Le Secrétaire général souligne que le développement est le meilleur moyen de lutter contre la traite des êtres humains

24 Juillet 2014
SG/SM/16047-DH/5203-OBV/1358

Le Secrétaire général souligne que le développement est le meilleur moyen de lutter contre la traite des êtres humains

24/7/2014
Secrétaire général
SG/SM/16047 DH/5203 OBV/1358
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Le Secrétaire général souligne que le développement est le meilleur moyen de lutter contre la traite des êtres humains

Vous trouverez ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d'êtres humains, célébrée le 30 juillet:

La traite des êtres humains est une industrie mondiale sans cœur, qui nie à ses victimes leurs droits et leur dignité et qui génère des revenus de plusieurs milliards de dollars pour les réseaux de la criminalité organisée.  La majorité des victimes de la traite sont des femmes et des enfants qui ont été dupés et qui subissent ensuite une vie pleine de souffrances. Ces personnes sont sexuellement exploitées et obligées de travailler dans des conditions proches de l’esclavage.

La célébration de cette première Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d'êtres humains est un appel à l’action pour mettre un terme à ce crime et donner de l’espoir aux victimes, qui vivent souvent incognito parmi nous. Pour arrêter les trafiquants, nous devons couper les lignes d’approvisionnement et saisir leurs avoirs.  J’exhorte tous les pays à ratifier et à assurer la pleine mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée ainsi que son Protocole additionnel visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes.

L’application, la coopération transfrontalière et le partage d’informations peuvent tous être effectifs, mais pour mettre un terme à la traite des êtres humains, il faut également lutter contre les causes sous-jacentes de ce fléau.  La pauvreté extrême, les inégalités profondes et l’absence d’éducation et de perspectives créent des vulnérabilités que les trafiquants exploitent.  C’est pourquoi la meilleure forme de protection est d’accélérer le développement pour tous.

Les victimes de la traite qui ont eu la chance d’être libérées ont besoin d’être assistées pour revendiquer leurs droits et réintégrer leur société.  Le Fonds d’affectation spécial des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants œuvre en leur nom, mais nécessite un financement supplémentaire.  J’appelle chacun à appuyer la campagne de l’ONU « Ayez du cœur pour les victimes de la traite des êtres humains ».

Ouvrons grand nos yeux sur ce crime et notre cœur à ses victimes.  Le moment est venu de dire non à la traite des êtres humains.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.