Les conflits dans le monde sont souvent liés à des inégalités, des discriminations profondément ancrées et à une pauvreté endémique, prévient M. Ban

19 février 2014
SG/SM/15652-OBV/1301-SOC/4815

Les conflits dans le monde sont souvent liés à des inégalités, des discriminations profondément ancrées et à une pauvreté endémique, prévient M. Ban

19/2/2014
Secrétaire général
SG/SM/15652 OBV/1301 SOC/4815
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LES CONFLITS DANS LE MONDE SONT SOUVENT LIÉS À DES INÉGALITÉS, DES DISCRIMINATIONS

PROFONDÉMENT ANCRÉES ET À UNE PAUVRETÉ ENDÉMIQUE, PRÉVIENT M. BAN

On trouvera ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de la justice sociale, le 20 février:

Dans le monde, le fossé qui sépare les plus pauvres des plus riches est profond et ne cesse de s’élargir.  Ce phénomène se produit tout aussi bien à l’échelle interétatique qu’au sein même des États, y compris dans bon nombre des plus prospères. La Journée mondiale de la justice sociale vise à célébrer la puissance de la solidarité mondiale mise au service de l’égalité des chances pour tous.

Le lieu de naissance et de résidence, le sexe et l’appartenance ethnique sont des circonstances qui ne devraient jamais dicter le niveau de revenu ni faire obstacle à la possibilité de suivre un enseignement de qualité, de bénéficier de soins de santé de base, d’obtenir un emploi décent, d’occuper un logement satisfaisant, d’avoir accès à l’eau potable, de participer à la vie politique ou de vivre sans craindre de subir des menaces ou des violences physiques.

À mesure que les inégalités se creusent, le tissu social de nos sociétés s’étire et se distend et les incertitudes économiques et sociales s’accentuent, allant parfois jusqu’à provoquer des troubles.  Les violents conflits qui secouent de nombreuses régions du monde sont souvent liés à des inégalités et des discriminations profondément enracinées et à une pauvreté endémique.

Pourtant, l’inégalité n’a rien d’une fatalité.  Notre but à tous devrait être de lever cet obstacle redoutable au développement et à la dignité humaine en prenant des mesures concrètes.

L’expérience nous montre que la croissance économique ne suffit pas. Nous devons faire davantage pour permettre aux personnes de s’épanouir dans un emploi décent, pour leur offrir un filet de protection sociale et pour faire en sorte que les pauvres et les marginalisés se fassent entendre.  À l’heure où nous poursuivons nos efforts pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement et où nous élaborons notre programme de développement pour l’après-2015, faisons de la justice sociale la pierre angulaire d’une croissance équitable et durable pour tous.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.