Choqué par l’annonce de la rupture du cessez-le-feu par le Hamas et inquiet des conséquences de cet acte, Ban Ki-moon est concerné qu’Israël ait abattu 70 Palestiniens ce matin

1 août 2014
SG/SM/16061

Choqué par l’annonce de la rupture du cessez-le-feu par le Hamas et inquiet des conséquences de cet acte, Ban Ki-moon est concerné qu’Israël ait abattu 70 Palestiniens ce matin

01/8/2014
Secrétaire général
SG/SM/16061
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CHOQUÉ PAR L’ANNONCE DE LA RUPTURE DU CESSEZ-LE-FEU PAR LE HAMAS ET INQUIET DES CONSÉQUENCES DE CET ACTE,

BAN KI-MOON EST CONCERNÉ QU’ISRAËL AIT ABATTU 70 PALESTINIENS CE MATIN

La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:

Le Secrétaire général condamne dans les termes les plus forts la violation, selon certaines sources, par le Hamas, de l’accord de cessez-le-feu humanitaire mutuellement accepté qui avait pris effet ce matin.  Il est choqué et profondément déçu par ces développements.

Le Secrétaire général note que l’ONU n’a pas les moyens indépendants de vérifier exactement ce qui s’est passé.  Selon les dernières informations, deux soldats des Forces de défense israéliennes ont été tués et un autre capturé après que le cessez-le-feu humanitaire soit entré en vigueur.  Cela constituerait une grave violation du cessez-le-feu humanitaire qui risque d’avoir de très sérieuses conséquences pour le peuple de Gaza, d’Israël, et au-delà.  Ce genre d’actions met en doute la crédibilité des assurances données par le Hamas aux Nations Unies.  Le Secrétaire général demande la libération immédiate et inconditionnelle du soldat capturé.

Le Secrétaire général est très inquiet, concernant la reprise des attaques israéliennes sur Gaza et le fait que 70 Palestiniens aient été tués ce matin.  Au lieu de donner aux deux parties, notamment aux civils de Gaza, un répit tant nécessaire pour qu’ils puissent s’occuper de leurs blessés, enterrer leurs morts et réparer les infrastructures vitales, cette rupture du cessez-le-feu conduit maintenant à une nouvelle escalade.

Le Secrétaire général exhorte les deux parties à faire preuve d’un maximum de retenue et de revenir au cessez-le-feu humanitaire de 72 heures initialement agréé, mais qui tragiquement n’a tenu que durant une brève période.  Il exhorte également ceux qui ont une influence sur les parties à faire tout leur possible pour les convaincre d’observer le cessez-le-feu humanitaire.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.