Le Secrétaire général visite le centre « Sport pour l’espoir » qui est « à sa place dans le paysage haïtien »

15 Juillet 2014
SG/SM/16027

Le Secrétaire général visite le centre « Sport pour l’espoir » qui est « à sa place dans le paysage haïtien »

15/7/2014
Secrétaire général
SG/SM/16027
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL VISITE LE CENTRE « SPORT POUR L’ESPOIR »

QUI EST « À SA PLACE DANS LE PAYSAGE HAÏTIEN »


On trouvera le discours que le Secrétaire général de l’ONU a prononcé aujourd’hui à Port-au-Prince en Haïti:


C’est un immense plaisir pour moi d’être à Haïti et de visiter ces magnifiques installations.  Avant tout je voudrais vous remercier pour ce très beau spectacle.


Je suis surtout heureux d’être ici deux jours après le match captivant de la finale de la Coupe du monde, qui a une fois de plus montré à quel point le sport rassemble et inspire.


Il y a deux ans, j’ai visité le premier centre olympique pour le développement de la jeunesse ouvert par le Comité international olympique, à Lusaka, en Zambie.


Chaque mois, plus de 10 000 jeunes en fréquentent la piscine, les terrains et la salle de culture physique, ou y suivent des cours sur la gestion forestière, la biodiversité et d’autres questions écologiques d’actualité.


En quelques années, le centre de Lusaka est devenu un lieu débordant d’activités; il a non seulement dynamisé des groupes de Zambiens, mais également resserré les liens entre plusieurs pays d’Afrique qui y participent à des jeux régionaux pour la jeunesse.


Aujourd’hui, je tiens à féliciter le Président du Comité international olympique, Thomas Bach, et la famille olympique, de l’attention qu’ils accordent à Haïti.


Ce centre « Sport pour l’espoir » est à sa place dans le paysage haïtien.


Après le séisme qui a dévasté le pays il y a quatre ans, les nouvelles infrastructures sont les bienvenues.


Les athlètes pourront s’entraîner dans d’excellentes conditions et les fédérations nationales pourront relever le niveau des sports de compétition pratiqués dans le pays.


Mais les principaux bénéficiaires seront les jeunes d’Haïti, ainsi que les écoles et les collectivités.  Les jeunes disposeront d’un lieu où développer leurs capacités et prendre confiance en eux-mêmes, ce qui les aidera, eux, et aidera la société.  Ceux qui ont été mis en marge auront de nouveau un lieu où se sentir chez eux.


Ce centre sera également un moyen de promouvoir l’esprit d’équipe, le fair-play et la compréhension mutuelle, valeurs qui comptent bien au-delà de la vie sportive.


Le sport, c’est bien plus que la compétition, bien plus que la Coupe du monde, et même bien plus que les athlètes les plus renommés.  Le sport est pratiqué partout, souvent dans la rue ou sur la plage, par les gens les plus ordinaires, garçons et filles, hommes et femmes de toutes origines, jeunes et vieux. Le sport est pratiqué aussi par des personnes handicapées.  Le sport est ouvert à tous.


Thomas Bach et moi-même continuons nos échanges sur les moyens de renforcer la coopération entre l’ONU et le Mouvement olympique.  Nos deux familles collaborent plus étroitement que jamais.  Nous pensons que le sport peut être un puissant moteur d’évolution sociale et nous sommes déterminés à l’utiliser pour apporter des changements dans la vie des plus défavorisés.


J’espère que nous pourrons créer d’autres lieux comme celui-ci, qui non seulement permettent de relever le niveau sportif d’un pays, mais offre aussi aux gens l’occasion de s’unir autour d’un but commun, mus par l’esprit d’équipe.


Tous mes vœux vont aux athlètes qui s’entraîneront dans ce centre, en particulier les jeunes qui profiteront de ses terrains et salles de sport.  Le message que je leur adresse est le suivant: voyez grand. Gardez l’espoir.  Montrez la voie.  Soyez des citoyens de monde.  Aidez à édifier un avenir meilleur pour Haïti et pour le monde.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.