M. Ban Ki-moon rappelle que la place des enfants est à l’école et non pas dans l’armée ou au sein de groupes de combattants et appelle à ce qu’on leur fournisse plutôt des crayons et des manuels scolaires

6 mars 2014
SG/SM/15691-DH/5173

M. Ban Ki-moon rappelle que la place des enfants est à l’école et non pas dans l’armée ou au sein de groupes de combattants et appelle à ce qu’on leur fournisse plutôt des crayons et des manuels scolaires

6/3/2014
Secrétaire général
SG/SM/15691 DH/5173
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

M. BAN KI-MOON RAPPELLE QUE LA PLACE DES ENFANTS EST À L’ÉCOLE ET NON PAS DANS L’ARMÉE OU AU SEIN DE GROUPES DE COMBATTANTS

ET APPELLE À CE QU’ON LEUR FOURNISSE PLUTÔT DES CRAYONS ET DES MANUELS SCOLAIRES

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, lu par sa Représentante spéciale pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Mme Leila Zerrougui, à l’occasion du lancement de la campagne mondiale des Nations Unies « Des enfants, pas des soldats », le 6 mars:

J’ai le plaisir d’apporter mon appui sans réserve à la campagne mondiale des Nations Unies intitulée « Des enfants, pas des soldats », qui est menée par ma Représentante spéciale pour le sort des enfants en temps de conflit armé et l’UNICEF.

Tous les enfants méritent d’être protégés, pas exploités.  La place des enfants est à l’école, pas à l’armée ou dans des groupes de combattants.  Les enfants devraient être armés de crayons et de manuels scolaires, pas de fusils.  Cette campagne vient compléter d’autres initiatives des Nations Unies, notamment l’« Initiative mondiale pour l’éducation avant tout », qui visent à garantir les droits des enfants et leur dignité, à leur ouvrir des perspectives et à leur offrir une vie meilleure.

En 1996, le rapport historique de Graça Machel, présenté à l’Assemblée générale, a réussi à sensibiliser le monde entier à la situation des enfants recrutés et utilisés par les gouvernements et d’autres parties durant les conflits armés.  Depuis lors, le Conseil de sécurité a élaboré un cadre solide qui nous permet de détecter les violations les plus graves et d’agir pour protéger les enfants.

Il y a 10 ans, le Conseil a demandé à toutes les parties aux conflits de travailler avec les Nations Unies pour élaborer des « plans d’action comprenant des mesures concrètes assorties d’échéances pour mettre fin au recrutement et à l’utilisation d’enfants ».  Les huit États Membres qui figurent dans les annexes du rapport annuel du Secrétaire général sur le sort des enfants en temps de conflit armé relatives aux parties qui recrutent et utilisent des enfants sont avec nous aujourd’hui. 

Je salue l’engagement qu’ils ont pris d’adopter et d’appliquer des plans d’action pour faire cesser et prévenir le recrutement d’enfants dans leurs forces armées.  Notre objectif commun est de faire en sorte que ces initiatives réussissent.  Si des milliers d’enfants ont retrouvé la liberté, il en reste encore des milliers qui attendent d’être libérés.

Nous avons parcouru un long chemin, mais pour honorer la promesse de cette campagne, nous avons besoin de l’engagement sans réserve et de l’appui de la communauté internationale.

Je demande à tous les gouvernements et à toutes les organisations régionales et non gouvernementales concernés de coopérer avec l’Organisation des Nations Unies à l’intensification de l’action menée pour qu’il n’y ait plus aucun enfant dans les rangs des forces gouvernementales en 2016.  Les progrès réalisés déboucheront sur d’autres succès, l’idée étant de mobiliser également les nombreux acteurs non étatiques qui continuent de recruter des enfants. 

Surtout, ne perdons pas de vue le but ultime: plus jamais d’enfants soldats, où que ce soit.  Laissons les enfants être des enfants.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.