« Porteuses de la moitié du ciel », les femmes sont essentielles à l’action menée pour détruire les mines terrestres et éviter leurs effets indiscriminés, déclare le Secrétaire général

27 mars 2014
SG/SM/15732-OBV/1319

« Porteuses de la moitié du ciel », les femmes sont essentielles à l’action menée pour détruire les mines terrestres et éviter leurs effets indiscriminés, déclare le Secrétaire général

27/3/2014
Secrétaire général
SG/SM/15732 OBV/1319
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« PORTEUSES DE LA MOITIÉ DU CIEL », LES FEMMES SONT ESSENTIELLES À L’ACTION MENÉE POUR DÉTRUIRE LES MINES TERRESTRES ET ÉVITER LEURS EFFETS INDISCRIMINÉS, DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux dangers des mines et d’assistance à la lutte antimines, le 4 avril:

On dit souvent que les femmes portent la moitié du ciel.  Cette année, la Journée internationale de sensibilisation aux dangers des mines et d’assistance à la lutte antimines est consacrée au rôle important que jouent les femmes dans la protection de la terre.

Dans le monde entier, les femmes sont essentielles à l’action que nous menons pour détruire les mines terrestres et éviter leurs effets indiscriminés; elles montrent aux populations des zones minées comment se protéger, aident les victimes et participent au déminage et à l’élimination des engins explosifs.

Les femmes et les filles sont plus souvent qu’à leur tour victimes des mines. Elles ont des besoins différents en matière de sensibilisation aux risques et peuvent être confrontées à des difficultés accrues quand un membre de leur famille est tué ou blessé.  C’est pourquoi l’Organisation des Nations Unies s’efforce d’écouter ce qu’elles ont à dire, de tenir compte de leurs idées et de leur donner des moyens de participer encore plus à sa campagne mondiale.

Les femmes peuvent contribuer à la réalisation des grands objectifs de l’action antimines, qui vise à ce que les gens soient en sécurité, puissent reconstruire leurs villages et se remettre à travailler la terre et cessent de vivre dans la peur.  Les bénéfices peuvent aussi être amplifiés par les femmes quand les enfants retournent à l’école, l’activité économique reprend, des vies sont sauvées et des moyens de subsistance préservés.

Je souhaite que des mesures plus énergiques soient prises pour que davantage de femmes soient associées à la lutte antimines à des échelons plus élevés.  Les gouvernements doivent redoubler d’efforts pour tenir compte des femmes dans leurs programmes de lutte antimines et d’application de la Convention d’Ottawa sur les mines antipersonnel.

Je me félicite que 15 ans après son entrée en vigueur, la Convention lie 161 États, et je demande à tous les autres d’y adhérer, s’inspirant en cela de la rapidité avec laquelle de nouveaux États deviennent parties à la Convention sur les armes à sous-munitions, à la Convention sur les armes inhumaines et à d’autres instruments internationaux visant à éliminer les menaces causées par les restes explosifs de guerre.

L’Organisation des Nations Unies est fière de l’aide qu’elle a déjà apportée à des millions de personnes dans les pays touchées par les mines.  En cette journée internationale, engageons-nous à mobiliser les ressources, les partenaires et la volonté nécessaires à l’élimination des mines partout sur la planète.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.