La Commission de consolidation de la paix précise son appui en 2015 au Burundi, à la Centrafrique, à la Guinée, à la Sierra Leone, à la Guinée-Bissau et au Libéria

CCP/105
11 mars 2015
Comité d’organisation, 1re séance- matin

La Commission de consolidation de la paix précise son appui en 2015 au Burundi, à la Centrafrique, à la Guinée, à la Sierra Leone, à la Guinée-Bissau et au Libéria

Elle élit Olof Skoog de la Suède à la présidence de la neuvième session annuelle de la CCP

La Commission de consolidation de la paix (CCP) des Nations Unies a entamé, ce matin, sa neuvième session annuelle en précisant son appui au Burundi, à la République centrafricaine, à la Guinée, à la Sierra Leone, à la Guinée-Bissau, et au Libéria.  Dans le cadre des travaux de formation que la CCP mène dans les six pays susmentionnés et du rôle consultatif plus large qu’elle joue dans l’élaboration de politiques, la Commission de consolidation de la paix continuera d’exercer ses fonctions essentielles de sensibilisation, d’accompagnement et de suivi actif, de mobilisation des ressources et de création de partenariats et de renforcement de la cohérence. 

Notant que 3 des 6 pays dont s’occupe la CCP ont été gravement touchés par l’épidémie d’Ebola, qui s’est déclarée début décembre 2013 en Guinée pour se propager au Libéria en mars 2014 et en Sierra Leone en mai 2014, les intervenants ont appelé à des mesures conséquentes pour que la pandémie ne puisse compromettre les acquis de consolidation de la paix.  Il a été précisé que le Burundi et la Guinée connaitront cette année des processus électoraux déterminants pour la consolidation de la paix. 

Après avoir adopté l’ordre du jour de ses travaux 2015 et le projet de rapport de la Commission de consolidation de la paix sur les travaux de sa huitième session*, la CCP a porté à sa présidence pour 2015, M. Olof Skoog, Représentant permanent de la Suède.  Elle a aussi renouvelé son bureau en confirmant à leurs postes la Suisse, en tant que président de la formation pays « Burundi », le Maroc, en tant que président de la formation « République Centrafricaine », le Luxembourg, en tant que président de la formation « Guinée », le Canada, en tant que président de la formation « Sierra Léone », et le Japon, en tant que président du Groupe de travail sur les leçons apprises.  Le représentant du Brésil, en sa qualité de Vice-Président, sera chargé de la formation « Guinée-Bissau » et le Représentant permanent de la Suède, en sa qualité de nouveau Président de la CCP, sera responsable de la formation « Libéria ». 

Dans sa déclaration liminaire, M. Olof Skoog a mis l’accent sur cinq priorités du programme de travail 2015, à savoir l’amélioration de la planification stratégique pour une consolidation de la paix durable; un soutien aux efforts de renforcement des institutions nationales; une garantie de financement prévisible et durable; l’amélioration de la coordination des activités postconflits; la constitution d’un forum où les contributeurs de troupes, les partenaires bilatéraux, les donateurs et les pays concernés puissent se mettre en rapport pour renforcer la « cohérence du soutien et prolonger la période où l’attention politique ne se relâche pas ».  Il a indiqué que la CCP organiserait une réunion avec l’ancien Président sud-africain Mbeki sur la présentation des efforts fournis par l’Union africaine, avec l’appui de la Commission économique pour l’Afrique, pour régler les problèmes posés par les flux financiers illicites en provenance d’Afrique.

En sa qualité de Président sortant, M. Antonio de Aguiar Patriota, Représentant permanent du Brésil, a appelé la CCP à renforcer la cohérence de ses activités de consolidation de la paix, en se concentrant sur les carences de l’appui international offert aux pays qui sortent d’un conflit et en appelant l’attention sur les points de blocage de leur développement politique, institutionnel et économique.  Il a aussi appelé à renforcer le rôle de conseil de la Commission auprès du Conseil de sécurité.  À cet égard, il a indiqué que la Malaisie a accepté de prendre la succession du Rwanda pour coordonner les exercices de bilans trimestriels de la fonction consultative de la CCP auprès du Conseil de sécurité. 

Pour sa part, M. Oscar Fernandez-Taranco, Sous-Secrétaire général à la consolidation de la paix, s’est félicité de la pertinence du thème retenu pour les travaux 2015, à savoir « le financement prévisible pour la CCP pour ne plus agir en silos fragmentés ».  Il a salué les efforts dans la lutte contre les flux financiers illicites, contre Ebola et le renforcement de la consultation de la CCP auprès du Conseil de sécurité, avant de souligner la nécessité d’une meilleure coordination entre les États membres et tous les partenaires concernés pour venir en aide à ces derniers de façon cohérente. 

Les pays présidant des formations ont précisé leurs interventions pour 2015.  Le Représentant permanent du Maroc, M. Omar Hilale, dont le pays préside la formation « République centrafricaine » a indiqué qu’il se rendrait sur le terrain la semaine prochaine pour rendre compte à la CCP de l’évolution de la situation.  Le représentant de la Suisse, M. Paul Seger, qui préside la formation « Burundi » a souligné que la période électorale qui s’annonce au Burundi de mai à septembre 2015 sera décisive pour la consolidation de la paix.  Il a indiqué qu’il convoquerait une réunion de la formation « Burundi » le 18 mars et qu’il se rendrait au Burundi du 31 mars au 4 avril pour poursuivre son engagement avec les contacts habituels.  Il a précisé qu’il quitterait ses fonctions en juillet et que son successeur à la tête de la mission suisse prendra le relais. 

La Représentante permanente du Luxembourg, Mme Sylvie Lucas, qui préside la formation « Guinée », a appelé la communauté internationale à maintenir sa lutte contre Ebola dans les trois pays touchés.  Elle a appelé à appuyer les élections locales et présidentielle prévues en 2015, après celles des législatives de 2013, dans le respect de l’accord du 3 juillet 2013.  Elle a mis l’accent sur le renforcement de la réforme du secteur de la sécurité, du secteur de la justice et des procédures pénales ainsi que de l’emploi des femmes et des jeunes.  Elle a indiqué qu’un programme de travail plus précis serait publié dans les semaines à venir après consultation avec les partenaires concernés, dont les acteurs de la société guinéenne.   

Le Représentant permanent du Canada, M. Guillermo Rishchynski, en charge de la formation « Sierra Léone » a appelé à continuer à se concentrer sur Ebola afin de s’assurer que les efforts de consolidation de la paix ne sont pas mis à mal par la pandémie.  Il a précisé que, dans le cadre de la formation, une présentation serait faite en avril sur l’état de la reconstruction après Ebola.  Il a mis l’accent sur la réforme du secteur de la sécurité, ainsi que sur la gestion des ressources naturelles, la correction des lacunes en matière de gouvernance et la restauration de la confiance du public envers le gouvernement. 

Le Représentant permanent du Japon, M. Motohide Yoshikawa, Président du Groupe de travail sur les leçons apprises, a indiqué que son groupe examinerait cette année encore les meilleurs moyens de favoriser le rétablissement de la légitimité de l’autorité de l’État et de l’ensemble de ses institutions et administrations en période postconflictuelle.  

Le Représentant permanent du Brésil, en sa qualité de Vice-Président de la CCP, a indiqué que la Guinée-Bissau présenterait prochainement sa nouvelle stratégie nationale pour les 10 prochaines années, notamment en matière de bonne gouvernance, de réforme institutionnelle, d’intégration, de tolérance et d’utilisation durable et équitable de ses ressources naturelles.  Il a précisé qu’il se rendrait en Guinée-Bissau durant la deuxième moitié du mois d’avril. 

Le Président de la CCP, M. Skoog, chargé de la formation « Libéria », a indiqué qu’il avait rencontré lundi dernier Mme Sirleaf Johnson, Présidente du Libéria, où l’économie recommence à fonctionner et les écoles à rouvrir.  Il s’est dit impressionné par la manière dont ce pays a pris en charge les efforts de reconstruction post-Ebola. 

Notant qu’Ebola continue de faire des victimes humaines mais aussi des dégâts économiques et sociaux, le représentant de la Guinée a jugé impérieux de redoubler d’efforts pour parvenir à l’objectif « zéro Ebola ».  Il a appelé à promouvoir l’emploi des femmes et des jeunes pour renforcer la cohésion sociale qui sera d’une importance cruciale en cette année électorale.  « Même si nous ne comptons plus de patients souffrant d’Ebola, il ne nous faut pas baisser la garde tant que des cas sont signalés dans des pays voisins », a dit le représentant du Libéria.  De son côté, le représentant de l’Afrique du Sud a rendu hommage à tous les Africains qui ont participé aux efforts de lutte contre Ebola.  Ont également appuyé les travaux de la CCP, les représentants de l’Italie, de la Malaisie, de la Colombie, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de l’Inde, du Chili, de la République de Corée, de Trinité-et-Tobago, de l’Égypte, du Nigéria et de la Fédération de Russie. 

En application des résolutions 60/180 de l’Assemblée générale et 1645 (2005) du Conseil de sécurité, la Commission de consolidation de la paix est priée de présenter tous les ans, à l’Assemblée, un rapport que celle-ci examinerait à l’occasion d’un débat annuel.  Aux termes de la résolution 1646 (2005) du Conseil de sécurité, ce rapport doit aussi être présenté au Conseil, qui y consacrera un débat annuel. 

*PBC/8/OC/L.1

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.