Le Secrétaire général se félicite de l’annonce d’un cessez-le-feu non limité à Gaza

26 août 2014
SG/SM/16101

Le Secrétaire général se félicite de l’annonce d’un cessez-le-feu non limité à Gaza

26/8/2014
Secrétaire général
SG/SM/16101
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SE FÉLICITE DE L’ANNONCE D’UN CESSEZ-LE-FEU NON LIMITÉ À GAZA

La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le Porte-parole de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU:

Le Secrétaire général se félicite de l’annonce faite aujourd’hui d’un cessez-le-feu permanent à Gaza, négocié sous les auspices égyptiens.  Un avenir meilleur pour Gaza et Israël dépend d’un cessez-le-feu durable.  Il revient aux parties d’être à la hauteur de leurs responsabilités.  Après cette dernière série de tueries et nouvelles destruction de maisons palestiniennes, les civils des deux côtés ont besoin d’un répit pour reprendre leur vie quotidienne et pour permettre aux efforts humanitaires et de relèvement rapide de pouvoir répondre aux besoins les plus essentiels de la population de Gaza.  Les enfants de Gaza et d’Israël devraient pouvoir commencer l’année scolaire sans entendre le son des alarmes de roquettes et des frappes aériennes.  Après 50 jours de profonde souffrance humaine et de destruction matérielle dévastatrice, toute violation du cessez-le-feu serait tout à fait irresponsable.

Tout effort de paix qui ne s’attaque pas aux causes profondes de la crise ne fera que préparer le terrain au prochain cycle de la violence.  Gaza doit de nouveau être gérée par un gouvernement palestinien légitime et qui respecte les engagements de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP); le blocus de Gaza doit cesser; les préoccupations de sécurité légitimes d’Israël doivent être traitées.  L’ONU est prête à soutenir les efforts visant à s’attaquer aux causes structurelles du conflit entre Israël et la bande de Gaza.

Le Secrétaire général continue d’espérer que la trêve prolongée sera un prélude à un processus politique, le seul moyen de parvenir à une paix durable.  La solution à deux États est la seule option viable.  Le Secrétaire général lance un appel urgent aux deux parties à revenir à de véritables négociations en vue d’un accord sur le statut final qui prenne en compte toutes les questions fondamentales et mette fin à l’occupation de 47 ans.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.