comité des ONG par la Mission permanente du Pakistan auprès des Nations Unies

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.