Le Secrétaire général est alarmé par le déplacement de 200 000 personnes en Iraq suite aux violentes actions de l’État islamique dans la province de Ninive

3 août 2014
SG/SM/16064-IK/680

Le Secrétaire général est alarmé par le déplacement de 200 000 personnes en Iraq suite aux violentes actions de l’État islamique dans la province de Ninive

03/8/2014
Secrétaire général
SG/SM/16064
IK/680
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EST ALARMÉ PAR LE DÉPLACEMENT DE 200 000 PERSONNES EN IRAQ

SUITE AUX VIOLENTES ACTIONS DE L’ÉTAT ISLAMIQUE DANS LA PROVINCE DE NINIVE


La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Le Secrétaire général est alarmé par les informations selon lesquelles des forces de l’État islamique se sont emparées des districts de Sinjar et de Tal Afar, situés dans la province de Ninive, en Iraq, entraînant le déplacement massif de quelque 200 000 civils, pour la plupart membres de la communauté yézide.  Il fait part de sa profonde préoccupation concernant la sécurité et la sûreté de ces civils.


Le Secrétaire général réitère que toute attaque systématique menée contre la population civile ou des segments de la population civile en raison de leur origine ethnique, leurs croyances religieuses ou leur foi peut constituer un crime contre l’humanité, et que les auteurs de ce genre d’attaques doivent en être tenus responsables.


Le Secrétaire général est particulièrement consterné par la crise humanitaire qui a été déclenchée par les actions de l’État islamique et des groupes armés associés, et il appelle le Gouvernement iraquien et le Gouvernement régional du Kurdistan à mettre leurs différends de côté et à travailler ensemble, en étroite collaboration, pour répondre aux besoins urgents du pays en matière de sécurité et protéger de manière adéquate la population et l’intégrité territoriale de l’Iraq.


Le Secrétaire général appelle tous les Iraquiens à venir en aide aux personnes déplacées, et il rappelle à toutes les parties au conflit leur obligation, en vertu du droit international, d’assurer l’accès humanitaire et de faciliter l’acheminement de l’aide aux personnes qui fuient la violence.  Toutes les parties doivent respecter le droit international et protéger les civils qui vivent dans les zones touchées par les combats.


L’Organisation des Nations Unies est prête à appuyer les efforts du Gouvernement de l’Iraq et du Gouvernement régional du Kurdistan pour répondre aux besoins humanitaires urgents des personnes déplacées par le conflit actuel.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.